Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Jean Ray / Thomas Owen, correspondances littéraires

Jean-Louis ÉTIENNE



Illustration de Johnny BEKAERT

PRESSES UNIVERSITAIRES DE VALENCIENNES (Valenciennes, France), coll. Textes en contexte
Dépôt légal : mai 2016, Achevé d'imprimer : mai 2016
Première édition
Essai, 304 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-36424-051-3
Format : 15,6 x 23,4 cm  
Genre : Fantastique

L'ouvrage est abondamment illustré de reproductions et de photos.
En couverture, photo de Jean Ray, d'André Goeffers, et de Thomas Owen, Le Soir du 29 août 1963.



    Quatrième de couverture    

Jean Ray et Thomas Owen... Ce ne sont pas deux vies parallèles que nous donne ici à lire Jean-Louis Étienne, mais deux vies littérairement entremêlées. Cet entrelacement est porteur de sens pour la logique du champ littéraire belge, au gré des pouvoirs associatifs et analogiques, avec en ligne de mire l’imaginaire septentrional.
Cette vie associative entre les deux auteurs permet aussi de montrer qu’un texte n’est jamais mort après publication. Non seulement il est revivifié par le lecteur, mais il peut être régénéré par les auteurs eux-mêmes. C’est le cas exemplaire des deux textes ici proposés en fil rouge. Qu’il s’agisse de « La/Le Scolopendre » de Jean Ray, ou d’un texte princeps sur Jean Ray que Thomas Owen ne cesse de reprendre pour le faire évoluer en fonction non des aléas éditoriaux, mais aussi en fonction de l’évolution du champ littéraire et de sa place au sein de ce dernier, on conçoit bien que les textes (ou plutôt, le texte qui devient textes) sont inextricablement liés à leurs contextes.
Difficile, donc, d’en revenir ensuite aux textes sans leur contexte... La critique externe ne peut néanmoins suffire pour retravailler l’apocryphe, pour remplacer des ponts par d’autres sur le plan de l’écriture et de la thématique. Dès lors, le travail de Jean-Louis Étienne vient idéalement s’apparier dans cet ouvrage à l’étude tout aussi précieuse d’Anne Neuschäfer. Si avec Jean-Louis Étienne l’on pouvait voir en un premier temps le lieu de la hantise des fantômes de l’analogie, ce sont les linéaments de ces fantômes qui sont ainsi donnés à voir. Textes, contexte, textes en contexte : dis-moi ce qui te hante, montre-moi comment tu hantes, dis-moi qui tu vas hanter... Thomas Owen et Jean Ray...

Critique littéraire pour de nombreuses revues, conférencier, Jean-Louis  Étienne (Liège, 1965) a été commissaire d'expositions, notamment sur Audiard, Čapek, Owen et Steeman, Parallèlement, il a été agent commercial en Europe de l’Est durant vingt ans.


    Sommaire    

 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72031 livres, 83599 photos de couvertures, 67307 quatrièmes.
8481 critiques, 38778 intervenant·e·s, 1494 photographies, 3729 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.