Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Terre Bleue de nos souvenirs

Alastair REYNOLDS

Titre original : Blue Remembered Earth, 2012

Cycle : Les Enfants de Poséidon vol.

Traduction de Laurent QUEYSSI
Illustration de Fred AUGIS

BRAGELONNE (Paris, France), coll. Poche
Dépôt légal : avril 2018
768 pages, catégorie / prix : 3,99 €
ISBN : 979-10-281-0288-3   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    

Au XXIIe siècle, l’Afrique est devenue la première puissant économique et technologique grâce à l’empire industriel bâti sur la famille Akinya sur l’exploration spatiale. Mais ses enfants Geoffrey et Sunday ont rejeté cet héritage pour se consacrer à leurs propres passions, l’intelligence animale et une carrière artistique. La mort soudaine de leur grand-mère, pionnière de l’espace, va les projeter dans une course déserspérée contre leur propre famille et d’autres puissances à l’affût d’un terrible secret… Un révélation qui pourrait bien faire voler leur univers idyllique en éclats.

"Un futur si brillamment imaginé et truffé de tant d'idées originales que le lecteur ne peut que saliver à l'idée des merveilles qui l'attendent." The Guardian

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BRAGELONNE, Science-fiction (2015)


     Au XXIIème siècle, l’Humanité entre dans une ère d’utopie où l’Inde, la Chine et surtout l’Union africaine (UA) sont les nouveaux leaders. La violence a été éradiquée grâce au Mécanisme qui surveille les implants neuronaux des citoyens ; le climat de la Terre a été réparé à l’aide des innovations africaines et chinoises dans le domaine de la géo-ingénierie ; des transhumains dotés de branchies ont développé les Nations unies aquatiques sous la surface de l’Océan indien ; la colonisation du système solaire est en cours, avec des cités sur la Lune et Mars, des exploitations minières dans la ceinture de Kuiper...
     Ce roman inaugure la trilogie Les enfants de Poséidon, qui se poursuit avec On the Steel Breeze (paru en VO en 2013) et Poseidon’s Wake (2015). L’ensemble raconte la conquête de l’espace extra-solaire en suivant sur plusieurs siècles des membres de la famille Akinya, originaire du berceau de l’Humanité au pied du Kilimandjaro.
     La Terre bleue de nos souvenirs relate les aventures de Sunday et Geoffrey, deux des nombreux petits-enfants de Eunice Akinya, une pionnière de la colonisation du système solaire qui a légué à sa famille un colossal empire techno-industriel. À la mort de la matriarche, Sunday et Geoffrey découvrent qu’elle a laissé derrière elle un secret qui pourrait bouleverser le futur de l’Humanité.

     L’intrigue est bâtie autour des énigmatiques indices mis en place par Eunice pour ses descendants et des difficultés que rencontrent ceux-ci pour les collecter : compétition avec leurs cousins, gestionnaires sans scrupule de l’empire Akinya, curiosité envahissante de certaines factions politiques transhumanistes... Mais cette intrigue est le gros point faible du roman. Elle se réduit à un jeu de piste assez puéril, elle progresse à grands renforts de deus ex machina et s’appuie sur quelques coïncidences à la limite de l’invraisemblance.
     Le roman pêche également par son rythme. L’histoire s’étire avec lenteur sur plus de 500 pages, pour n’accélérer (le mot est particulièrement bien adapté ici) que dans les trente dernières. Et encore est-ce pour aboutir à la découverte d’un secret qui laisse un peu le lecteur sur sa faim, d’autant qu’il a été habitué à mieux par l’auteur du bien nommé L’espace de la révélation : il manque à La Terre bleue de nos souvenirs cette sensation de vertige que le Cycle des Inhibiteurs savait créer en jouant avec les distances intersidérales, les échelles de temps, les concepts de cosmologie...

