Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Nuage

Emmanuel JOUANNE


Illustration de Jef BENECH'

La VOLTE
Dépôt légal : juin 2016
Roman, 336 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-37049-027-8
Format : 12,5 x 17,0 cm
Genre : Science-Fiction



Ressources externes sur cette œuvre : quarante-deux.org

Quatrième de couverture
     Drôle de planète que Nuage. Lorsque le long-courrier interstellaire Foyer, doux foyer s’en approche, elle commence par prévenir : petite planète sans/intérêt touristique. S’y attarder serait ridicule.
     Puis, comme pour se démentir, Nuage explose de feux d’artifice, projette des tonnes de confiserie dans l’espace et fait surgir de sa surface une fête foraine avec une Grande Roue de dimension planétaire.
     Et lorsque le navire en perdition se sera posé à sa surface pour bientôt la traverser, ses passagers vont devoir apprendre à vivre avec l’imprévisible des trente mille étages de ce monde très concentrique : Nuage est une planète volage. Pour la plupart, ce sera dur. Sauf pour Prune, la petite fille folle qui ne fait pas la différence entre une abstruction et une obstruction et dont Washington, capitaine du navire, est secrètement amoureux.

     « Nuage se composait d’étages superposés, sphères incluses dans d’autres sphères, emboîtement vertigineux de mondes d’une hauteur limitée. [...] Tout glissait, tout bougeait, tout se métamorphosait. [...] Les demeures, les animaux, la végétation, tout se transformait à qui mieux mieux. Ici, le petit Poucet se serait égaré ; ses cailloux blancs seraient devenus oiseaux ou arbres, locomotives ou papillons... »

     Nuage est bel et bien « le monde du mouvement absolu ».
     Roman entropique et utopique à la fois, space opera surréaliste, il est considéré comme le chef-d’œuvre de son auteur.
     Le roman est accompagné d’une préface de Richard Comballot et de deux nouvelles qui se situent dans cet univers : Le Corps du texte et Trajectoire de chasse.
Critiques

Mémoires de sable (cf. Bifrost n 80) laissait supposer la réédition des œuvres d’Emmanuel Jouanne à la Volte, et cette reprise de Nuage va dans ce sens. On notera d’ailleurs qu’elle paraît en même temps que la dernière itération du Mondocane de son complice Jacques Barbéri, ce qui souligne la parenté des deux auteurs…

Nuage, parfois considéré comme le chef-d’œuvre de Jouanne, n’est pas son roman le plus représentatif. Unique excursion dans le planet opera, il obéit à une structure relativement linéaire, et le style est plus sage que souvent. Pour autant, Nuage n’a rien d’un livre neutre, et son auteur s’y implique ; sa folie légère, son goût du baroque, sa compulsion surréaliste, s’y expriment à plein – au-delà des références sempiternellement avancées, qui peuvent souligner la dimension SF du texte (Dick, Sheckley…) ou chercher la légitimité au-delà (Vian, Carroll…).

Nous sommes à bord de l’astronef Foyer,doux foyer. Membres de l’équipage ou simples voyageurs, les passagers ont tous des noms de villes : le capitaine Washington, le « boucher » Dresde, le critique d’art Rangoon, la romancière Calcutta, le violoniste Mœdruvellir (ce qui fait pas mal de monde tournant autour de l’art, et ça n’a rien d’innocent)… Des caractères tranchés, pas toujours très sympathiques. Chacun à sa manière a sans doute quelque chose de bouffon… Mais il y a aussi Prune – petite fille de neuf ans, considérée irrémédiablement folle (mais le capitaine Washington a des sentiments inavouables pour cette Alice…), elle fait preuve d’une étonnante sagesse, et d’une faculté d’adaptation inaccessible aux adultes formatés.

