Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Losange

Fereydoun HOVEYDA


Illustration de (non mentionné)

Éric LOSFELD (Paris, France), coll. E.L./science-fiction
Dépôt légal : 4ème trimestre 1968
Première édition
Recueil de nouvelles, 224 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 12,0 x 18,6 cm
Genre : Imaginaire

Recueil de nouvelles mais aussi de dépêches d'agences de presse, de brèves de quotidiens, d'extraits de livre, de sourates du Coran.



Pas de texte sur la quatrième de couverture.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Mélancolie, pages 9 à 9, nouvelle
2 - Le Losange adorable, pages 10 à 10, nouvelle
3 - La Voie lactée, pages 11 à 11, nouvelle
4 - Il ne faut pas jouer avec le feu, pages 12 à 12, nouvelle
5 - La Courbure de l'espace, pages 13 à 13, nouvelle
6 - Le Passé garde son mystère, pages 14 à 14, nouvelle
7 - Max PLANCK, Max Planck (L'image du monde dans la physique moderne), pages 15 à 15, article, trad. Cornélius HEIM
8 - Cercle, spirale, ellipse, pages 16 à 16, article
9 - (non mentionné), L'Âge de l'homme, pages 17 à 18, article
10 - Ici-bas, pages 19 à 20, nouvelle
11 - Le Parapluie de M. Philmore, pages 21 à 22, article
12 - Le Couloir, pages 23 à 24, nouvelle
13 - (non mentionné), La Boule de feu, pages 25 à 26, article
14 - Le Mur du son, pages 27 à 29, nouvelle
15 - (non mentionné), Engins mystérieux, pages 30 à 32, article
16 - (non mentionné), Migration, pages 33 à 35, article
17 - Quelque chose de menu (La Manne du ciel), pages 36 à 39, nouvelle
18 - (non mentionné), L'Année du Spoutnik, pages 40 à 43, article
19 - ANONYME & Charles-Noël MARTIN, Le Jugement dernier, pages 44 à 47, article
20 - L'Arbre de la vie, pages 48 à 51, nouvelle
21 - Les Primitifs, pages 52 à 56, nouvelle
22 - La Sphéromanie, pages 57 à 64, nouvelle
23 - La Langue des Martiens, pages 65 à 74, nouvelle
24 - Les Boueurs de l'espace, pages 75 à 84, nouvelle
25 - La Fuite dans le temps, pages 85 à 103, nouvelle
26 - Le Demi-losange ou l'éternel triangle (L'Éternel Triangle), pages 104 à 117, nouvelle
27 - Le Péché originel, pages 118 à 130, nouvelle
28 - Le Paradoxe du miroir, pages 131 à 137, nouvelle
29 - Retour à la planète natale, pages 138 à 144, nouvelle
30 - Le Collaborateur, pages 145 à 150, nouvelle
31 - Écrire des œuvres pornographiques, pages 151 à 155, nouvelle
32 - Le Livre de l'existence, pages 156 à 159, nouvelle
33 - Les Voies de l'existence, pages 160 à 163, nouvelle
34 - « Le Losange », pages 164 à 167, article
35 - Les Horloges, pages 168 à 171, nouvelle
36 - La Cendre, pages 172 à 175, nouvelle
37 - La Planète rouge, pages 176 à 179, nouvelle
38 - Le Point de suspension, pages 180 à 182, nouvelle
39 - Le Ciel et la mer, pages 183 à 185, nouvelle
40 - (non mentionné), L'Écho du commencement, pages 186 à 188, article
41 - (non mentionné), L'Âge de l'homme -2, pages 189 à 190, article
42 - (non mentionné), Les Guerriers d'outre-ciel, pages 191 à 192, article
43 - (non mentionné), Le Second Déluge, pages 193 à 194, article
44 - Querelle de famille, pages 195 à 196, nouvelle
45 - Relativité, pages 197 à 198, nouvelle
46 - L'Atlantide, pages 199 à 200, nouvelle
47 - Pourquoi ?, pages 201 à 201, nouvelle
48 - (non mentionné), Une assemblée très sérieuse, pages 202 à 202, article
49 - (non mentionné), Terre – Vénus, pages 203 à 203, article
50 - Le Calcul et la théorie, pages 204 à 204, article
51 - L'Étrange Docteur, pages 205 à 206, nouvelle
52 - (non mentionné), La Bête de Rio-Branco, pages 207 à 207, article
53 - Les Losanges magiques, pages 208 à 208, nouvelle
54 - (non mentionné), Le Bon Dieu lave plus blanc, pages 209 à 209, article
55 - L'Enfant et le philosophe, pages 210 à 210, nouvelle
56 - Superman, pages 211 à 211, nouvelle
57 - Héraclite et Carrington, pages 212 à 212, notes
58 - (non mentionné), Jean Seberg, pages 213 à 213, article
59 - Les Acides aminés, pages 214 à 214, article
60 - Regrets, pages 215 à 215, nouvelle
Critiques

     Fereydoun Hoveyda, ce fut d’abord F. Hoda, le critique passionné qui anima pendant des années la rubrique cinématographique de cette revue. C’est ensuite l’écrivain qui a publié dans Fiction quatre courtes nouvelles où le fantastique et la S.F. étaient abordés par le biais d’un humour léger, comme dans Le péché originel (n° 83) et L’éternel triangle (n° 114), tandis que l’insolite naissait de la mise en parallèle de deux séries d’événements sur le rapport desquels le lecteur était invité à extrapoler ou de l’angle de vue adopté par le narrateur pour envisager une anecdote somme toute banale, comme dans La manne du ciel (n° 108) et La cendre (n° 148). C’est aussi l’essayiste dont l’Histoire du roman policier fait autorité dans les milieux universitaires – qui, contrairement à une légende tenace, sont loin de mépriser les genres populaires. C’est enfin, pour s’en tenir au strict plan littéraire, l’auteur de quatre romans parus chez Gallimard dont le caractère traditionnel – du point de vue du critique œuvrant dans cette rubrique – ne masque pas pour autant les deux sources fondamentales de leur inspiration, les deux amours de F. Hoveyda, le cinéma et le rêve. De cet être à facettes, il était normal d’attendre un livre à facettes. Voilà qui est fait avec Le losange.

