Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Tableaux du délire

Alain DORÉMIEUX

Imaginaire  - Illustration de Olivier LEDROIT
DENOËL, coll. Présence du futur n° 612, dépôt légal : mai 1999
256 pages, catégorie / prix : 4, ISBN : 2-207-60042-4
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Alain Dorémieux nous a quittés en juillet 1998. La critique avait reconnu en lui un « fils de Kafka et de Buzatti ». Cet écrivain, rare, s'était surtout fait connaître par son remarquable travail de directeur de revue, Fiction en l'occurence, ses anthologies, souvent impressionnantes, et ses traductions. Auteur engagé sur les dures voies de l'obsession, attiré par les visions dangereuses, il avait su construire au fil de ses textes une oeuvre cohérente, sans concession.
     Une jeune femme, en conflit avec son père, amoureuse d'une étrange créature venue des étoiles : un vampire stellaire qu'elle cache dans son grenier et nourrit de son sang... Un bal où les hommes sont déguisés en femmes et les femmes en bêtes, où la proie n'est pas toujours celle que l'on croit. Moïra, une artiste qui à coups de crochet sur des draps détrempés de vie fait rugir toute la puissance de son art, de véritables oeuvres de chair... Tableaux du délire, recueil posthume, dérangeant, rassemble les meilleurs récits d'Alain Dorémieux et un inédit écrit en collaboration avec Fabienne Leloup.
     In memoriam de Pierre-Paul Durastanti
     Préface de Fabienne Leloup



    Sommaire    
1 - Pierre-Paul DURASTANTI, In Mémoriam, pages 7 à 8, Article
2 - Fabienne LELOUP, Préface, pages 9 à 13, Préface
3 - L'Habitant des étoiles, pages 15 à 47
4 - Sur un air de fête, pages 49 à 55
5 - Seuls toi et moi, mon amour, pages 57 à 69
6 - Aurora, pages 71 à 83
7 - A la fenêtre d'en face, pages 85 à 106
8 - La Femme modèle, pages 107 à 123
9 - La Nuit du Vert-Galant, pages 125 à 132
10 - Carrefour du temps, pages 133 à 145
11 - Fin d'un amour, pages 147 à 172
12 - L'Heure du passage, pages 173 à 180
13 - La Convocation, pages 181 à 195
14 - Deux personnages dans un paysage vide, pages 196 à 212
15 - Hasardeuses visions, pages 213 à 223
16 - Alain DORÉMIEUX & Fabienne LELOUP, Œuvre de chair, pages 225 à 247
 
    Critiques    
     Préparé avec Fabienne Leloup, ce recueil représente la dernière manifestation du talent d'Alain Dorémieux avant qu'il nous tire sa révérence l'année dernière. Plus qu'un simple recueil, Tableaux du délire peut être comparé à un testament littéraire. En effet, Dorémieux — écrivain rare et torturé — n'a jamais donné dans la facilité et ses nouvelles illustrent parfaitement les obsessions et les tourments intérieurs de leur auteur. Bien loin des best of science-fictifs, ce volume regroupe le meilleur de ses nouvelles romantiques, symbolistes et surréalistes. Un choix qui pourra déstabiliser les lecteurs de SF. Dans sa perpétuelle quête de la femme idéale, Dorémieux magnifie et fantasme des femmes fatales, dangereuses, vénéneuses. Entre mythologie, onirisme et dénonciation de l'absurdité du monde, toutes ces nouvelles sont placées sous le signe de l'exorcisme des désirs et des fantasmes. De la sentimentale Nuit du Vert-Galant à la viscérale Œuvre de chair, les variations vertigineuses se succèdent sans pour autant se ressembler. À l'image de Convocation, on ne peut s'empêcher d'évoquer Kafka tant l'image de l'humanité est monstrueuse, ou encore Buzzati pour l'absence et la solitude. La réalité a tendance à s'effacer, la raison laisse place à l'instinctif et au désir, seuls les personnages comptent, qu'ils soient humains ou non (Seuls toi et moi, mon amour et La Femme modèle). Derrière la sagesse de l'écriture se cachent des torrents de lave, des fulgurances intenses ou des déserts d'angoisse. Que les nouvelles lorgnent vers la SF ou le fantastique importe peu, derrière les apparences rôdent l'animalité et le danger (Aurora et L'Habitant des étoiles, dans des genres totalement différents). Magnifiques adieux littéraires, ces Tableaux du délire fascinent de bout en bout et ravivent les regrets au souvenir de ce personnage important et déterminant dans l'histoire de la SF française, une importance qui a longtemps fait oublier qu'Alain Dorémieux était un excellent écrivain. Puisse-t-il avoir trouvé les territoires de la quiétude...

Daniel CONRAD
Première parution : 1/9/1999
dans Galaxies 14
Mise en ligne le : 10/10/2000


     Ce recueil de l'homme qui a promu la science-fiction et le fantastique en France, grâce notamment à ses notules dans Fiction et ses anthologies chez Casterman et Denoël, a des allures de testament. Fabienne Leloup, dans sa préface, montre en quoi ces nouvelles sont des tableaux romantiques, symbolistes, surréalistes, où la femme occupe une grande part.
     Mais on peut y repérer un autre fil conducteur, celui, chronologique, des principales étapes de la vie : de la révolte de l'adolescente pour L'Habitant des étoiles, on passe aux divers émois amoureux de la jeunesse, surtout caractérisés par la timidité et les déceptions ; la femme paraît souvent inaccessible ou prédatrice (Sur un air de fête, Aurora), et l'homme en vient à préférer des substituts : il tombe amoureux d'un mannequin d'exposition (Seuls, toi et moi, mon amour) ou décide de se faire fabriquer la femme modèle. A la recherche de l'Autre idéal, les êtres se manquent : à la fenêtre d'en face n'apparaît qu'un fantôme, mais parfois, on finit par rencontrer la femme entrevue en rêve (La nuit du Vert-Galant). Le narrateur constate pourtant que le bonheur est monotone, une fois la quête achevée et la vie rangée. Monotonie à laquelle essaie d'échapper l'homme mûr qui établit une rupture dans son quotidien en partant à l'aveuglette et se découvre un nouvel amour (Carrefour du temps). Avec Fin d'un amour vient la rupture. L'heure du passage rappelle que nous ne faisons que passer en ce bas monde. Quelqu'un, quelque part, a forcément tenu une liste de nos erreurs et de nos méfaits (La Convocation). A quoi ressemblera le passage vers l'Autre Côté ? Dans Deux personnages dans un décor vide, plus que jamais il s'agit de trouver des réponses derrière 1es signes et les symboles. Hasardeuses visions, ensemble de textes brefs dont certains titres sont éloquents (Inventaire de la mort, L'oeil de l'abîme), clôt cette chronologie en se risquant encore un peu plus avant dans la connaissance de cet au-delà, où le jardinier de l'Eden se prénommerait Phil.
     Le dernier texte, écrit en collaboration avec Fabienne Leloup, est un hallucinant récit qui reprend les thèmes majeurs de l'auteur ; une artiste acharnée à aller au bout de sa quête artistique sculpte avec des lames et des couteaux, à même la chair humaine.
     Entre Kafka et Buzatti, ces textes fantastiques, classiques dans leur facture, sont envoûtants par le charme de l'écriture, d'une indéniable poésie. Dorémieux va à l'essentiel en peu de phrases, campant un décor, une situation avec une élégance mesurée dans la précision et l'économie des mots.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/12/1999
dans Bifrost 16
Mise en ligne le : 10/1/2002


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.