Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Bassin d'Aphrodite

Gert NYGÅRDSHAUG

Titre original : Afrodites Basseng, 2003
Cycle : Le Zoo de Mengele  vol. 3

Traduction de Hélène HERVIEU & Magny TELNES-TAN
Illustration de Nicolas GALY

J'AI LU (Paris, France), coll. Semi-Poche
Dépôt légal : octobre 2015
Première édition
Roman, 416 pages, catégorie / prix : 19,90 €
ISBN : 978-2-290-08327-7
Format : 14,9 x 21,0 cm



Quatrième de couverture
Les guerres civiles qui ont embrasé l’Europe ont poussé Jonar Snefang et son fils Erlan à se réfugier dans un petit village reculé de Norvège. Dans son laboratoire, l’homme mène des recherches en botanique, tandis que le garçon pêche leur subsistance dans le lac tout proche. Ils sont ravitaillés de loin en loin par le pilote de l'hydravion chargé de surveiller la forêt, un certain Mino... Tout aurait pu continuer indéfiniment, mais une série d’événements inhabituels et apparemment sans rapport entre eux — un rêve impossible, un mystérieux coffret, une forêt devenue folle — marquera pour Jonar et Erlan le début d’une fabuleuse épopée.

Né en 1946, Gert Nygârdshaug est connu pour sa collection de papillons — l'une des plus riches au monde — , son engagement en faveur des Indiens d’Amazonie, et accessoirement pour être une sommité de la littérature norvégienne contemporaine. Le bassin d'Aphrodite offre une brillante conclusion à la trilogie de Mino, initiée par Le Zoo de Mengele et Le crépuscule de Niobé.

À propos du Zoo de Mengele :

« UN BOUQUIN PUISSANT ET DéRANGEANT. » RTL

« UN THRILLER éCOLO-TERRORISTE à LA RADICALITé JOUISSIVE. » Marie-Claire
Critiques

     Troisième volet de la trilogie initiée par Gert Nygårdshaug, Le Bassin d’Aphrodite se place dans la continuation immédiate du Crépuscule de Niobé (in Bifrost 79). D’une tournure plus apaisée, l’histoire s’apparente à une sorte de fly novel entre la Norvège et le Sahara, via le Lac de Garde en Italie, le tout saupoudrée d’allusions à Saint-Exupéry, à son Petit Prince et à la mythologie. Dans une Europe retournée à l’état de forêt primaire, où les rares humains meurent empoisonnés par une substance répandue dans l’eau par les racines des arbres, on suit un père et son fils dans leur quête du paradis perdu. Ayant poussé sa logique jusqu’à son terme fatidique, Mino Aquiles Portoguesa a en effet libéré les semences d’une plante mutante qui a colonisé l’ensemble du continent et du monde, réduisant les hommes et leurs réalisations à des vestiges appelés à disparaître.

     Très lente, l’intrigue prend son temps pour démarrer, se focalisant au début sur l’existence retirée de Jonar Snefang et de son fils Erlan. Réfugiés dans une vallée isolée de Norvège pour échapper à la guerre civile européenne, ils vivent seuls dans une cabane, se nourrissant de poissons pêchés dans un étang proche. Rattrapés par la croissance de la forêt, ils ne doivent leur survie qu’à l’usage d’un poison végétal, l’atrazine, et à leur sens de l’observation. Perturbé par un rêve récurrent, Jonar finit par convaincre Erlan de rompre leur isolement. Ils improvisent une expédition à bord de l’hydravion laissé par Mino que la végétation a miraculeuse ment épargné. Le récit prend alors son envol, nous emmenant dans un périple au-dessus d’un vieux continent entièrement recouvert par la forêt. Jusqu’à ce que la réalité et le rêve se rejoignent…

     En dépit de sa nature de roman post-apocalyptique, Le Bassin d’Aphrodite se révèle le tome le plus optimiste de la trilogie, si l’on considère que le salut de la planète passe par l’extermination de l’ensemble de l’Humanité. Il est également le volet le plus intime, centré sur le regard de Jonar. Un point de vue entre-coupé par les interventions d’un mystérieux écrivain dont on devine progressivement l’identité. Le roman offre une sorte de rédemption aux survivants, un échantillon idéalisé, prônant un retour à un Eden originel, débarrassé de ses pollutions religieuses, politiques et économiques. Une solution pour le moins radicale que d’aucuns trouveront sans doute trop nihiliste.

     Malgré cela, on ne peut s’empêcher de penser que Gert Nygårdshaug trouve ici une conclusion idéale, empreinte d’une touche de féminisme (si si !). Bref, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Laurent LELEU
Première parution : 1/4/2016 dans Bifrost 82
Mise en ligne le : 16/8/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.