Or le Foyer, doux foyer est contraint de se poser sur la planète Nuage, dont le soleil est Chaos – planète dépourvue du moindre intérêt touristique, aussi serait-il absurde de s’y attarder… Nuage qui, fantasque, accueille l’approche du vaisseau avec un lâcher de confiseries dans l’espace, et une grande roue de 27 km de haut qui semble espérer la collision…

Bienvenue sur Nuage ! Le monde du changement permanent, tout à la gloire de l’éphémère. Un piège cosmique pour nos timorés voyageurs… à l’exception de Prune, qui y trouve un terrain de jeu idéal, où son doux délire pourra contribuer, sinon au salut des naufragés, du moins à leur édification.

Nuage est insaisissable – monde en creux d’une infinité d’étages qui résiste à la cartographie. Ce qu’ont bien fini par comprendre ses habitants immortels, asexués et ataraxiques, très attachés à cet état des choses qui est en fait absence d’état : la venue des voyageurs a quelque chose d’une menace…

Le roman est dès lors prétexte à une succession de saynètes folles – et souvent drôles, si le rêve du lecteur est le cauchemar de ses protagonistes. Le changement est au cœur du propos, justifiant de bien jolis délires immanquablement poétiques. « Ici, le petit Poucet se serait égaré ; ses cailloux blancs seraient devenus oiseaux ou arbres, locomotives ou papillons… »

L’art y a sa place. Le critique Rangoon a plutôt le mauvais rôle… car l’art, ici, est d’autant plus beau qu’il est éphémère – conception qui s’accorde mal au bagage académique de l’historien de l’art, dans l’après-coup et la permanence par essence… D’où cette erreur ultime de la quête de cohérence ?

« J’ai découvert le sens de tout ça, dit Rangoon.

— Oh ! fit Prune, ça ne fait rien. Je te pardonne. »

Car la gratuité des séquences n’est pas le moindre atout de Nuage – roman baroque et d’une jubilation destructrice ; sans doute structurellement et formellement sage par rapport à d’autres œuvres de l’auteur, mais imprégné d’une agréable folie qui le distingue du tout-venant.

On peut regretter que Jouanne ait choisi de s’en tenir à un style « utilitaire ». Les deux nouvelles qui concluent cette réédition – même si leur lien avec Nuage est somme toute limité – sont autrement plus séduisantes à cet égard.

Quoi qu’il en soit, l’entreprise voltienne est bienvenue. Si l’on n’en fera pas nécessairement un chef-d’œuvre, Nuage demeure une lecture des plus plaisante, et riche de sa singularité. Il n’y a plus qu’à espérer que l’éditeur poursuivra sur cette lancée.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/10/2016 dans Bifrost 84
Mise en ligne le : 19/10/2022

Critiques des autres éditions ou de la série
Edition Robert LAFFONT, Ailleurs et demain (1983)

