Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un peu de vin d'antan

Jean-Louis LE MAY


Cycle : Chroniques des temps à venir  vol.


Illustration de Tim WHITE

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1243
Dépôt légal : septembre 1983
192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-02368-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Vous qui errez par les chemins de la vie, pensez de temps à autre à ce que vous laisserez aux générations futures.
     Du rayonnement pas du tout spirituel, c'est plus que possible.
     Autre chose ? Si vous voulez, mais quoi ?
     Voici, en tout cas une idée...
 
    Critiques    
     Ce roman baigne dans la même eau que L'ombre dans la vallée et quelques autres : ce futur post-atomique dont le côté « âges farouches » est tempéré par un érotisme bon enfant (culte de Priape). un hédonisme gentillet (culte de Bacchus). et un emploi haut en couleur du patois provençal, qui arrondit les angles. Ici, une communauté méditerranéenne matriarcale, où pointent les pouvoirs psi (l'auteur lorgne du côté de L'an 0 1 de Gébé — ses héros portent même le fameux chapeau conique de la bédé), se heurte à l'hégémonie religieuse d'une autre communauté, plus puissante et ayant sauvé la technologie d'avant : les rockandins, ainsi nommés parce que vivant dans la cordilière des Andes, sous la protection du Grand Dieu Bon (en abrégé : GDB).
     On voit que l'humour de Le May chausse de gros sabots, mais sa bonne humeur est si communicative et sa verve si chaleureuse, qu'on oublie les facilités (inévitables et quelque peu san-antoniennes dans les séquences de b..., heu, de contacts charnels), pour se payer de bonnes pintes de rire ou de sourire. La construction est lâche, et l'auteur se paye même le luxe de nous offrir une préface ante-cataclysmique — qu'on croirait gratuite avant de se rendre compte que ladite préface sert à introduire le deus ex machina (comme disaient nos ancêtres les Romains), ou le Mac Guffin (selon Hitchcock) : en l'occurrence des bouteilles de Martini gonflées à l'aphrodisiaque, qui serviront à assouplir les rapports (ou à les tendre, selon un point de vue inverse) entre les Rockandins et les villageois pagnolo-antoniens. En somme, faites l'amour, pas la guerre, comme on disait sagement en 68, avant d'écrire de la « jeune SF française ».
     Bref, ce Le May-là n'est pas hautain, grandiloque et didactique, comme il nous en assène parfois. Il est simple, marrant, sympa, paillard. Note idéologique : 10 sur 10. En somme, du meilleur Le May,


Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/1/1984 dans Fiction 347
Mise en ligne le : 1/12/2005


 

Dans la nooSFere : 62397 livres, 58355 photos de couvertures, 56875 quatrièmes.
7958 critiques, 34216 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.