Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
I.G.H.

James Graham BALLARD

Titre original : High-Rise, 1975

Traduction de Robert LOUIT

LIVRE DE POCHE (Paris, France) n° 5164
Dépôt légal : 4ème trimestre 1978
320 pages, catégorie / prix : 3
ISBN : 2-253-02804-2   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   CALMANN-LÉVY, 1976
   in Crash ! / L'île de béton / I.G.H., DENOËL, 2006
   POCKET, 1988
   ROMBALDI, 1980

    Quatrième de couverture    
     I.G.H. décrit la rapide dégradation de la vie dans un immeuble de mille appartements répartis sur quarante étages. La population apparemment homogène de ces logements coûteux ne va pas tarder à se scinder en clans. A mesure que les querelles entre voisins dégénèrent en guerres tribales, Ballard, d'un appartement à l'autre, décrit l'éventail de possibilités que l'existence dans ces cellules capitonnées d'un genre inédit offre à ses hôtes aliénés. La lutte des classes, ici, est réglée par la topographie et ce récit, qui commence dans le pétillement du champagne, s'achèvera dans le sang.
     Après Crash ! ce roman-catastrophe constitue une nouvelle pièce à verser au dossier de la psychopathologie de la vie quotidienne dans les sociétés industrielles.


    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Albin Michel : La Bibliothèque idéale de SF (liste parue en 1988)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
High-rise , 2015, Ben Wheatley
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1988)


     I.G.H... Immeubles de Grande Hauteur.
     Une tour, prise au hasard : quarante étages, deux mille habitants, un véritable univers à part, hors du monde, enclave de béton et de verre. On s'y sent si bien que l'on ne veut plus la quitter. Un à un, les habitants de la tour se cloîtrent dans le bâtiment et ne sortent même plus pour aller travailler. Un à un, les ascenseurs se dérèglent et tombent en panne. Un à un, les étages sont privés d'électricité. Un à un, les pare-brise des voitures garées sur les parkings environnants sont pulvérisés par des objets qui dégringolent des étages. Un à un, les habitants deviennent fous et retournent à une barbarie ancestrale où il convient de s'annexer un territoire et de le préserver des virées ennemies.
     Une à une, les tours quittent la civilisation et se convertissent à la philosophie néandertalienne.
     Voilà un roman encore plus effrayant que Crash. L'univers imaginaire de Ballard est proprement étonnant. Il se construit sur nos infrastructures les plus quotidiennes mais le monument qui s'érige peu à peu devant nos yeux médusés ne ressemble à rien de connu. C'est une statue à la Ballard, une singulière étude sociale qui se fonde sur le pourrissement des règles de la vie ordinaire et des conventions morales. On a beau se répéter que cela ne peut arriver, on a envie d'y croire, rien que pour voir comment ce dérapage va se terminer. Par curiosité morbide, en somme.
     Ballard est loin de ciseler une écriture imagée dans le style Brussolo. Néanmoins, ses descriptions relèvent d'une horreur subtile et profonde.
     La tour infernale, à côté, c'est de la gnognotte !

Éric SANVOISIN
Première parution : 1/7/1988
dans Fiction 399
Mise en ligne le : 27/3/2003


 

Edition CALMANN-LÉVY, Dimensions SF (1976)


 
     Après la route, les tours : Ballard continue de piocher ses dangereuses visions du présent dans une « débauche de fictions » qui ne font plus partie, et depuis longtemps, de la fiction qu'elle soit science-f ou speculative-f. Mais cette fois le projet dérape : autant il était facile d'accepter les névroses individuelles des héros de Crash ou de L'île de béton, autant la folie belliqueuse dans laquelle s'enfoncent les 2 000 habitants d'un « Immeuble de Grande Hauteur » paraît fabriquée, et de toute façon aussi fausse sociologiquement que psychologiquement. La géographie spacieuse du luxueux penthouse rend inadéquat l'effet de stress qui saisit ses locataires comme des rats de laboratoire soumis à une surpopulation artificielle, et leur appartenance à une même classe sociale aisée rend improbable leur lutte fratricide (on verrait mieux les habitants faire bloc contre une invasion extérieure). Ceci posé, l'ouvrage est encore plus révulsant que les deux précédents, et c'est peut-être là, finalement, l'image ambiguë de sa réussite — au moins une certaine réussite. Reste à savoir si le regard porté est narquois, ou bien s'il reflète d'éventuelles névroses sadomasochistes de l'auteur. Quoi qu'en pense Robert Louit, l'écriture très au premier degré du roman nous inclinerait à choisir la seconde hypothèse.
 

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/5/1976
dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64105 livres, 61689 photos de couvertures, 58750 quatrièmes.
8084 critiques, 35134 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.