Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Soleil mort : Shon'Jir

Carolyn Janice CHERRYH

Titre original : The Faded Sun : Shon'jir, 1978
Première parution : États-Unis, New York : Nelson Doubleday / SFBC, octobre 1978
Cycle : Soleil mort  vol. 2 

Traduction de René LATHIÈRE
Illustration de Gérard DUBOSCQ
Illustrations intérieures de Gérard DUBOSCQ

OPTA (Paris, France), coll. Club du livre d'anticipation n° 94
Dépôt légal : mai 1983, Achevé d'imprimer : 5 mai 1983
Première édition
Roman, 416 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7201-0170-2
Format : 13,5 x 20,1 cm
Genre : Science-Fiction

Tirage limité à 3000 exemplaires numérotés de 1 à 3000 et à 30 exemplaires hors-commerce de collaborateurs marqués H.C.



Quatrième de couverture
     Sten Duncan avait sauvé la vie de deux ennemis de l'humanité. Cela s'était passé lors de la prise de Kesrith, et maintenant Sten se sentait responsable du devenir de Niun et de Melein. Bien qu'ils fussent frère et sœur, les deux mri symbolisaient des castes distinctes : Niun, le dernier des samouraïs, Melein, la dernière prêtresse-reine. Le combat et la danger avaient créé des liens puissants, et la fraternité scellée dans Ie sang conduisait tout droit à d'étranges contradictions. Vint le temps où les routes du destin allaient mener les protagonistes du drame vers une légendaire planète perdue où les mri trouveraient peut-être une nouvelle chance.
 
     SHON'JIR est le second volet d'une nouvelle trilogie de C.J. CHERRYH.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - (non mentionné), (C.J. Cherryh), pages 7 à 7, photographies
2 - (non mentionné), Carolyn Janice Cherryh, pages 8 à 8, biographie
Critiques
     La mode est actuellement aux trilogies (voire aux tétralogies ou aux sagas non-stop !) et il faut bien avouer que cela ne répond que trop rarement à une nécessité interne de l'œuvre... Le phénomène est encore plus visible avec la vogue des suites et le principe en est d'une simplicité à toute épreuve : si le premier roman a été un gros succès commercial, le directeur de collection et/ou l'éditeur réclame une nouvelle et lucrative tentative ; c'est ainsi que La grande porte se prolonge par Les pilotes de la grande porte 1 et que Dune aboutit en fin de course à L'empereur-dieu de Dune 2.
     Avec Shon'Jir, second volume de la trilogie de Soleil mort, C.J. Cherryh démontre de façon éclatante qu'elle se situe dans une tout autre logique ; Daniel Walther, dans sa préface à Kesrit, affirme d'ailleurs à juste titre que si « la loi des séries ne pardonne pas en matière de fantastique et de SF », la trilogie de Soleil mort relève de ces « œuvres qui se présentent en tant que telles, c'est-à-dire qui osent aller, tout risque calculé, au bout de leur propos ».
     Loin d'être inférieur à Kesrit, Shon'Jir s'inscrit sans heurt ni baisse de tension dans la trilogie de Cherryh ; la construction de l'œuvre est tout à fait nette : le premier volume se déroule sur la planète Kesrit (point de confrontation des trois races en présence), le troisième sur Kutah (monde d'origine des mri) et le second dans l'espace (entre-deux-mondes, où s'exprime le thème central du passage).
     Shon'Jir, c'est donc le passage. Passage entre deux univers (Kesrit et Kutah) et deux histoires séparées, mais aussi passage pour Duncan, l'humain ami des Mri, qui va aller bien au-delà de ses engagements initiaux, changer de statut, de mentalité et même de façon d'agir. C.J. Cherryh réussit parfaitement la fusion du space opera traditionnel et du roman psychologique ; elle parvient ainsi, alors qu'il ne se produit que fort peu d'événements tout au long des deux cents pages centrales du roman (c'est lors des chapitres d'introduction et de conclusion que l'action se fait rapide), à rendre son récit aussi passionnant que convaincant.
     La SF de Cherryh en général, et cette trilogie en particulier, est aux antipodes de la SF que j'apprécie d'habitude. Elle me paraît néanmoins très supérieure à la majeure partie de ce qui s'écrit aujourd'hui.
     Mieux : Shon'Jir, après Kesrit, contribue à faire de Soleil mort plus qu'un bon livre 3 ; ce n'est sans doute pas un chef-d'œuvre, mais c'est déjà presque un grand space opera ; attendons Kutah pour tirer un bilan définitif de cette entreprise d'envergure.


Notes :

1. La reprise du titre initial, c'est mille ventes de plus !
2. Critique dans Fiction n° 333.
3. Critique de Kesrit dans Fiction n° 342.

Stéphanie NICOT (lui écrire)
Première parution : 1/12/1983 dans Fiction 346
Mise en ligne le : 15/2/2003

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 75209 livres, 84191 photos de couvertures, 70925 quatrièmes.
8543 critiques, 41135 intervenant·e·s, 1578 photographies, 3741 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.