Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dangereuse Callisto

Isaac ASIMOV

Titre original : The Early Asimov or, Eleven Years of Trying, 1972
Première parution : États-Unis, New York : Doubleday, septembre 1972 (comprend les 4 volumes Denoël)

Cycle : Early Asimov  vol. 1 

Traduction de Jane FILLION

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 182
Dépôt légal : 2ème trimestre 1974
Recueil de nouvelles, 320 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Dangereuse Callisto réunit les premières œuvres de l'auteur : toutes les nouvelles qu'il écrivit dans sa jeunesse et dont une grande partie parut dans « Astounding science-fiction », le magazine bien connu de Campbell — l'éditeur qui découvrit Asimov. Ici, l'auteur fait précéder chaque nouvelle de petits textes où il raconte sa vie littéraire, ses difficultés de créateur, et aussi l'histoire des débuts de la littérature d'anticipation aux Etats-Unis. Et ces textes, écrits par l'Asimov d'aujourd'hui, en pleine possession de son métier, apportent une dimension nouvelle aux histoires conçues par l'écrivain débutant. Il s'agit donc d'une sorte de « document » de grande valeur, qui nous révèle la progression d'un talent, la naissance d'une œuvre considérable et surtout un humour inégalable.

    Sommaire    
1 - Introduction, pages 11 à 24, introduction, trad. Jane FILLION
2 - Dangereuse Callisto (The Callistan Menace), pages 25 à 48, nouvelle, trad. Jane FILLION
3 - Dans l'orbite du soleil (Ring Around the Sun), pages 55 à 76, nouvelle, trad. Jane FILLION
4 - L'Inestimable trésor (The Magnificient Possession), pages 81 à 106, nouvelle, trad. Jane FILLION
5 - On n'arrête pas le progrès (Trends), pages 111 à 139, nouvelle, trad. Jane FILLION
6 - Une arme trop effroyable pour être utilisée (The Weapon Too Dreadful to Use), pages 147 à 173, nouvelle, trad. Jane FILLION
7 - Le Frère prêcheur, gardien de la flamme (Black Friar of the Flame), pages 179 à 248, nouvelle, trad. Jane FILLION
8 - Le Sens secret (The Secret Sense), pages 257 à 273, nouvelle, trad. Jane FILLION
9 - Homo sol (Homo Sol), pages 279 à 310, nouvelle, trad. Jane FILLION
 
    Critiques    
 
     Critique commune de : Dangereuse Callisto, Noël sur Ganymède, Chrono-minets et La mère des mondes, par Isaac Asimov Ed Denoel, Présence du Futur n° 182, 187, 191 et 199.

     Voici enfin complète la traduction (bonne pour les deux derniers tomes, par Ronald Blunden, pleine de bourdes pour les deux premiers, par Jane Fillion) de The Early Asimov, recueil des nouvelles de jeunesse (1938 — 1950) jamais encore parues en volume (ce qui exclut les meilleures) mais toutes acceptées par des magazines (ce qui exclut les très mauvaises, perdues). Une seule, je crois, était connue en France, Sens secret (Fiction Spécial 21). Peu méritaient vraiment de l'être, à part peut-être celle qui donne son titre au deuxième volume, ainsi que Brimade (qui eût mieux été rendu par Bizulthage) et Auteur ! Auteur ! pour leur humour, Non définitif pour l'idée para-scientifique, et les deux dernières pour leur sens de l'Histoire (Toynbee et Gibbon sont passés par là !). Quel chemin parcouru depuis les personnages et le style puérils et conventionnels de Dans l'orbite du soleil ! quel progrès depuis les scènes plus ridicules que comiques de Homo Sol ! quelle maturation depuis les positions politiques généreuses (contre le colonialisme, le racisme, pour la libre pensée) mais simplistes de Une arme trop effroyable pour être utilisée ! L'histoire la plus intéressante, c'est... celle de l'auteur : celle de ses rapports avec le monde de l'édition telle qu'il la raconte dans les interchapitres, et celle de la formation de son écriture et de sa pensée telle qu'on peut la dégager d'une comparaison des nouvelles entre elles et avec les grandes œuvres (Les Robots et la trilogie des Fondations notamment), au cours de ces douze « années Campbell ». C'est au rédacteur en chef d'Astounding que le livre est dédié, et à juste titre, encore que Pohl aurait pu lui être associé : car sans leur aide et leurs conseils le plus grand science-fictionniste de l'âge d'or n'aurait pu s'épanouir. Si nous n'avons pas d'Asimov en France, c'est peut-être faute de vrais rédacteurs en chef.


George W. BARLOW
Première parution : 1/5/1976 dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition GALLIMARD, Folio SF (2005)


     La carrière littéraire du bon docteur commence à dix-neuf ans, à peine. Comme de coutume dans ses recueils, non sans une savoureuse dose d'immodestie, l'évocation biographique lui fournit matière à une introduction et aux avant-propos de huit nouvelles précoces, écrites et publiées dans les années 1938 à 1940. À cette époque, Asimov, étudiant, faisait le siège de la revue Astounding Science-fiction et du bureau de John Campbell. Les textes réunis ici sont loin d'être des chefs-d'œuvre et supportent assez mal la comparaison avec la production ultérieure d'Asimov. Il le concède d'ailleurs à propos de la nouvelle Le frère prêcheur, gardien de la flamme : « Elle n'est pas bonne, je le reconnais, mais non dépourvue d'un certain intérêt. » C'est le cas de la quasi-totalité des œuvres du présent recueil. Campbell ne s'y était d'ailleurs pas trompé, qui accepta seulement deux textes au cours de cette période, On n'arrête pas le progrès et Homo Sol, alors qu'Asimov se montrait déjà prolifique. Mais la persévérance de l'aspirant écrivain paya très rapidement, considérant que les premiers Robots datent de 1940 et Fondation de 1941. Si la figure emblématique des robots est absente des nouvelles de Dangereuse Callisto, les civilisations galactiques souvent décrites préfigurent déjà le cadre de Fondation. Bien qu'à l'origine Asimov convoque des créatures extraterrestres dont il peuple jusqu'aux planètes et lunes de notre système solaire, il décidera par la suite, pour éluder une possible ambiguïté raciste, de faire de l'humanité, à de très rares exceptions près, le seul résident intelligent de la galaxie.

     Homo Sol, qui clôt le recueil, est sans aucun doute l'échantillon le plus intéressant. On y découvre les prémices de la psycho-histoire et le nom de Trantor apparaît pour la première fois. Pour le reste, ce recueil n'est guère recommandable qu'aux aficionados du maître.

Jonas LENN
Première parution : 1/9/2005
dans Galaxies 38
Mise en ligne le : 29/1/2009


 Critique de la série par Hervé LE ROUX


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69494 livres, 77813 photos de couvertures, 64590 quatrièmes.
8384 critiques, 36854 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.