Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Dernier voeu

Andrzej SAPKOWSKI

Titre original : Ostatnie Zyczenie, 1993
Fantasy  - Cycle : La Saga du Sorceleur  vol. (NN) 

Traduction de Laurence DYÈVRE
Illustration de Michael WELPLY
BRAGELONNE n° (48), dépôt légal : mai 2003
304 pages, catégorie / prix : 20 €, ISBN : 2-914370-49-0

Couverture

    Quatrième de couverture    
     «Tel un sortilège complexe, un roman de Sapkowski est un mélange de fantasy, de propos intellectuels et d'humour caustique... »
     TIME Magazine

     « Sapkowski possède un don phénoménal de narrer une histoire, d'in­venter des événements sensationnels, de créer un climat suggestif et aussi de faire monter la tension. Tout cela avec un humour éblouissant et une pointe de cynisme... Un monde épique, un monde de rêve pour ceux qui sont restés jeunes, quel que soit leur âge. »
     Polityka

     Geralt de Riv est un personnage étrange, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. Car en ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Or Géralt est à la fois un guerrier et un mage, il est même plus que cela. C'est un sorceleur. Il est unique. Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, ou une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d'un jour, amours d'une nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue ?...

     Andrzej Sapkowki est né en 1948 à Lodz (Pologne). Après des études d'économie et de commerce, le succès spectaculaire qu'il a remporté avec le cycle consacré au sorceleur l'a décidé à devenir un romancier à plein temps. Traduit en sept langues, il est toujours un best-seller européen avec plus d'un million d'exemplaires vendus, une adaptation au cinéma et en série TV. Il dépasse ainsi, dans son pays, Stephen King ou Michael Crichton !

 
    Critiques    
     Bien que rien ne l'indique, Le Dernier vœu n'est pas un roman mais un recueil composé de six nouvelles séparées par les sept chapitres d'un septième récit. Ces textes narrent plusieurs aventures de Geralt de Riv, ni sorcier, ni tueur à gages, ni mercenaire, mais tout cela à la fois et davantage encore : il est un « sorceleur », c'est-à-dire un mage et un meurtrier d'exception que l'on recrute dans les situations désespérées. Sa réputation est telle qu'il ne manque pas de propositions d'embauche, mais il ne vend ses services que si la cause est conforme à son éthique : dans cette « époque pourrie » où pullule « la vermine en tout genre », il s'est fixé pour but de nettoyer le monde des démons qui y rôdent, striges, brouxes, kikimorrhes, vyppères, etc.
     Bref, il s'agit d'un héros d'Heroic Fantasy assez classique, un surhomme quasi invincible, plus ou moins justicier auto-proclamé. Au premier degré, cela promet de l'action à grand spectacle, au second, une idéologie — si l'on doit en chercher une — que le lecteur bougon pourra trouver un peu douteuse. Soulignons toutefois que le sorceleur est plus proche des créatures et des sorciers qu'il combat que des hommes ordinaires puisqu'il est lui-même une sorte de monstre : il illustre l'éternel paradoxe du mercenaire qui élimine ses semblables pour créer un monde où il n'aura finalement plus sa place.
     Son aspect de nyctalope aux cheveux blancs rappelle évidemment le personnage d'Elric le nécromancien, mais Geralt ne possède pas la personnalité torturée et ambivalente de celui-ci. Au contraire, c'est un personnage assez entier qui se remet peu en question, et en ce sens, il est plus proche de Conan. En fait, Geralt parvient à trouver une place intermédiaire entre ces deux grandes heroic-figures, grâce à des récits bien menés où les personnages secondaires sont souvent plus ambigus et donc plus intéressants que le sorceleur lui-même. On y trouve de plus quelques bonnes surprises : des histoires assez étoffées, un peu d'humour, un soupçon de truculence, certaines transpositions très distanciées de contes comme Blanche-Neige ou La Belle et la Bête...

     Fait notable, Andrzej Sapkowski est un compatriote de Stanislas Lem. Certes, son origine polonaise est difficile à percevoir à la lecture, au contraire de l'influence anglo-saxonne, mais Sapkowski est présenté par l'éditeur comme « l'un des cinq auteurs best-sellers polonais », qui « dépasse ainsi, dans son pays, Stephen King, Michael Crichton ou John Grisham ». Son œuvre est traduite en sept langues et aurait même fait l'objet d'adaptations en BD et au cinéma.
     Même si l'on finit par se méfier des habituels dithyrambes de Bragelonne, on reconnaîtra volontiers le talent de conteur de ce nouvel auteur. Pour qui n'est pas allergique à l'Heroic Fantasy — c'est une condition évidemment nécessaire — la lecture s'avérera agréable, le personnage du sorceleur s'imposant d'emblée comme un héros marquant du genre.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/8/2003
dans Asphodale 4
Mise en ligne le : 1/6/2004


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.