     Autour des récits déjà parus dans Fiction et de quelques autres où sont utilisés les mêmes procédés ou le même ton, se groupe une cinquantaine de textes qui, sous diverses formes – poèmes en prose, short-stories, petits contes moraux, coupures de presse, dépêches A.F.P., citations de philosophes ou de physiciens, courtes réflexions personnelles, etc… – ont trait à la S. F., au fantastique ou à l’insolite. L’idée directrice qui les relie est empruntée, de l’aveu même de l’auteur, à un ouvrage collectif américain où il s’agissait pour « quelques chercheurs fort sérieux, de mettre par écrit leurs hypothèses les plus farfelues, leurs songes les plus échevelés (qu’ils cachent généralement faute de pouvoir les expérimenter en l’état actuel de la science) ». Et F. Hoveyda précise un peu plus loin : « rêver un peu, entrevoir si possible un autre monde que le mien, mélangé au mien : voilà en quoi consiste essentiellement mon dessein ». Excellentes intentions que personne ici ne songerait à désavouer ! Malheureusement l’Enfer en est pavé et le livre que nous tenons entre les mains n’y répond que partiellement ou, plus exactement, selon le point de vue où on se place pour le juger.

     Les éléments constitutifs du recueil – et F. Hoveyda en est sans doute trop conscient pour qu’on s’abstienne de le signaler – sont souvent d’un intérêt mineur. Ou bien ils reposent sur des données minces comme ce n’est pas permis en des temps de S.F. et de fantastique de plus en plus élaborés dans leur forme et leurs idées. Ou bien ils nous entraînent dans des terres déjà fort civilisées et d’autant plus avares d’imprévu que l’auteur semble se faire un devoir d’y respecter les garde-fous et les passages cloutés. Contrairement à F. Hoveyda dont le dernier roman, Dans une terre étrange, montre qu’il n’a heureusement pas liquidé en lui cette part de l’enfance propice à un constant émerveillement, le consommateur de littérature fantastique que je suis a peut-être perdu ses facultés d’étonnement… Toujours est-il que les songes échevelés promis me paraissent assez sagement peignés.

     La déception est moindre au niveau de l’ensemble. En adoptant pour ses textes une disposition rhombique – très courts au début, ils s’étoffent progressivement jusqu’au centre du livre pour décroître ensuite de même – F. Hoveyda n’a pas entièrement cédé aux joies gratuites du jeu de puzzle. Peu intéressants en eux-mêmes, les détails de cette mosaïque littéraire finissent, en se combinant, par donner de l’univers une image à la fois complexe, riche de mystères, et solidement unifiée que la géométrie du losange, avec ses possibilités de symétrie et d’étirement kaléidoscopiques, est tout à fait apte à traduire matériellement. D’autre part, comme c’est le fond qui commande la forme, le dessin général de l’ouvrage nous invite à revenir au détail pour y chercher « l’esprit même du losange » que l’auteur nous dit avoir introduit dans plus d’une nouvelle, conduit en cela par sa vision particulière de l’homme et du monde. Il y a là l’occasion d’un exercice assez hygiénique pour les cellules grises. J’avoue humblement m’y être un peu perdu mais la géométrie du livre a au moins le mérite de personnaliser tout ce qui y relève de la compilation.

     Très curieusement, on en vient ainsi à apprécier dans Le losange des qualités qui ne sont pas profondément inhérentes à l’auteur. Le charme de F. Hoveyda tient à la discrétion de son approche du fantastique et au caractère simple, plein de gentillesse, enfantin – au meilleur sens du terme – de son imagination. Comme nous l’avons vu, celle-ci peut être servie et enrichie par l’intellectualisme formel, très « nouveau-roman » parfois, de l’adulte ; mais n’est-ce pas à ses propres dépens dans la mesure où cette subtilité, par le jeu du contraste, rend primaire ce qui n’était que naturel et vide ce qui n’était que discret ? Sorte de Douanier Rousseau de l’imaginaire, F. Hoveyda craindrait-il d’assumer pleinement et franchement sa naïveté ? Dans une terre étrange faisait déjà état de ce défaut et, comme ce livre, Le losange me fait finalement penser au caillebotis, pittoresque spécimen du bestiaire de Boris Vian, qui se caractérise par une tête très lourde et un corps ne contenant qu’un peu de vent. Quoi qu’il en soit, le néophyte y trouvera une assez bonne introduction à la thématique de la S.F. et du fantastique. Quant à l’amateur éclairé, il pourra trouver un certain plaisir à le consulter, à petites doses et de temps en temps, comme un dictionnaire portatif de l’Étrange ou une Défense et Illustration de l’Imaginaire.

Jacques CHAMBON
Première parution : 1/11/1969 dans Fiction 191
Mise en ligne le : 17/9/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.