Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Planeta non grata

Michel HONAKER



Illustration de Tim WHITE

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1194
Dépôt légal : janvier 1983
192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-02157-1   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Le Horlag ? Le plus impitoyable des fléaux galactiques, le charognard des mondes dégénérés.
     Sur Xuban, on essaie de survivre en noyant son épouvante dans les rêves artificiels. Mais cette nuit, Martha a succombé à son tour.
     C'est cette nuit qu'a commencé la guerre d'Angan Weiss aussi. Une guerre dont il ignore les prolongements.
 
    Critiques    
     Qui se cache sous ce patronyme ? On le saura sous peu, nos espions en font foi. En tout cas, après J. Stuntman, voilà le deuxième « nouvel auteur » en deux mois qui intègre avec intégrité la collection « Anticipation », avec un titre hideusement latino-cuisinesque, cachant un récit pas si mal ficelé que ça, où des Horlags, créatures volantes, suceuses de vie, à moitié immatérielles et aux neuf-dixièmes invulnérables, hantent une planète d'après la déglingue, où la police fait la loi, où les politiciens sont corrompus, et où l'on ne peut même plus rêver sans l'aide de mystérieux Montreurs de rêves... Il y a de bonnes descriptions de la « Cité Tentaculaire » et, si les personnages sont stéréotypés (Angam Weisse est le traditionnel flic qui tourne casaque) et le substrat dramatique convenu, l'ambiance crépusculaire de Xuban est bien rendue avec quelques audaces du genre de cette aube couleur de savon qui se lève page 18.
     Il est dommage que ces points positifs soient bouffés aux mites par d'innombrables négligences de style, du genre « ... il en remonta jusqu'à la source » (deuxième page), ou ces fameuses décades inévitablement prises pour des décennies (messieurs les écrivains, pitié ! décade = dix jours ; décennie = 10 ans), et, dans le dernier tiers du roman par une approximation plus que douteuse relative aux corps célestes et aux distances stellaires : un satellite, repéré (comment ?) dans un autre système, est atteint en deux heures de navigation au pif, et un astronef en orbite largue des bombes sur une planète en les faisant tomber par l'ouverture de la soute. Wouah ! Il est dommage que Honaker nous fasse ainsi rire avec ces broutilles, qui gâchent un roman qui aurait pu être presque bon. Les lecteurs et correcteurs du Fleuve méritent la bastonnade.


Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/4/1983 dans Fiction 339
Mise en ligne le : 1/4/2006


 

Dans la nooSFere : 61690 livres, 56738 photos de couvertures, 55994 quatrièmes.
7957 critiques, 33720 intervenant·e·s, 1250 photographies, 3645 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés. Vie privée et cookies/RGPD

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !