Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Brigade de l'Œil

Guillaume GUÉRAUD


Illustration de Patrick CONNAN

ROUERGUE (Éditions du) (Arles, France), coll. épik
Date de parution : 1er juin 2022
Dépôt légal : juin 2022, Achevé d'imprimer : mai 2022
Réédition
Roman, 304 pages, catégorie / prix : 15,80 €
ISBN : 978-2-8126-2360-8
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
Rush Island, 2037. La loi Bradbury interdit toutes les images depuis vingt ans sur l'ensemble du territoire. La propagande matraque : « Les photographies sont nocives. Le cinéma rend fou. La télévision est l'opium du peuple. » Les agents de la Brigade de l'Œil, les yeux armés du gouvernement, traquent les terroristes opposés à cette dictature. Brûlent les images encore en circulation et les pupilles de ceux qui en possèdent. Parce qu'un bon citoyen est un citoyen aveugle.
Kao a 15 ans. Il ne craint pas les images. Elles le fascinent. Après le lycée, il traîne dans les rues de Badwords pour en distribuer clandestinement. Une rumeur circule : des films auraient survécu. Ils seraient enfouis quelque part dans l'île. Kao est prêt à risquer gros pour les sauver des flammes.
 
« Un texte très convaincant pour dire aux adolescents que la culture est avant tout l'instrument de leur liberté. »
Télérama
 
« Haletant, syncopé, monté cut, La Brigade de l’Œil fait ainsi penser au rythme et à la dramaturgie du meilleur cinéma d'action américain. »
Livres Hebdo
 
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition GALLIMARD, Folio SF (2009)

     La Brigade de l'Œil est le premier roman de science-fiction de Guillaume Guéraud après une dizaine d'autres titres publiés aux éditions du Rouergue (le présent livre étant lui-même initialement paru au Rouergue, mais dans une collection jeunesse, ce qui, en définitive, peut surprendre après lecture). Un roman qui annonce la couleur dès sa première page : l'auteur joue en effet de la carte dystopique dans ce qui se présente d'entrée comme un hommage appuyé au Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Mais pas de pompiers pyromanes pour autant ici : cette fois, ce ne sont pas les livres qui trinquent, bien au contraire : on lit beaucoup, dans ce roman, et l'on y révère les grands noms de la littérature.

     Au sein de l'Etat de Rush Island, dans un futur proche, ce sont en effet les images que la Loi Bradbury (aha !) interdit depuis une vingtaine d'années. Le dessin, la photo, le cinéma, la télévision ont été bannis de l'île par l'Impératrice Harmony, après sa Révolution victorieuse. La propagande l'assène : les images sont néfastes, elles mentent, elles sont l'opium du peuple (refrain connu). Une brigade spéciale a été créée pour appliquer cette loi draconienne ; ses agents, les najas aux yeux grands ouverts par les galiscopes, brûlent les documents interdits, au chalumeau ou au lance-flammes. Quant aux contrevenants — il y en a nécessairement, même après toutes ces années — , ils se voient tous appliquer une même sanction, terrible : ils sont purement et simplement aveuglés. Ils sont ainsi châtiés par où ils ont péché ; mais les écrits du philosophe officiel Kimsoon les consolent... en braille, et en lieux communs.

     Falk est un capitaine de la Brigade de l'Œil, et un des plus brillants avatars de ces iconoclastes modernes... même s'il a bien entendu lui aussi ses faiblesses. Face à lui, le lycéen Kao, petit-fils d'un projectionniste « résistant », est un « terroriste » : un dealer d'images interdites... Le roman alterne les points de vue du chat et de la souris, jusqu'à leur inévitable confrontation finale...

     Rien que de très classique, on le voit. Si l'objet de la censure change, on se retrouve bien devant un plaidoyer en faveur de la liberté sous toutes ses formes. L'hommage est appuyé, dès le postulat un tantinet absurde lorgnant vers la fable surréalisante. Mais, si le roman vibre en quelques occasions d'un amour frappant du cinéma autorisant quelques jolies scènes, il peine cependant à convaincre, et n'arrive en tout cas pas à la cheville de son illustre modèle, sans surprise. Là où la quatrième de couverture, élogieuse comme il se doit, nous promet « un roman coup de poing » par « l'un des auteurs les plus stimulants et dérangeants de sa génération » (rien que ça !), on n'a en fin de compte qu'une dystopie falote et déjà lue, saturée de clichés, et qui n'apporte rien au genre... L'hommage est un peu trop poussé, en somme. Et sans grande pertinence, ce qui est plus gênant...

     Hélas, si la narration assez « cinématographique » n'est pas désagréable, le style est par contre à l'avenant : lapidaire, tout en répétitions, perclus de tics parfois horripilants, se montrant au mieux fade, au pire un brin pénible.

     Le roman n'a du coup pas grand-chose pour lui ; on pourra lui concéder, outre sa brièveté relative, sa violence sèche, et, en contrepoint, quelques séquences cinéphiles plutôt réussies, parfois même émouvantes. C'est peu...

     Bien trop peu. On peut s'interroger, dès lors, sur l'intérêt de cette publication anodine, pas nécessairement mauvaise, mais franchement médiocre. Une fois n'est pas coutume : on préférera l'original (les originaux...) au remake...

Bertrand BONNET
Première parution : 1/10/2009
dans Bifrost 56
Mise en ligne le : 7/11/2010

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77056 livres, 88019 photos de couvertures, 72934 quatrièmes.
8563 critiques, 41945 intervenant·e·s, 1601 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.