Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Hommes frénétiques

Ernest PÉROCHON



Illustration de Paul BUFFET

ON VERRA BIEN
Dépôt légal : mars 2015
Roman, 280 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-9544657-2-2   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     VIe siècle de l'Ère Universelle.
     Pour avoir triomphé de terribles épreuves, l'humanité trouvera-t-elle enfin le bonheur et le repos ? Ce serait compter sans cette impatience, cet esprit d'aventure au coeur des hommes qui les pousse toujours plus avant dans la conquête des ultimes secrets de la nature.
     Quand la science arme leur bras d'un pouvoir presque divin, auront-ils encore la sagesse de ne pas aller jusqu'au bout de leur propre destruction ?

     Ernest Pérochon (1885-1942), romancier du monde paysan, prix Goncourt 1920 pour Nêne, lançait en 1925 avec Les hommes frénétiques un stupéfiant cri d'alarme contre une « science sans conscience » dont on commençait à peine alors à mesurer le danger. Chronique impitoyable de la fin de l'humanité, ce roman visionnaire à l'étonnante radicalité devait marquer les esprits au point de devenir l'un des classiques fondateurs de la science-fiction moderne.

    Sommaire    
1 - Yann FASTIER, Préface, pages 7 à 12, préface
 
    Critiques    
     Dans un millier d’années, après avoir survécue tant bien que mal à la guerre, l’humanité s’est reconstruite autour de ses scientifiques. Mais à l’occasion d’une élection, les tensions entre communautés ressurgissent et une guerre plus meurtrière que jamais, utilisant de nouvelles armes, les féériques, provoque à nouveau des millions de victimes.


     Parfois le travail de chroniqueur est simple : la préface éclairante de Yann Fastier aux Hommes frénétiques fait déjà tout le boulot. Seule œuvre de science-fiction d’Ernest Pérochon, plus connu pour Nêne, prix Goncourt 1920, ce récit profondément pessimiste est directement marqué par la première guerre mondiale. Alors qu’avant la guerre la science est synonyme de progrès et d’amélioration des conditions de vie, celle-ci a montré, notamment avec l’utilisation de gaz de combat, que la science pouvait être aussi être un instrument de mort. Les hommes frénétiques, plutôt qu’un roman, est une effroyable histoire du futur. En effet, l’intrigue est minimale, les personnages sont réduits à des archétypes et l’imaginaire est surtout occupé par les multiples destructions et conflits du futur se concluant sur une pirouette désespérée.

     Curiosité historique plus que réussite romanesque, Les Hommes frénétiques est avant tout un témoignage éprouvant de l’état d’esprit d’un survivant de la première guerre mondiale. 90 ans après son écriture, si la forme a vieilli, le fond est malheureusement toujours aussi pertinent. Remercions les jeunes éditions On verra bien 1 pour cette reprise d'une œuvre marquante.

     1 : http ://ctouvu.blogspot.fr/

René-Marc DOLHEN
Première parution : 13/5/2015 nooSFere


            Ernest Pérochon (1885-1942) a connu le succès en écrivant des romans du monde paysan, lui valant le prix Goncourt en 1920 avec Nène. On lui doit en 1925 cet étonnant exemple de science-fiction française, que Pierre Versins décrit dans son Encyclopédie comme un « atroce poème de l’horreur ». Publié un temps (1971) chez Marabout, il revient ici en librairie, précédé d’une éclairante préface de Yann Fastier chez un nouvel éditeur, On verra bien. Unique écrit prospectif de l’auteur, il est l’occasion de découvrir un texte à la noirceur implacable, à l’humour parfois étonnant et auquel le temps a donné une valeur supplémentaire.

            Le roman débute en l’an 525 de l’ère Universelle. Après des siècles de dévastations et de guerres, la sagesse scientifique a enfin pu mettre en place une époque de paix et de prospérité mondiale succédant à l’ère chrétienne. Les villes rasées n’ont pas été reconstruites. Dorénavant, les hommes résident le long de méridiens et de parallèles sur lesquels courent les flux énergétiques gratuits. Depuis cinq siècles, le Conseil Suprême guide l’humanité, prévenant les guerres ou, le cas échéant, intervenant par l’intermédiaire de la Police universelle.

            Mais l’utopie ne saurait durer. Luc Harrison, disciple préféré du plus grand chercheur ayant jamais vécu, n’a que trop conscience des risques qu’entraînent les dérives d’un scientisme sans conscience. L’unité humaine se délite à mesure que l’extrémisme musulman monte d’Afrique, que les nations se reconstituent et que les haines, rancunes et racismes renaissent. Jusqu’à que ce que la guerre revienne, et recommence son terrible travail destructeur.

            Cette vision du futur est celle d’un homme ayant vécu les tranchées qui met en scène ses craintes pour l’avenir. Les deux premières parties du roman progressent vers l’apocalypse, à l’échelle de la planète, alors que les politiques s’égarent, que les scientifiques deviennent fous, que l’on n’entend plus les sages et que l’on utilise des armes féériques aux retombées dévastatrices sur les corps et les esprits des survivants. La dernière partie se situe au lendemain des destructions, une fois que les hommes devenus frénétiques se sont enfin entretués. Elle raconte l’émergence d’une nouvelle humanité grâce à deux enfants attardés. L’homme est revenu dans les cavernes, sans science ni intelligence, mais capable d’un amour paisible et paresseux.

            Le roman prend la forme d’une chronique historique, délaissant ses personnages au profit des nations et des groupes. Certains individus – très fortement symboliques – surviennent sans avoir d’autre épaisseur que celle de leur fonction. Le romanesque n’est pas à rechercher ici. On se plait à relever les points d’extrapolation de Pérochon, comme la Société des Nations devenue force de Police internationale et finalement tout aussi inefficace. On est alors frappé par la force de la mise en garde et sa froide pertinence.

            Pérochon appelait à la paix, au contrôle de la science mise au service de la guerre. Il est mort en 1942, persécuté par Vichy, alors que le monde autour de lui avait sombré dans la frénésie…


Étienne BARILLIER
Première parution : 1/10/2015 dans Bifrost 80
Mise en ligne le : 19/7/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70938 livres, 81349 photos de couvertures, 66133 quatrièmes.
8470 critiques, 38104 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.