Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Deux souris pour un Concorde

Jean-Louis LE MAY


Cycle : Chroniques des temps à venir  vol.


Illustration de David LEWIS

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1015
Dépôt légal : 3ème trimestre 1980
256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-01396-X   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Dans un futur si proche que tous les protagonistes gravissent déjà, à leur allure, l'escalier menant à la phase ultime de leur destinée, le mondialisme de la jeunesse nouvelle se mesure au cynisme réaliste des pouvoirs en place.
     Julie, Noelle, Jacques et Michel, quatre prénoms, deux couples, une seule foi en un devenir moins sale que le passé. En eux ce qu'il faut pour s'élever jusqu'au martyre. Avec eux, une flèche blanche lancée vers le troisième millénaire pour infliger sa première défaite à l'hydre aux multiples têtes...
 
    Critiques    
 
     Le May écrit des romans de plus en plus gros dans cette collection où la limite était de 224 pages ; celui-ci en occupe 256, imprimées petit. Il écrit de plus en plus vite aussi. Son avant-dernier né, Heyoka Wakan, ne précédait celui-là que de quelques mois.
     Avec Deux Souris pour un Concorde, cela fait sept romans signés Jean-Louis Le May, à l'écriture baroque, où la trivialité du propos avoisine le français le plus châtié, et la thématique incertaine, en forme de mosaïque. Étrange, car la volonté de l'auteur semble bien, au vu du titre. Chronique des temps à venir sous lequel sont regroupés la majeure partie de ses derniers romans, de tracer une « histoire du futur proche ». Bah ! Nous verrons avec les suivants si cela se précise.
     Deux souris pour un Concorde fait pendant à Plus jamais le France, signé J. et D. Le May, pour des raisons bien évidentes, car ici deux donzelles (les « souris » du titre), ayant par hasard découvert l'anti-gravité, s'en servent pour faire voler une dernière fois le Concorde, ce grand bête oiseau blanc. (Un prochain roman aura pour héroïne la Tour Eiffel... mais je suis mauvaise langue.) Malgré le thème un peu... « bateau », c'est un livre qui se lit bien et vite — ce qui n'est déjà pas si mal.

Jean-Pierre VERNAY
Première parution : 1/11/1980 dans Fiction 313
Mise en ligne le : 28/11/2008


 

Dans la nooSFere : 61345 livres, 55893 photos de couvertures, 55331 quatrièmes.
7954 critiques, 33423 intervenant·e·s, 1240 photographies, 3638 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés. Vie privée et cookies/RGPD

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !