Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
2024

Jean DUTOURD



Illustration de Claude LAPOINTE

GALLIMARD (Paris, France), coll. La Blanche
Dépôt légal : 3ème trimestre 1975
224 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     En un demi-siècle, la « planète des jeunes » est devenue la planète des vieux. Pourquoi ? Pour une raison toute simple : on a cessé de faire des enfants. En 2024, Paris, la France, le monde ne sont plus peuplés que de vieillards. L'Amérique a été tuée par la science ; la Russie a péri dans le Goulag ; la Chine ne compte plus que quelques millions d'habitants.
     Le héros-narrateur du présent ouvrage a soixante-dix ans, ce qui signifie qu'il avait vingt ans en 1974. Cela lui permet de comparer le monde qu'il a connu dans sa jeunesse et celui dans lequel il vit. Comparaison dont la nostalgie est compensée par la gaieté du style.
     Paris en 2024, avec ses maisons écroulées, ses gratte-ciel déserts, ses prostituées dont la plus fraîche a atteint l'âge de la ménopause, ses cinquante millions de pigeons qui ont tout recouvert de fiente, ses rues qui ont changé de noms, son bois de Boulogne transformé en jungle, c'est une vision, dans son genre, aussi saisissante que celle d'Orwell dans son fameux 1984.
     En effet, dans ce livre qui est à peine une anticipation, Dutourd ne fait que déduire l'avenir du présent. Pourquoi, dans cinquante ans, les choses ne seraient-elles pas comme il les imagine ? On ne voit aujourd'hui que la jeunesse. Mais cette jeunesse vieillira. Les adolescents de maintenant sont les vieillards de demain. Il n'est peut-être pas sans intérêt de leur montrer quels vieillards ils seront, et quel monde risque d'être le leur.
     Dans 2024, on retrouvera le Dutourd drôle et féroce du Bon beurre, le Dutourd violent de l'École des Jocrisses, le Dutourd minutieux des Horreurs de l'Amour, et aussi un Dutourd curieusement ému par l'enfance. C'est un livre-somme, noir comme une estampe de Goya, piquant comme un pamphlet de Swift.
 
    Critiques    
 
     La dénatalité subite du début du XXIe siècle n'est, comme on s'en doute, qu'un prétexte pour Dutourd à parler d'aujourd'hui. A la manière d'un réactionnaire patenté, bien sûr : et si on est bien d'accord avec lui pour fustiger les trous qui défigurent Paris, on ne pourra que sourire à l'énoncé de ses opinions définitives sur la Chine, l'Afrique qui était quand même plus heureuse du temps de la colonisation, les Républiques arabes, la « décadences » des années 60-70 entraînée par la licence des mœurs. Mais quoi ! Le vieux singe fait son numéro, et personne ne peut s'en étonner, à peine moins s'en indigner. Et si sa vision de Paris écroulé, avec sa population au mieux septuagénaire qui continue à vivre à peu près « comme avant » (l'argent a même toujours cours !) a quelque chose de plus surréaliste que de vraiment SF, reste quand même, en sourdine, une petite méditation sur la vieillesse, un regret rose sur les jeunes années, qui rendent un son plus juste et parviennent même à toucher. Mais c'est bien peu !

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/2/1976 dans Fiction 266
Mise en ligne le : 7/12/2017


 

Dans la nooSFere : 62418 livres, 58402 photos de couvertures, 56897 quatrièmes.
7958 critiques, 34223 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.