Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Peuple du Grand Chariot

William Lindsay GRESHAM

Titre original : The Star Gypsies, 1953
Première parution : The Magazine of Fantasy and Science Fiction, juillet 1953
Traduction de (non mentionné)
Illustration de Yanni PANAJOTOPOULOS

LE PASSAGER CLANDESTIN (Paris, France), coll. Dyschroniques
Date de parution : 4 février 2021
Dépôt légal : 1er trimestre 2021, Achevé d'imprimer : janvier 2021
Réédition en volume indépendant
Nouvelle, 64 pages, catégorie / prix : 5,00 €
ISBN : 978-2-36935-429-1
Format : 11,0 x 17,0 cm
Genre : Science-Fiction

Design de couverture : Xavier Sebillotte.


Autres éditions
   in Fiction n° 4, OPTA, 1954
   in Fiction Sélection n° 1, 1954

Quatrième de couverture

En 1953, William Lindsay Gresham imagine un monde où les parias d'hier détiennent la clé de la survie de l'humanité.

Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - (non mentionné), Synchronique du texte, pages 47 à 58, article
Critiques

Voici le 27ème volume de cette collection qui entend exhumer une science-fiction portant un regard critique sur notre modernité.

Parfois, les commentaires d'un texte sont plus intéressants que le texte lui-même, c'est le cas ici. La « synchronique du texte » fait revivre pour nous William Lindsay Gresham, qui a surtout laissé une trace dans le roman noir, avec son roman Le Charlatan qui devint un succès au cinéma en 1947. De ses texte de science-fiction, seulement deux ont été publiés en France, et jamais repris jusqu'à cette publication.

La « synchronique » nous apprend qu'Anthony Boucher, le rédacteur en chef du Magazine of fantasy and science fiction, a écrit du Peuple du Grand Chariot qu'elle était « une des plus belles histoires que nous ayons eu le privilège de publier jusqu'ici » (1953). Insensible au charme de ce texte, l'auteur de cette chronique pense qu'Anthony Boucher était sous le charme de la surprise en formulant cette appréciation, car il est vrai que le texte n'est pas habituel.

Dans le monde post-apocalyptique du texte, plus personne ne comprend les objets techniques laissés par la défunte civilisation. De petites communautés agricoles survivent çà et là. Lorsque les objets s'abîment définitivement, on s'en remet aux visites des roms, les nomades qui ont encore un savoir technique, archaïque mais efficace, et qui prédominent dans ce monde.

Inhabituel de faire des roms (c'est à dire les tziganes, les gitans, etc.) les héros de l'humanité du futur, quand on sait qu'ils sont encore aujourd'hui le peuple le plus ostracisé du monde ; inhabituel de célébrer le nomadisme et le dénuement et de faire la satire du mode de vie sédentaire et de son fétichisme des ustensiles de son confort.

Ceci dit, la dramaturgie du texte est confuse, on part sur une romance et on débouche sur une cosmogonie amenée trop vite, des roms l'auteur ne dit pas grand chose, les personnages sont vite esquissés et du coup pas très attachants.

Un texte trop vite torché et pas à la hauteur de ses intentions, reste une curiosité, à tous les égards.

Sylvain FONTAINE
Première parution : 11/3/2021 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73660 livres, 80918 photos de couvertures, 69164 quatrièmes.
8522 critiques, 39709 intervenant·e·s, 1517 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.