     Cependant, il est clair que cette chasse au trésor un peu banale est surtout prétexte à un tour du système solaire tel qu’Alastair Reynolds l’imagine dans ce siècle de colonisation spatiale. Scientifiquement rigoureux et imaginatif, l’écrivain décrit avec un enthousiasme communicatif et une technophilie revendiquée ce à quoi pourrait ressembler la vie sur les planètes voisines de la Terre dans un avenir proche : confort spartiate des premiers colons, ville lunaire construite avec les rebuts des cargos, téléphérique martien, omniprésence de la réalité augmentée, connexion neuronale sur de grandes étendues avec des robots d’exploration, animaux génétiquement modifiés pour s’adapter à des environnements hostiles... sans oublier les conséquences sociales et politiques de ces innovations.
     Reynolds expose aussi les prémices de schismes au sein de l’Humanité, entre les transhumains aquatiques, ceux qui préfèrent se soumettre au Mécanisme ou encore les adeptes de l’Efflorescence verte qui considèrent que leur devoir est d’ensemencer l’univers. Si ces différents courants n’en sont qu’à leur début, on pressent que, dans la suite de la trilogie, ils pourront suivre des voies aussi divergentes (et stimulantes pour l’imaginaire) que les Ultras, Démarchistes et autres Conjoineurs du Cycle des Inhibiteurs.

     Ainsi, sans forcément accrocher aux péripéties qui émaillent l’enquête de Sunday et Geoffrey, peut-on prendre plaisir à découvrir le monde bâti par Reynolds et goûter avec lui à une science-fiction optimiste, enthousiaste à l’idée de vivre bientôt dans l’espace, qui ne rejette pas le progrès technique sans être aveugle aux conséquences sociales ou éthiques. Bien que l’univers décrit soit proche d’une utopie, il n’a rien de naïf et c’est ce qui en fait la force : la violence a pour l’essentiel été bannie, mais ça n’empêche pas l’existence de conflits importants et malgré la sagesse montrée par cette Humanité du XXIIème siècle, la géopolitique est toujours gouvernée par des intérêts nationaux ou transnationaux, et l’égoïsme des individus reste le moteur des actions de nombreux personnages.
     Loin de tout angélisme, Reynolds montre que la violence reste sous-jacente chez les humains, et certaines de ses inventions éclairent de façon originale cette notion : arènes où se livrent des combats de robots au ralenti, comme un exutoire chorégraphié ; machines darwiniennes qui s’étripent dans une brutale lutte pour la survie dans un désert martien pour faire émerger de nouveaux concepts technologiques, comme si l’évolution de la société ne pouvait se concevoir sans une indispensable part de tuerie.
     Le récit présente aussi des rivalités d’idées et de choix politiques comme l’opposition entre un monde surveillé et pacifié, mais à la limite de la dictature consentie (le Mécanisme), et une société libertaire, plus vivante mais moins stable et plus dangereuse (la Zone). Les prémices du conflit entre les tenants d’une exploration mécanisée de l’univers, au premier rang desquels la famille Akinya et ceux d’une dissémination de la vie biologique sous toutes ses formes (les Panspermistes) laissent aussi présager d’intéressants développements dans la suite de la trilogie.

     La Terre bleue de nos souvenirs s’apparente donc davantage au long prologue d’un cycle qui semble prometteur qu’à un véritable roman. Ceux qui connaissent et apprécient déjà Alastair Reynolds liront avec intérêt ce livre et piafferont ensuite d’impatience en attendant que sortent les tomes suivants. Mais on conseillera à ceux qui n’ont rien lu de lui de se tourner plutôt vers Le Cycle des Inhibiteurs ou encore La pluie du siècle, où le talent de l’auteur apparaît de façon beaucoup plus immédiate et évidente.


Jean-François SEIGNOL
Première parution : 23/8/2015
nooSFere




 

Dans la nooSFere : 62666 livres, 58983 photos de couvertures, 57156 quatrièmes.
7958 critiques, 34393 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.