Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
10 000 litres d'horreur pure

Thomas GUNZIG



Illustration de BLANQUET

AU DIABLE VAUVERT (Vauvert, France) n° (44)
Dépôt légal : février 2019
224 pages, catégorie / prix : 7,50 €
ISBN : 979-10-307-0244-6
Format : 11,2 x 16,5 cm  
Genre : Fantastique


Autres éditions
Sous le titre 10 000 litres d'horreur pure. Modeste contribution à une sous-culture   AU DIABLE VAUVERT, 2007

    Quatrième de couverture    
Cinq étudiants partent en week-end dans un chalet perdu au bord d'un lac pour se détendre après leurs examens. À la nuit tombée, ils aperçoivent une ombre qui les observe en lisière de la forêt. Le cauchemar va commencer...
Dans la plus parfaite tradition des slashers, Thomas Gunzig rend un hommage plein d'humour à une sous-culture pour lui fondatrice, dans un roman codé où tout est référence, du plus surréaliste au plus gore.

    Sommaire    

    Prix obtenus    
Masterton, roman français, 2008
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition AU DIABLE VAUVERT, (2007)


     Mais quelle horreur !

     Thomas Gunzig, né en 1970 à Bruxelles, est ce qu'on pourrait nommer un auteur à la mode. Il possède à coup sûr l'art délicat de forger un titre pour ses recueils de nouvelles : A part moi personne n'est mort ou Il y avait quelque chose dans le noir qu'on n'avait pas vu ou, comme ici, 10'000 litres d'horreur pure.
     Dans une préface explicative, l'auteur se réfère à sa jeunesse et à sa fascination pour les films d'horreur de série B, très prisés des adolescents (qui peuvent ainsi mieux se rapprocher de leur petite amie effrayée)...
     C'est en hommage à ce type de films que Gunzig s'est amusé à transposer en littérature une telle aventure. Cinq étudiants partent en week-end dans un chalet perdu au bord d'un lac. Il n'en faut pas plus pour que le suspense naisse et que l'expédition se transforme en un cauchemar où horreur, créatures innommables, lourds secrets révélés et personnages inquiétants se côtoient. Jouant habilement et avec humour des stéréotypes — personnages simplistes, situations prévisibles, lieux déserts — Thomas Gunzig réussit à produire un livre de série B tout à fait palpitant, sa « modeste contribution à une sous-culture ».

Jean-François THOMAS (lui écrire)
Première parution : 7/9/2007
24 heures
Mise en ligne le : 15/12/2008


 

Edition AU DIABLE VAUVERT, (2007)


     Si les lois sur le copyright me l'avaient permis (et mon rédac' chef, aussi, ce qui est une autre paire de manches car il est beaucoup plus dangereux que la plus vicieuse des lois sur la propriété intellectuelle), c'est avec un immense plaisir que j'aurais reproduit ci-après l'intégralité de l'avant propos de Thomas Gunzig sobrement intitulé « Petite introduction en guise de justification », ce texte de cinq pages étant la plus belle déclaration d'amour au cinéma d'horreur qu'il m'ait été donné de lire. Si belle, que d'un coup je me dis que les gens qui n'aiment pas les films d'horreur, et souhaiteraient les voir disparaître des vidéoclubs et des chaînes satellites, sont des terroristes, des criminels de mauvais goût et probablement des êtres instables qu'il conviendrait de surveiller étroitement.

     Allez, inutile de résister, un petit extrait de cette « Petite introduction en guise de justification » :      « De cette époque bénie pour la formation de l'imaginaire, je me souviens de quelques chocs telluriques dont les concrétions solides sont encore aujourd'hui présentes, pareilles à des cicatrices dont on serait fier. Je me souviens du Suspiria de Dario Argento, les images étaient sombres, le sang était d'un noir épais ou d'un improbable rouge orangé. Je me souviens de la musique des Goblins. Je me souviens de mon premier rape and revenge : La Dernière maison sur la gauche et de La Colline a des yeux de Wes Craven. La plus belle révélation pour nos petits esprits, c'était que tout était possible, tout était faisable, tout était montrable et surtout que rien n'était interdit. » (page 7)

     Après ce superbe avant-propos commence le livre (c'est-à-dire le massacre) : cinq jeunes crétins, aussi passionnants qu'un jeu télévisé, décident de passer le week-end dans une cabane pourrie, perdue au bord d'un lac. Il y a Patrice, chimiste puceau dont la sœur a disparu des années plus tôt dans la même cabane ; JC, le beau gosse plein aux as dont le principal projet pour le week-end sera d'arriver, enfin, à sodomiser sa copine Kathy (archétype, quant à elle, de la pétasse estudiantine superficielle), et il y a Marc et Ivana, un gentil couple (avec arbalète) un peu paumé dans cette galère. Et, dehors, rôde quelqu'un ou quelque chose de bien décidé à...

     Comme dirait l'autre : « Ça va cogner fort, ça va aller vite et nul n'en sortira indemne. »

     10 000 litres d'horreur pure, qui aurait pu aussi s'appeler « 250 pages de plaisir coupable pour fans d'Evil Dead et clones de Kevin Williamson », se dévore, à tel point que, hop, une fois arrivé au générique de fin, on rembobine le slasher pour se repasser les meilleurs passages au ralenti, une relecture-gourmandise par ci, un petit échantillon sanguin par là. Evidemment, ce n'est pas exempt de défauts (Gunzig a un péché mignon : surdoué de l'écriture, il cède facilement à la facilité), ni de coquilles. Par ailleurs, Gunzig n'aime pas finir ses romans, alors il les finit un peu « à la va comme je te pousse dans les escaliers pleins de clous à tétanos », en se disant probablement un truc du genre : « Sur un malentendu, ça devrait passer. »

     Mais en fait tout cela importe peu, voilà un livre (malin, très malin) qui n'est pas d'une ambition folle, mais qui réserve du plaisir, un vrai et grand plaisir de lecture.
Thomas « Evil » Day

Thomas DAY
Première parution : 1/11/2007
dans Bifrost 48
Mise en ligne le : 20/12/2008




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64336 livres, 62179 photos de couvertures, 59007 quatrièmes.
8085 critiques, 35277 intervenant·e·s, 1341 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.