Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Métro 2034

Dmitry GLUKHOVSKY

Titre original : Metpo 2034, 2009

Cycle : Métro 2033  vol. 2 

Traduction de Denis E. SAVINE

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-) n° 34482
Dépôt légal : avril 2017
Roman, 512 pages, catégorie / prix : 8,30 €
ISBN : 978-2-253-08301-6
Format : 11,0 x 17,8 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     2034. La station Sevastopolskaya produit de l'électricité qui alimente le métro moscovite, mais la dernière caravane d'approvisionnement n’est jamais réapparue, pas plus que les groupes de reconnaissance envoyés à sa recherche...
     Ils seront trois à devoir résoudre cette énigme. Hunter, le combattant impitoyable revenu d'entre les morts, rongé de l'intérieur par les ténèbres ; Homère, qui a tout perdu aux premiers instants de la guerre et projette d'ériger un mémorial à l'humanité disparue ; Sacha, enfin, toute jeune fille qu'ils trouveront sur leur route dans une station où elle a vécu en exil avec son père.
     Publié en Russie en 2009, Métro 2034 a suivi la carrière de best-seller international de Métro 2033.

     Sombre, violent, parsemé de discussions élevées, les qualités du premier opus se retrouvent ici. L’Écran fantastique.

     Une suite réussie ! Actu SF.
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition L'ATALANTE, La Dentelle du Cygne (2011)


     Metro 2034 complète et achève le diptyque entamé avec Metro 2033 (voir critique dans Bifrost n°62). Et il y a de bien bonnes nouvelles avec ce nouvel opus. Au rang des critiques du premier volet, nous avions évoqué quelques longueurs qui auraient mérité un coup de scalpel d'une centaine de pages. Eh bien, non content d'avoir lu notre critique, Dmitry Glukhovsky a décidé de doubler la mise en réduisant Metro 2034 à un peu plus de 400 pages, le rendant ainsi plus digeste et plus incisif. A quand l'abonnement, Dmitry ? Ensuite, parce qu'il a su garder l'univers post-apocalyptique original, l'atmosphère glauque et la froideur du métro moscovite, tout en changeant les protagonistes de cette nouvelle histoire, évitant ainsi l'éternelle suite poussive où les personnages s'essoufflent tant ils manquent d'épaisseur au fil des pages. Enfin, cette fois, la situation géographique des personnages est limitée, ce qui nous évite de nous perdre avec eux dans le métro moscovite (même avec le plan !), qui, c'est confirmé, grouille de bestioles bizarres et peu amicales. Seul fil rouge, Hunter, le stalker, revenu d'entre les morts et qui sera, cette fois-ci, accompagné d'Homère, vieillard nostalgique en quête d'éternité. Ils seront chargés d'enquêter sur la disparition d'une caravane de ravitaillement ainsi que du groupe de reconnaissance parti à sa recherche. La station Sevastopolskaya, qui produit de l'électricité pour l'ensemble du métro, ne peut plus fonctionner sans approvisionnement. Sur la route, l'équipe sera complétée par Sacha, jeune adolescente ayant vécu l'exil avec son père dans une station isolée.

     Beaucoup plus ramassé que son prédécesseur (nombre de personnages, zones géographiques et batailles rangées avec les zombies), Metro 2034 gomme les défauts du premier tome (il y en avait peu) et en transcende les qualités. Des personnages fouillés et attachants, une quête de sens finement exploitée et de l'action rondement menée sans tomber dans le gratuitement sanguinolent à coup de zombies explosés. Enfin, pour ceux qui n'auraient pas lu le premier, Metro 2034 peut se lire indépendamment.

     Petite pichenette caustique pour nos amis de l'Atalante, concernant la couverture... et un bon plan recette pour les apprentis éditeurs : vous prenez l'illustration d'origine, vous changez le 3 en 4, vous passez du rouge au vert à pas cher et le tour est joué ! Une bien belle leçon de rationalité économique. L'éditeur nantais nous avait habitués à mieux. (Qui a dit quand ? C'est petit, ça !). Ceci étant, ce que l'éditeur n'a pas investi dans la couverture, il a dû le mettre dans la traduction, tant le travail de Denis E. Savine est à nouveau exemplaire (eh oui, on se répète !). Une très bonne manière d'éviter un Razzie !

     En conclusion, un bon roman d'anticipation post-apocalyptique, intelligent, efficace, musclé, et, pour la présente édition, allégé de toute lourdeur. Que demande le petit peuple ? On attendra maintenant de voir ce que Dmitry Glukhovsky produira par la suite, tant il paraît difficile d'échapper à une construction littéraire si typique et complète. Wait and see...

Hervé LE ROUX
Première parution : 1/10/2011
dans Bifrost 64
Mise en ligne le : 26/2/2013




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70298 livres, 80225 photos de couvertures, 65452 quatrièmes.
8418 critiques, 37565 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.