Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Des monstres littéraires

Jérôme ORSONI




ACTES SUD (Arles, France), coll. Un endroit où aller n° 262
Dépôt légal : mars 2015
Première édition
Recueil de nouvelles, 176 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-330-04844-0
Format : 10,0 x 19,0 cm  



    Quatrième de couverture    
     Nous aurions pu inventer et reprendre, faire et défaire, aller de l'avant et revenir sur nos pas, faire un chemin dans un sens, et puis le faire dans le sens inverse, nous métamorphoser, et nous métamorphoser à l'envers. Aller partout, tout le temps, dans tous les sens. Rejeter comme l'anachronisme ultime la fin de l'histoire. Un jour, un insecte. Le lendemain, un homme. Et toujours des monstres littéraires.
J.O.

     Né en 1977, Jérôme Orsoni vit et travaille à Paris. Il a déjà publié deux essais littéraires sur la musique, dont Au début et autour, Steve Reich, aux éditions Chemin de Ronde, et traduit, entre autres, les entretiens de John Cage sur Marcel Duchamp, Rire et se taire, aux éditions Allia.

    Sommaire    
1 - Eduardo BERTI, Vieux et nouveaux monstres, pages 11 à 13, préface, trad. Fouad MARDAM-BEY
2 - François, pages 15 à 23, nouvelle
3 - Le Calme sommeil de Silvia, pages 27 à 33, nouvelle
4 - Les Deux monstres de David Hume, pages 34 à 40, nouvelle
5 - Les Vitres, pages 41 à 47, nouvelle
6 - Il y a un homme. Il porte un grand chapeau noir, pages 48 à 57, nouvelle
7 - Une simple histoire, pages 58 à 64, nouvelle
8 - Tout le malheur des hommes, pages 65 à 67, nouvelle
9 - La Dissolution des mâles, pages 68 à 73, nouvelle
10 - Une certaine idée de l'absolu, pages 74 à 78, nouvelle
11 - Un rêve, pages 81 à 83, nouvelle
12 - Le Silence du poète, pages 84 à 87, nouvelle
13 - Une offre d'emploi, pages 91 à 99, nouvelle
14 - Tous les cristaux sont de pacotille, pages 100 à 112, nouvelle
15 - Des monstres littéraires, pages 113 à 119, nouvelle
16 - Et moi, je suis Borges, pages 120 à 127, nouvelle
17 - Six poèmes d'Antje Bertorello, pages 128 à 134, nouvelle
18 - Oui !, pages 135 à 135, poésie
19 - Fissures, pages 136 à 137, poésie
20 - Nocturne, pages 138 à 138, poésie
21 - Cet été, à Rome, pages 139 à 139, poésie
22 - L'Impossible courbure des formes, pages 140 à 140, poésie
23 - Les Avions, pages 141 à 141, poésie
24 - Comme La Métamorphose, mais à l'envers, pages 142 à 156, nouvelle
25 - De la marche, ou à peu de choses près, pages 157 à 166, nouvelle
 
    Critiques    

            Un certain François, individu dont la seule caractéristique notable est la voix si particulière, quitte la France pour Montevideo. Il laisse derrière lui un recueil de dix-sept textes étranges : le présent Des monstres littéraires. Dans ces dix-sept nouvelles (dix-huit si l’on compte l’introduction du narrateur), il est tour à tour question d’un homme affligé d’une maladie qui le fait se dissoudre dans l’eau ; d’un éditeur désœuvré qui écrit sur des vitres la description de ces mêmes vitres, prélude à son grand œuvre romanesque ; d’un autre encore qui cherche jusqu’à la folie l’origine d’une histoire qu’il croit avoir lue quelque part ; d’une poétesse dont l’œuvre consiste en six poèmes et pas un de plus ; d’un contemporain de Kafka ayant écrit une suite à La Métamorphose… Pas de vampires ou de loups-garous à chercher dans ce recueil. Encore que… Le titre provient du texte précisément titré « Des monstres littéraires », une réflexion sur Dra-cula : « On peut admirer le comte Dracula, non parce qu’il vit au-delà de la mort (…), mais parce qu’il ne cherche plus de sens, il cherche du sang. Il cherche ce qui le fera exister encore. Il ne cherche pas à rendre compte de sa condition. (…) Nous qui sommes des monstres littéraires, nous n’existons pas. Nous cherchons la signification. Que nous ne trouvons pas. »

            Plaçant son recueil sous le haut patronage, souvent écrasant, d’Enrique Vila-Matas, Jorge Luis Borges et Franz Kafka, Jérôme Orsoni explore les liens entre vie, écriture et littérature, avec érudition et un soupçon d’humour désabusé. Le fantastique y est présent, souvent discret, à la marge, dans la droite lignée des auteurs cités plus haut. Dans des textes alternant les formes (récits, essais, poésies, commentaires), on retrouve des livres fictifs, des jeux de miroirs, des situations du quotidien où sourd une inquiétante étrangeté. Et bon nombre d’écrivains factices – les monstres, ne seraient-ce finalement pas eux ? Des jeux littéraires centrés sur la seule littérature : pourquoi pas, quoique l’exercice s’avère in fine un peu vain. Les amateurs de curiosités littéraires apprécieront (mais à dix-neuf euros la plaquette, il y a de quoi rechigner).


Erwann PERCHOC
Première parution : 1/7/2015 dans Bifrost 79
Mise en ligne le : 1/6/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70910 livres, 81233 photos de couvertures, 66100 quatrièmes.
8470 critiques, 38084 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.