Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Échecs et maths

Terry BISSON

Science Fiction  - Traduction de Gilles GOULLET
Illustration de Éric SCALA
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 131, dépôt légal : mars 2003
226 pages, catégorie / prix : F5, ISBN : 2-07-042148-1
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Tout le monde devrait avoir un ami comme Wilson Wu. Il a été musicien de rock, ingénieur, chef pâtissier. Il a étudié dans les plus grandes écoles de médecine, de mathématiques, de physique et de droit. Spécialiste en météorologie et entomologiste renommé, il a participé à un projet de contrôle du climat au fin fond de l'Amazonie. Et serviable avec ça...
     Alors, quand une casse spécialisée dans les voitures suédoises cache une fissure dans l'espace-temps, quand un coussin de siège avec de jolies perles annonce l'effondrement prématuré de l'Univers, quand — horreur suprême ! — vous trouvez un taxi new-yorkais dans la minute, n'hésitez pas : faites appel à lui ! Il saura toujours vous tirer d'affaire par un savant calcul... Car les nombres ne mentent pas !
     Mêlant hard science débridée et humour pince-sans-rire, Terry Bisson nous invite, au fil de ces trois longues nouvelles (dont « Lune de miel à New York », nommée au prestigieux prix Hugo), à la rencontre improbable entre Albert Einstein et Douglas Adams.

     Né en 1942 dans le Kentucky, Terry Bisson vit actuellement à New York. Il est l'auteur de nombreuses nouvelles et de six romans, parmi lesquels Homme qui parle et Nova Africa témoignent de sa passion pour les mythes du territoire nord-américain. Hank Shapiro au pays de la récup', son dernier roman écrit en hommage au Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, a été publié dans la collection Lunes d'encre aux Editions Denoël.


    Sommaire    
1 - Le Trou dans le trou (The hole in the hole), pages 11 à 73, trad. Gilles GOULLET
2 - Le Bord de l'univers (The Edge of the Universe), pages 75 à 133, trad. Gilles GOULLET
3 - Lune de miel à New York (Get Me to the Church on Time), pages 135 à 221, trad. Gilles GOULLET
 
    Critiques    
     Est-il possible d'écrire de la hard science avec loufoquerie ? Oui, prétend Bisson, qui le démontre sur le champ avec trois nouvelles qui se suivent chronologiquement mais sont lisibles indépendamment. Sous-titré « E=MC3 », ou encore « Tout le monde devrait avoir un ami comme Wilson Wu », ce recueil met en scène Irving, un avocat subissant des difficultés professionnelles et conjugales. Ses problèmes ne sont qu'un aspect secondaire de la question, mais ils mettent souvent en lumière les étranges phénomènes que son étonnant ami Wu parvient à expliquer, voire à enrayer avec la plus déconcertante facilité. Celui-ci, diplômé en droit, médecine, mathématiques et physique, qui exerça des activités aussi diverses que pâtissier, ingénieur, musicien de rock, entomologiste et météorologue, est un hyperactif curieux de tout qui ne manque jamais de rendre service et a en outre le don de tomber sur les phénomènes les plus étranges, qu'il parvient à expliquer.

     « Le Trou dans le Trou » présente une fissure de l'espace-temps, baptisée adjacence méta-euclidienne néotopologique (non-congruente et périodique de surcroît), qui permet de récupérer, depuis une casse automobile, le Lunar abandonné sur la Lune (une partie, du moins). Dans « Le Bord de l'univers », Wu détecte une onde d'inversion anti-entropique amorçant le début du Big Crunch ; Irving en constate les effets sur une automobile abandonnée dans un terrain vague puis dans son entourage immédiat, à sa grande déception, puisque cela compromet ses chances de refaire sa vie avec Candy. Mais Wu résout toutes les difficultés, de sorte qu'Irving peut envisager une lune de miel à New York. Celle-ci risque malheureusement d'être mise à mal par une fuite de temps transitionnel provoquant une singularité chronologique compressant le temps à New York. Et voilà pourquoi taxi et métro sont à l'heure !

     Les arguments pour expliquer ces aberrations sont d'une rigoureuse logique et s'appuient sur les récentes théories, ce qui permet probablement à Bisson d'affirmer en première page de son ouvrage : « Basé sur des faits réels ! » Mais les effets qu'il en tire, constatés à l'échelle de la vie banale d'Irving, sont des plus désopilants. Humour décalé et hard science rigolote font de ce recueil une lecture réjouissante.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/2003
dans Bifrost 31
Mise en ligne le : 1/8/2004


     Ce recueil « inédit » rassemble trois nouvelles, dont deux déjà publiées en France. Issues d'un même cycle, elles s'enrichissent mutuellement au point de former un quasi-roman doté d'une progression logique centrée sur la vie sentimentale du narrateur, de son divorce à son remariage. Irving est avocat, mais il porte un regard très ironique sur ce métier qui ne le passionne visiblement pas. Incollable sur les voitures, mais parfait ignare dans tous les domaines scientifiques, il est le candide idéal pour assister aux brillantes mais incompréhensibles démonstrations mathématiques de son ami Wilson Wu, un improbable génie à demi chinois, lui-même avocat mais aussi physicien, météorologiste, pâtissier, mécanicien, etc. Autour d'eux gravite une tribu de personnages pittoresques et récurrents, qui renforcent la cohérence de cet univers littéraire.
     Mais ce sont les maths du titre qui leur volent la vedette. Bisson les utilise pour prouver tout et n'importe quoi, sous prétexte que « les chiffres ne mentent pas ». Les irréprochables et « limpides » équations de l'ami Wu étayent ainsi les situations les plus loufoques, conférant au récit une tonalité hard science jouissivement fantaisiste et absolument pas sérieuse.
     Par exemple, Le Trou dans le Trou — précédemment paru sous le titre Attention, un trou peut en cacher un autre ! dans Futurs bien frappés (Pocket, 1995) — nous montre qu'une « adjacence métaeuclidienne néo-topologique non-congruente périodique » permet de découvrir au fond d'une bête casse automobile un passage direct vers la surface de la Lune, que nos héros pourront explorer, équipés pour l'occasion d'un sac en plastique sur la tête et d'une boule de coton sous la langue afin de mieux respirer... Dans Le Bord de l'univers, Wu observe que l'univers a cessé son expansion et qu'il commence à s'effondrer sur lui-même, tandis qu'au même moment, Irving constate que la marche du temps vient de s'inverser dans le terrain vague voisin... Enfin, dans Lune de miel à New York — un récit déjà connu des lecteurs de Galaxies n°20 — , des distorsions temporelles inattendues affectent la grande cité : par exemple, les avions arrivent à l'heure de même que, chose incroyable, le bus de la 5e avenue. Pire, au resto, on est servi dès que la commande est prise... Un savant fou aurait-il trouvé le moyen de voler le temps transitionnel ?
     Qu'on se rassure, nul besoin de s'y connaître en mathématiques pour apprécier l'humour à plusieurs niveaux et l'ingéniosité de Bisson dans ces trois réjouissantes divagations. Leur réunion en un volume permet de mieux en savourer la spirituelle ironie — notamment parce que certaines phrases ou situations récurrentes aboutissent à un véritable comique de répétition. À l'issue, chacun sera d'accord pour considérer que « tout le monde devrait avoir un ami comme Wïlson Wu », ce savant aussi génial que toqué qui rappelle le Doc de Retour vers le futur, jonglant avec désinvolture avec les concepts les plus étonnants, au risque de pulvériser le cosmos.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/6/2003
dans Galaxies 29
Mise en ligne le : 21/1/2007


 
Base mise à jour le 18 mars 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.