Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Réminiscences 2012

Laurent KLOETZER



Illustration de Julien DELVAL

NESTIVEQNEN , coll. SF n° (2)
Dépôt légal : juin 2001
416 pages, catégorie / prix : 24,24 €
ISBN : 2-910899-30-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     2012 — la ville s'étend à perte de vue.

     Une maladie incurable s'en prend aux enfants du monde entier, les fauchant à l'adolescence et laissant les adultes impuissants. la jeunesse devient sauvage, zone dans les rues et retarde les effets du virus grâce à l'acide, qui décape le cerveau et donne les yeux argentés.

     C'est dans ce monde pas drôle que Monsieur K. tente de survivre et de garder un peu d'integrite morale ; pas facile quand on est flic privé au service de la multinationale qui fabrique l'acide.

     Mais un jour, Alex débarque dans sa vie, et cet adolescent bizarre semble tout savoir de lui. alors les ennuis vont vraiment commencer pour Monsieur K : ce n'est pas conseillé de fourrer son nez dans les affaires louches des corporations...


     Laurent Kloetzer travaille pour une multinationale et cache à son employeur son goût pour les littératures de l'imaginaire. A 26 ans, il est déjà l'auteur de deux romans de Fantasy.
     Il signe avec Réminiscences 2012 son premier livre de Science-Fiction.
 
    Critiques    
     Pour son troisième ouvrage, Laurent Kloetzer a choisi de déserter la fantasy pour la science-fiction. Et plus précisément, pour la nouvelle de science-fiction. En effet, Réminiscences 2012 est un recueil — recueil certes un peu particulier, dans la mesure ou on retrouve dans tous les textes les mêmes personnages inscrits dans le même univers, mais recueil tout de même. Bref, douze nouvelles qui se décomptent au rythme des douze mois de l'année 2012.

     Le monde de Monsieur K, le héros, perd sa jeunesse : un virus mortel s'attaque à tous les enfants de moins de quinze ans. Seule une drogue synthétisée par une multinationale permet de retarder l'échéance. Mais en contrepartie, elle fait des mômes atteints des junkies sans avenir ni lumière (on se souviendra du Temps du Twist de Joël Houssin...). Bref, rien de bien réjouissant.

     Monsieur K est un être décalé. Petit flic sans envergure, il travaille à la sécurité interne d'une grosse société. Son boulot consiste, la plupart du temps, à régler les affaires de vols de stylos, un train-train pimenté de temps en temps par un meurtre sordide... Bref, pour lui non plus, il n'y a pas d'avenir. Méprisé par ses supérieurs, il rêve d'un monde plus souriant, plus romantique.

     L'arrivée d'Alex dans la vie de Monsieur K va résonner comme un coup de canon. Ce garçon débrouillard, sans âge, possède assez de culot pour bousculer son terne quotidien. Les origines et les motivations d'Alex sont floues — un avatar moorcockien, un compagnon de héros. Drôle et déjanté, il va accompagner K, l'antihéros, dans toutes ses enquêtes, lui sauvant régulièrement la mise. Il est le contre-pied permanent du caractère rêveur et passif de K. D'ailleurs, tous les récits tournent autour de leur couple. Aucun autre personnage n'est aussi développé et deux textes sont même entièrement consacrés à Alex.

     Le décor planté dès la première nouvelle, on peut suivre les enquêtes de K dans les autres. Et ce qui frappe, c'est l'ambiance générale. Si c'est parfois violent, il reste toujours cette atmosphère indéfinissable dans ce décor ultra urbain : il y a de la tendresse et de la poésie chez Kloetzer. Ses personnages, bons ou mauvais, sont souvent décalés, peu adaptés au monde qui les entourent. Cela ne les rend que plus attachant. Mais qu'on ne s'y trompe pas : on ne bascule pas dans la mélancolie. Les nouvelles de Réminiscences 2012 sont généralement des textes d'action, dans lesquels l'auteur sème à loisir références et clins d'œil — présence d'Amundsen, le personnage de Jean-Claude Dunyach, rencontre d'Alex avec les Beatles en plein cœur de la forêt de Tom Bombadil, etc. Dans ce monde complètement flingué, Kloetzer se permet tout.

     Au final, Réminiscences 2012 est un petit bonheur dont on se délecte nouvelle après nouvelle. Avec un bémol coriace pourtant : son prix. À 159 balles (ou 24,24 euros) les 400 pages, dans un format pas tant éloigné du poche que ça : on fait un peu plus que friser l'arnaque... Quand on sait que pour 6 francs de plus on a le dernier Clive Barker (qui plus est vachement plus gros, grand, beau !), faut arrêter de déconner... C'est d'autant plus regrettable que voici un ouvrage (en dépit d'une couverture fort laide) qui mériterait de trouver son public. Mais quoi ! ? A ce prix là, force est de conclure en se disant qu'on attendra une hypothétique reprise en poche.

Jérôme VINCENT
Première parution : 1/10/2001 dans Bifrost 24
Mise en ligne le : 10/9/2003


 

Dans la nooSFere : 62388 livres, 58328 photos de couvertures, 56866 quatrièmes.
7958 critiques, 34214 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.