Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Royaumes

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Stéphane MARSAN


Illustration de Julien DELVAL
FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, coll. Grand format - Fantasy n° (4)

Dépôt légal : mai 2000
630 pages, catégorie / prix : 13
ISBN : 2-265-07013-0
Genre : Fantasy 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     L'aventure et la magie sont de retour ! A travers seize histoires inédites gorgées d'action, d'évasion et de merveilleux, vous avez rendez-vous avec des héros d'exception.
     Héroïque, sombre, romantique ou carrément déjantée, la Fantasy est le monde de l'imaginaire par excellence. Elle vous rendra le plaisir des légendes et des sagas épiques. Evadez-vous dans ces Royaumes bâtis par les écrivains renommés du genre, tels que Mathieu Gaborit ou Fabrice Colin, et les jeunes talents comme Magali Segura ou Nathalie Dau.
     Là-bas naît l'amour : il peut sauver la jeune Sélène de ses bourreaux et changer les frontières de Sienne, mais aussi provoquer votre perte si vous êtes un maître assassin...
     Là-bas vivent les mythes : les déesses renaissent dans le cœur des enfants, des ailes vous poussent et les sorcières vous entraînent parfois à l'autre bout du monde...
     Là-bas règne la mort : que diriez-vous à ce vieux roi qui cherche le fantôme de son fils ? Et que feriez-vous si vous deviez régner sur une cité de morts-vivants ?
     La féérie, le frisson et l'humour sont réunis pour le plus étonnant des voyages. Il est temps d'entrer dans les Royaumes du rêve...

     Stéphane Marsan a composé cette anthologie. Editeur chez Mnémos puis chez Bragelonne, romancier, concepteur de jeux de rôle, journaliste pour Science-Fiction Magazine, il s'est consacré à la Fantasy sous toutes ses facettes et a initié la renaissance du genre en France.


    Sommaire    
1 - Mathieu GABORIT, Aux frontières de Sienne, pages 11 à 20
2 - Magali SÉGURA, A Chloé, pages 21 à 66
3 - Richard CANAL, Ton linceul sera de sable, pages 67 à 86
4 - Philippe BONNEYRAT, Plus tard, peut-être…, pages 87 à 93
5 - Erik WIETZEL, Les Ailes de la renommée, pages 95 à 135
6 - Fabrice COLIN, L'Homme dont la mort était une forêt, pages 137 à 161
7 - Laurent GENEFORT, Un grand cru, pages 163 à 175
8 - Laurent KLOETZER, Rélio, pages 177 à 225
9 - Thomas DAY, Jusqu'aux montagnes de la Lune, pages 227 à 294
10 - Corto RAVENA, Assassin, pages 295 à 329
11 - David CALVO, Qui a peur de la Jabule ?, pages 331 à 378
12 - Nikos LETERRIER, La Mort apprivoisée, pages 379 à 410
13 - Sébastien MILHOU, Le Chant du barde, pages 411 à 461
14 - Éric BOISSAU, Chienne de vie, pages 463 à 502
15 - Raphaël GRANIER DE CASSAGNAC, Le Chevalier et l'enfant, pages 503 à 536
16 - Nathalie DAU, Les Débris du chaudron, pages 537 à 602
17 - Stéphane MARSAN, L'Émotion fantasy (Postface), pages 605 à 618, Postface
18 - (non mentionné), Dictionnaire des auteurs, pages 619 à 624, Dictionnaire d'auteurs
 
