Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Epanchement du conte dans la littérature

COLLECTIF

Textes réunis par Pascale AURAIX-JONCHIÈRE & Gilles BÉHOTÉGUY & Christiane CONNAN-PINTADO




PRESSES UNIVERSITAIRES DE BORDEAUX (Bordeaux, France), coll. Modernités n° 43
Dépôt légal : 2018, Achevé d'imprimer : juin 2018
Recueil d'articles, 284 pages, catégorie / prix : 25 €
ISBN : 979-10-3000293-5
Format : 15,0 x 22,0 cm  
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    

Pour étudier le phénomène que nous nommons épanchement du conte dans la littérature, nous aurons à questionner le dialogue permanent que la littérature et l’expérience littéraire entretiennent avec le domaine des contes, sur le mode de l’innutrition ou de la réappropriation. Territoire passionnant au regard de la poétique des genres, le conte se prête à tous les jeux de l’hybridation en se mêlant aux autres formes littéraires qu’il transpose, dilue ou incorpore.

Outre les réécritures proprement dites, les amalgames de contes, les migrations de personnages, il faut envisager une présence des contes moins flagrante, au détour des phrases, des formules, des clins d’œil qui font écho à l’encyclopédie du lecteur, en somme, les phénomènes intertextuels dans leur diversité. Les contes peuvent être vus comme un vaste réservoir de formes, de formules et d’images qui servent de passe-partout pour franchir les frontières entre les genres littéraires, et de signes de reconnaissance pour instaurer une connivence avec le lecteur.

L’épanchement du conte dans la littérature engendre d’infinies combinaisons narratives et textuelles, et ces opérations de métissage concernent les thématiques, les structures, l’écriture, jusqu’à la langue qui, au-delà de la fiction, se trouve elle-même nourrie par les allusions, mentions et références qui l’émaillent d’éclats merveilleux. Certes on pourrait ne voir dans ces incidences que clichés, formules figées à la manière des métaphores lexicalisées, stéréotypes langagiers et culturels, mais les exemples sont si nombreux et témoignent d’une telle mainmise des contes sur la littérature qu’ils méritent toute notre attention.

La réflexion se répartit en quatre volets dans lesquels ne sont pas distinguées littérature tout court et littérature de jeunesse. Sont abordés successivement l’emprise singulière des contes sur certains univers d’auteurs, les réécritures des contes de Perrault, le franchissement des frontières génériques, la manière dont les contes sont enseignés.


    Sommaire    

 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67645 livres, 69821 photos de couvertures, 62588 quatrièmes.
8101 critiques, 36057 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3698 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.