     Tout le sujet de ce livre est contenu dans l'apparition déconcertante que les passagers du Foyer, doux foyer découvrent en abordant la planète Nuage : une fête foraine, une grande roue à l'échelle de l'univers et des manèges ; symboles criants d'un monde où l'illusion est reine. Nuage ne cessera plus, au fil du récit, ses transformations imprévisibles qui vont des apparences trompeuses de sa propre structure (planète concentrique aux trente mille étages) à la matérialisation des fantasmes des naufragés. Les apparences et l'illusion... Après cet admirable livre qu'est La transmigration de Timothy Archer, on ne peut qu'évoquer l'ombre de Dick. Pourtant, Jouanne est tout sauf réduplicateur de Dick, ni même de Jeury. Sa force réside pour une part en sa capacité d'illustrer un motif déjà tant pratiqué sans pour autant sembler revêtir ce qui ne serait plus que défroques : esthétique dickienne ou manière jeuryenne.
     Jouanne conduit son oeuvre propre, et s'il s'attaque à l'illusion de Nuage, il le fait en touchant l'éternelle interrogation de l'homme face à la permanence des choses (il faut souligner le motif second du récit : le statut des immortels, contrepoints installés dans la durée face à la mouvance du monde — mais au prix de la perte de tout sentiment). Et si nous rêvions notre réel ? La SF demeure une excellente école de la maîtrise de nos perceptions : du monde le plus univoque, le moins mobile, ainsi que le dépeint en une idéologie de l'ordre le space-opera le plus classique, à l'irréalité fuyante et toujours renouvelée de Nuage, l'interrogation toujours présente (sous-jacente ou évidente) tient à la possibilité d'appréhender ou non le monde phénoménologique, de s'y perdre ou de le maîtriser. Ce que nous dit Nuage est un constat de la fragilité humaine : privé de ses références à un univers qu'il veut empoigner et modeler, à un monde immobile, l'homme devient incapable de saisir ce qui l'entoure. Ainsi les acteurs de Nuage demeurent-ils hésitants, s'enfonçant dans l'inaction et le discours sans fin. L'homme ne peut que difficilement s'adapter, sauf à être comme Prune intérieurement la proie d'une similaire sarabande. La seule perception possible serait-elle du côté de ce que nous nommons folie ? Lorsqu'on peut séparer les sensations illusoires des sensations réelles, tout peut être illusion et l'homme univoque ne peut que s'asseoir et s'assourdir de paroles : le monde de la représentation lui échappe.
     C'est la perte de la stabilité, sur quoi notre existence se fonde (illusoirement ?). L'éphémère est mal perçu, rejeté : ainsi les manifestations artistiques d'avant-garde (songeons aux néo-dada ou à Fluxus). Ainsi les romans tels que Nuage, dont tout l'objet en définitive, selon cette optique, consiste à se décrire lui-même. Nuage, roman qui installe un discours polysémique, fonctionne en une parfaite adéquation à son sujet. La moindre phrase s'écrit pour se voir démentie l'instant d'après. Bruno Lecigne en une belle formule parle chez Jouanne de matrices soumises à un régime d'auto-combustion. Lequel est métaphore de l'autre, du texte organisé sur sa remise en question, ou de l'univers — royaume de l'illusion — proposé par ce texte ?
     Notons l'économie très symbolique du récit : il n'est pas gratuit qu'une partie de Nuage ingère le cerveau du navire perdu et devienne celui-ci. Le cerveau est le siège d'une incessante activité dans l'ordre du mouvant — et d'elle-même Nuage est un cerveau à l'activité débordante. Dès lors Nuage/roman n'est autre qu'un discours sur le fonctionnement de l'esprit humain tel que selon les principes de la Raison nous l'occultons soigneusement. Il faut être Prune pour communier avec Nuage.
     Ce projet esthétique n'a plus grand-chose à voir avec la rhétorique dickienne. On est peut-être plus proche du Jeury des Yeux géants, et pour moi Jouanne se situe encore ailleurs par rapport à ce modèle. Au-delà. Peut-être Nuage trouve-t-il son origine dans la dernière phrase du roman de Jeury : « La suite de ce récit ne pourra jamais être écrite avec des mots humains ». Eh bien si, on peut dire une telle aventure ; Nuage en est la première relation. Et il s'agit d'une réussite majeure. Après Damiers imaginaires dont Stéphane Nicot vient enfin de rendre compte ici 1, Jouanne approfondit une œuvre unique — proche par certains côtés d'un récit formalisme (ainsi de l'image qui articule la narration, comme chez Brussolo) mais surtout marquée au coin de la dislocation interne. Il ne faut pas hésiter devant l'affirmation selon laquelle aujourd'hui Emmanuel Jouanne nous a donné une œuvre qui marquera. Boris Vian, Lewis Carroll et Robert Sheckley n'ont à mon sens pas grand-chose à y voir. (Contrairement aux affirmations fantaisistes mentionnées par l'éditeur sur la quatrième de couverture).


Notes :

1. Critique dans Fiction n° 338.

Dominique WARFA (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/6/1983
dans Fiction 341
Mise en ligne le : 16/3/2006

Prix obtenus
Galaxie, [sans catégorie], 1988


Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Albin Michel : La Bibliothèque idéale de SF (liste parue en 1988)
Association Infini : Infini (3 - liste francophone) (liste parue en 1998)
Francis Berthelot : Bibliothèque de l'Entre-Mondes (liste parue en 2005)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78609 livres, 90582 photos de couvertures, 74574 quatrièmes.
8864 critiques, 42716 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.