Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Étoile des Baux

Jean SEVERIN

Première parution : Paris, France : Robert Laffont, 1966


Robert LAFFONT (Paris, France)
Dépôt légal : 1966
Première édition
Roman, 248 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 18 cm
Genre : Imaginaire



Quatrième de couverture

[Texte du rabat de couverture]

Jean Séverin est né en 1911 dans le Morvan. Depuis trente-cinq ans, consacre sa vie aux enfants et aux adolescents d'un collège de la région parisienne dont il dirige les études.
A déjà publié deux romans : La jalousie de Dieu et L’enfant et la nuit.

Critiques

     L’auteur s’est trompé de collection : son roman n’est pas destiné aux adultes, mais aux adolescents. Pourquoi alors ne pas le présenter comme tel ? Parce que le héros, Pascal, et sa cousine Douce, qui ont seize ans, sont amoureux l’un de l’autre, se le disent, ne s’en cachent pas, et qu’autour d’eux cela se sait et se voit d’un bon œil. Du coup, maîtres jésuites et censeurs laïques se voileraient la face et hurleraient à l’obscénité. Ne croyez pas que je charge, c’est hélas vrai. Ainsi la Comtesse de Ségur se vit reprocher des personnages « chez qui s’éveillait ce sentiment poussant au mariage ».

     Cela dit, L’étoile des Baux est un parfait ouvrage pour l’ancienne Bibliothèque Rose, celle qui croquait des personnages aussi pittoresques que la tante Estelle, toujours sautillante comme une cabrette, entourée de musiciens et de farandoleurs, et embarquant tout son monde dans une Rolls longue comme un torpilleur, solide comme un char, vaste à loger trois escouades, pour fêter les sites provençaux ou goûter simplement la douceur de la nuit.

     Mais vite l’insolite apparaît. Douce n’est pas d’ici mais d’un autre monde, très sage, très savant, mais qui meurt, faute de jeunesse. Ce monde l’appelle, l’entraîne d’abord dans l’univers souterrain de l’Ombre, puis sur la planète des rêves sans gaîté.

     Douce semble revenir une première fois, rappelée par l’amour de Pascal. Mais l’envoûtement est le plus fort, et elle repart. Pour la sauver définitivement, il faut que la Terre fasse retentir l’appel des bêtes et de la nature, bouclant ainsi un mince et agréable récit, empreint de poésie.

     Voilà sans doute pourquoi ce livre est offert aux adultes. Ce charme lancinant des choses et de la jeunesse qu’évoquent ces pages avec un bonheur réel, l’adolescence n’en a que faire ; il faut en avoir perdu l’usage pour le goûter.

Jacques VAN HERP
Première parution : 1/9/1967 dans Fiction 166
Mise en ligne le : 12/11/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78609 livres, 90582 photos de couvertures, 74574 quatrièmes.
8864 critiques, 42716 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.