Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Effet coccinelle

Yann BÉCU

Première parution : Montreuil, France : L'Homme Sans Nom, mai 2021

Illustration de François-Xavier PAVION

L'HOMME SANS NOM (Montreuil, France)
Date de parution : 3 juin 2021
Dépôt légal : juin 2021, Achevé d'imprimer : avril 2021
Première édition
Roman, 320 pages, catégorie / prix : 19.90 €
ISBN : 978-2-918541-73-8
Format : 14,1 x 21,0 cm
Genre : Science-Fiction

Couverture à rabats, couleurs recto/verso.



Quatrième de couverture

Le lancement de l'Homo Sapiens, c’était une idée pourrie. Génétiquement trop instable. Le service Créa avait prévenu dès le début. Ils préféraient de loin le projet Bonobo. Question score de paix, une vraie promenade ! Bonobo Sapiens, ça aurait signifié la résolution du moindre conflit par le sexe... Chantier pépère, en somme.

Tu parles ! Les boss du 33e étage n'avaient rien voulu entendre. L’Homo Sapiens c’était parfait pour eux : audacieux, vendeur, et tellement sexy sur le papier.

Sur le papier, peut-être, mais sur le Terrain...

Parce que nous autres on est les techniciens, les larbins de la création... « Les Boueux », comme ils disent en haut lieu. Siècle après siècle on patauge dans ces eaux crapoteuses. Et chaque fois qu’on prend possession d’un corps ici-bas, on en paie le prix : coups de chaud, coups de froid, coups de pompe, coups de blues, coups de foudre, toute la chimie humaine s’impose à nous... Alors forcément, il arrive qu'on gaffe.

Or notre récente bourde risque de coûter cher. Si on ne la rattrape pas très vite, l'humanité va droit dans le mur...

Adieu, triple A.

Adieu, Homo Sapiens.

Et bonjour les sanctions.

Avec L’EFFET COCCINELLE, Yann Bécu développe une idée vertigineuse... Si une « preuve divine » était publiée, aussi éblouissante soit-elle, il resterait tout de même une question potentiellement explosive : quelle branche de quelle religion a misé sur le bon cheval ?

Critiques

Si les voyages dans le temps sont un topos de la science-fiction, éminemment casse-gueule au demeurant, celle-ci offre également des manières plus originales de jouer avec la chronologie. D'abord bien sûr par le biais d'uchronies grâce auxquelles elle la réinvente. Mais aussi en prenant du recul, beaucoup de recul, afin de voir la frise temporelle comme une sorte de tableau. Il en va ainsi de La fin de l'éternité d'Isaac Asimov, où l'Éternité du titre est une société sise dans un futur tel qu'elle semble hors du temps, et qui envoie ses agents tout au long de l'Histoire afin de garder celle-ci sur les rails que nous connaissons, et ce faisant permettre son existence. Fritz Leiber, dans le cycle La guerre des modifications, (ou La guerre uchronique), décrit quant à lui un univers dans lequel deux camps, celui des serpents et celui des araignées, se battent tout au long du temps pour faire pencher la victoire de leur côté. Des humains, comme des membres de toutes les races de l'univers, sont extraits de leur propre trame temporelle pour servir de fantassins à un camp ou à l'autre.

Cette vision du monde est en quelque sorte aussi la toile de fond de L'effet coccinelle de Yann Bécu. Ici, une société extra-terrestre à peu près omnipotente, la Ruche, va de planète en planète afin d'y créer des mondes et de nouvelles espèces évoluées. Cette société est structurée comme une société bien humaine, avec ses dirigeants, ses ingénieurs et ses ouvriers. Ces derniers, dits les boueux, mouillent la chemise pour faire avancer les projets, ou plutôt prennent possession de corps dans le monde en construction afin de donner les coups de pouce nécessaires pour aller dans le bon sens de l'évolution. Les cols blancs, loin de ces considérations pratiques, planifient, ordonnent et sont récompensés si le résultat est satisfaisant.

Or le projet Homo Sapiens a du plomb dans l'aile. Et du gros calibre. Chez les ingénieurs et les boueux de la Ruche, c'est le branle-bas de combat pour rattraper le coup, si possible avec discrétion tant les infractions vont être nombreuses pour parvenir à un résultat satisfaisant.

À travers la description de services plus ou moins iconoclastes (service prévisions, service des fraudes, service juridique, ressources humaines, etc.) Yann Bécu dégomme joyeusement les archétypes du monde entrepreneurial. Mais son humour vachard se penche sérieusement sur une autre forme de société, fortement liée à la raison pour laquelle le projet est en train de capoter : la religion. La religion dans son principe et toutes les religions dans leur forme ; c'est à dire les entreprises qui exploitent les interrogations intimes de chacun, qui cherchent à asseoir leur puissance monopolistique, qui s'affrontent à coup de Vérités, de menaces voilées et de guerres si cela ne suffit pas. Et à travers elles, sont visées la suffisance, le mépris, le calcul mesquin de chacun.

Le récit est structuré selon deux fils. Le premier d'entre eux suit les pas de trois boueux débarqués à notre époque, trois êtres abîmés par des siècles de labeur et par les émotions engrangées au contact des humains sur une si longue durée. Trois trognes à la gouaille particulière, d'autant qu'ils sont capables de jurer en araméen ou dans d'autres dialectes encore plus oubliés. Et entre chaque chapitre, quelques pages apportent un contre-champ franchement drôle avec des scènes de la trajectoire d'un jeune policier qui essaie de mettre le grappin sur ces personnages bizarres et si dissemblables, apparemment échappés d'une sorte d'asile breton.

Entre humour grinçant, poésie et rêveries autour du monde antique et des amours perdues, le roman se lit facilement d'une traite. S'il comporte bien un ventre mou une fois le premier tiers du récit déroulé, la plume de l'auteur n'est jamais insistante ; ses descriptions sont fluides, les chapitres courts, et le texte est émaillé de clins d'œil (certes parfois faciles) sur les épisodes les plus connus de l'Histoire ou sur les télescopages entre les différentes époques vécues par les boueux. Yann Bécu enfin, offre la démonstration hilarante que de Baudelaire aux Feux de l'amour, il ne saurait y avoir de hiérarchie entre les cultures pour des êtres millénaires.

David SOULAYROL
Première parution : 7/12/2021 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 75209 livres, 84191 photos de couvertures, 70925 quatrièmes.
8543 critiques, 41134 intervenant·e·s, 1578 photographies, 3741 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.