Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Destination cauchemar

Isidore HAIBLUM

Titre original : Nightmare Express, 1979

Traduction de Françoise MAILLET
Illustration de Éric SEIGAUD

OPTA , coll. Club du livre d'anticipation n° 105
Dépôt légal : août 1984
Roman, 348 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7201-0202-4   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Quelques personnages passent d'un univers à un autre sans que l'on sache ni pourquoi ni comment. Ceux dont il est le plus souvent question se demandent périodiquement lesquels de ces univers sont réels, lesquels correspondent à des rêves, ou à des cauchemars... Les suspenses sont nombreux, mais ont une fâcheuse tendance à se terminer en queue de poisson, comme d'ailleurs l'ensemble du roman. On a parfois l'impression que l'auteur a fouillé dans ses tiroirs, a retrouvé des morceaux d'histoires jamais terminées, les a agrafées ensemble, puis s'est demandé comment justifier l'opération... Il n'y est d'ailleurs pas tout à fait arrivé. Bref, cela pourrait n'avoir rien d'extraordinaire, pas grand chose d'original ou d'intéressant.
     C'est pourtant un bon roman. D'abord, Haiblum n'a pas lésiné sur les multiples décors que l'histoire exigeait : « Old York », qui évoquerait la fin du XIXe siècle si le téléphone, les jeans et les pots de vin, considérés comme une branche majeure de l'économie, n'y étaient omniprésents, « York », métropole impeccable où une « foire du temps » permet de retrouver l'atmosphère du passé, le New York de la prohibition, Athènes ravagée par la peste, le palais de Caligula, un couvent médiéval où sévissent d'assez étranges inquisiteurs. Prague au temps du Golem... on regrette simplement que tous ces mondes ne soient pas aussi fouillés que le premier... Ensuite et surtout, c'est un auteur drôle et efficace. Il joue admirablement de l'aparté, de la litote, du commentaire incongru ou goguenard, du genre : « Ce dont j'avais besoin, c'était de deux infirmiers munis d'une civière. Et je ne disposais que d'une paire de jambes quasiment hors d'usage ». Il est dommage que seuls certains chapitres soient rédigés sur ce ton là. Cela dit, l'ensemble se lit très vite : sachant que le lecteur a souvent l'impression de tourner en rond, à la suite d'ailleurs des personnages, il se débrouille pour qu'il ait l'impression de tourner si vite qu'il en attrape le tournis, au fil des phrases très courtes, des paragraphes en cascade ou des dialogues en forme de match de ping-pong. Le résultat est qu'on se laisse piéger, qu'on lit, et que, lorsqu'on a fini, même si l'on n'a pas vraiment compris ce qui s'est passé, on a le sentiment d'avoir passé un très agréable moment. C'est sans doute là le plus important.


Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/12/1984 dans Fiction 357
Mise en ligne le : 4/6/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68130 livres, 71597 photos de couvertures, 63092 quatrièmes.
8160 critiques, 36321 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.