Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Eos

G. D. ARTHUR

Cycle : Eos vol. 1 


Illustration de Takahisa KUSHI

MNÉMOS
Dépôt légal : avril 2016
Première édition
Roman, 320 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-35408-348-9
Format : 15,5 x 23,5 cm



Quatrième de couverture
« Le sombre destin d’un jeune poète épris de liberté,
une tragédie douce-amère,
mêlant action, suspense et amours libertaires. »

     Inspiré par les espoirs d’une république refondée, Eos, un jeune homme amoureux et rebelle, aime vivre l’instant présent. Son utopie en marche ? Une petite colonie, le Val-de-la-Lune, qui oscille entre durs travaux et fêtes chaleureuses, jusqu’au soir maudit où elle est sauvagement attaquée par des créatures monstrueuses, réputées disparues depuis longtemps... Eos se révèle alors un combattant sans pitié, au grand dam de ses compagnons et de ses amours. Mais il est loin de se douter qu’il va rencontrer, ce jour-là, son destin.

     Entre la noirceur d’un Glen Cook, la finesse et l’humour d’un Pratchett, G. D. Arthur nous offre un roman détonnant, véritablement unique.

     Ayant franchi le mitan de la vie, G. D. Arthur, biologiste de formation et routard expérimenté du développement territorial, se frotte à la dure réalité de l’insertion sociale. Cette vaste connaissance des situations humaines irrigue l’ensemble de son premier livre et en fait un roman particulièrement attachant et sensuel, mais aussi trépidant et aventureux en diable.
Critiques

     Tout d’abord, des phrases. Sans verbe. Innombrables. À vous en rendre la lecture pénible. Voire insupportable. Mais aussi, par moments, parce que nous sommes en pleine fantasy aventureuse, un style ampoulé faisant la part belle à maintes descriptions adjectivées. Les dialogues ? Des changements de registre constants et invraisemblables, entre blagues potaches, envolées lyriques, pseudo-trouvailles d’allitérations… Au final, tout cela fait étalage d’un savoir-faire que l’auteur n’a visiblement pas – ce qui, pour un premier roman, n’est pas problématique, loin de là, mais aurait dû inciter Arthur à plus de modestie. Ces défauts dans la forme, on serait prêt à les supporter si le fond en valait la peine… Las ! Tout commence comme une histoire de triolisme sans aucun intérêt. Puis le personnage-titre du roman, Eos, jusqu’alors plutôt sympathique, devient soudainement d’une brutalité extrême, sans que l’on comprenne son cheminement intellectuel. S’ensuit tout un tas d’aventures qui laissent totalement indifférent. Bref, ce livre ne vaut pas tripette. Alors, que l’éditeur le compare à Glen Cook et Terry Pratchett en quatrième de couverture, c’est au mieux maladroit, au pire insultant pour ces deux grands auteurs de fantasy.

     « “Vous voulez voir mes sequins et mes farins, monsieur le marchand de bouquins ? Sentent-ils le crottin ? À moins que ce ne soit l’idée que je renifle le purin de votre esprit chagrin.

     — Faquin ! fait le lippu en reculant d’un pas.

     — Margoulin !, réplique Eos.

     — Oh, mais… Vaurien ! fait le chauve en cédant encore du terrain.

     — Moins que rien ! Face de saurien ! Tête de batracien ! Cannibale païen ! Retourne dans ta niche à chien !” »

     Quatre mots de fin : ça ne vaut rien.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/7/2016 dans Bifrost 83
Mise en ligne le : 17/9/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.