    Critiques    
     J'ai cherché en vain le nom du graphiste pour l'illustration de couverture, qui pourtant donne une sorte d'unité — que la postface nourrie de Stéphane Marsan confirme — à ces 16 textes de Fantasy d'auteurs strictement français. Pas un seul québécois, à la différence de l'anthologie récente et excellente de Daniel Conrad, De minuit à Minuit — 27 voyages au pays de l'angoisse, chez le même éditeur.
     On retrouve donc parmi ces 16 auteurs, quelques noms connus, Laurent Genefort, Richard Canal ou Thomas Day. D'autres aussi dont l'écho commence à arriver à mes oreilles provinciales. Mathieu Gaborit, David Calvo, etc. Mais pour la plupart ce me sont des noms inconnus, ce qui est important puisque cela montre que la Fantasy, cette production typiquement anglo-saxonne paraît-il, peut s'acclimater aussi bien en France qu'elle l'a fait au Québec — voir Elisabeth Vonarburg.
     Laurent Genefort, comme toujours s'en sort à son avantage, à la manière d'un Cugel l'astucieux. Richard Canal donne une vision extrêmement poétique d'une fin de monde qui doit beaucoup à sa connaissance des déserts africains. J'ai apprécié, Rélio de Laurent Kloetzer tant pour le style que pour l'imagination ainsi que Le chant du barde de Sébastien Milhou ainsi que Le chevalier et l'enfant, au retournement de situation bien mené de De Cassagnac et A Chloé de Magali Ségura — malgré la fin un peu gnan gnan.
     L'ensemble des 16 textes renvoie à la fois à un domaine unifié — du faux moyen-âge, de l'exotisme de pacotille, de la sorcellerie à gogo, etc. — et à un jeu sur ces signifiants codés, ce qui, comme bien souvent, permet de jouer sur l'émotion, par les contenus, les clichés. Emotion « poétique » pour qui rêve de chevaliers et de belles dames — fussent elles violées à tour de corps. Reste quelques textes qui allient à une thématique marginale, une écriture qui transcende et rend palpable une émotion vraie. C'est le cas du texte de Canal — Ton linceul sera de sable — qui vaut à lui seul le détour. Pour les autres textes, qui sont parfois d'excellents récits — comme ceux de Genefort ou de Gaborit par exemple — on est séduit par le brio narratif, mais quelque chose manque au plan de l'émotion. J'ajouterai que la Fantasy me semble requérir un style fluide, au service d'une histoire simple et non des tentatives de brisures, d'expériences narratives plus ou, moins maîtrisées. Cela gâche parfois certains thèmes, comme celui traité dans Les débris du chaudron.
     Un recueil de bonne qualité, où la Fantasy française est à la fois bien présentée et bien représentée.

Roger BOZZETTO
Solaris
Mise en ligne le : 8/9/2003


     Sous une couverture de Julien Delval, qui fut souvent bien plus inspiré, se cache Fantasy 2, le retour, avec, aux commandes, Stéphane « fais chier ! je quitte Mnémos pour fonder mon Mnémos à moi, Bragelonne » Marsan. Étant donné la nature de son prédécesseur (Fantasy, 18 grands récits de merveilleux — cf. critique in Bifrost 12), l'objet invite à la méfiance. Méfiance justifiée dès la lecture de la première nouvelle, signée Mathieu Gaborit. Un supplice, que dis-je, une torture : écriture ampoulée aux relents de puberté baudelairienne mal digérée, histoire sans grand intérêt, romantisme de pacotille, dénouement grotesque. Echaudé, je plonge dans la nouvelle de Magali Segura, où l'on peut lire assez rapidement : « Mais je vois que je commence mal mon histoire » — quelle clairvoyance ! — avant trois pages d'exposition pure sur les bons, les gentils, la géographie locale.

     C'est nul, c'est niais (un comble, vu que la narratrice passe son temps à se faire violer), c'est mal écrit, c'est mal construit. Allez, zou ! Courage, plus que quatorze. Suit un texte de Richard Canal, sur une ville attaquée par un bras de sable « vivant », ennuyeux mais réservant quelques belles images. Vient le tour de Philippe Bonneyrat qui, malheureusement, ne relève en rien le niveau : son texte est sans le moindre intérêt. Et c'est à Erik Wietzel de se crasher, au propre comme au figuré, avec « Les Ailes de la renommée », une fois de plus écrit avec deux pieds gauches. Là, j'avoue, j'ai posé le livre en me disant : ce coup-ci je baisse les bras. C'est pas ça la fantasy ! À moi John Crowley, Peter S. Beagle, Michael Moorcock, Mary Gentle, Barry Hughart, Glen Cook, Tad Williams... (Bon, d'accord, il n'y a que des anglo-saxons dans la liste.). Je craque, me gave de pilules — du stolzobuprofène, pour ceux qui voient de quoi je parle. J'appelle le rédac'chef pour implorer un peu de clémence (en fond sonore, on entend clairement Noir Désir et plusieurs voix féminines et gloussantes qui annoncent que l'heure du massage est venue). « J'en peux plus...
     — Cid, personne d'autre ne veut la chroniquer...
     — Pitié...
     — Si tu ne finis pas cette chronique, je te donne le nouveau Bernard Werber à chroniquer.
     — Non, non, pas le Werber ! »

     Grâce à deux stolzobuprofènes de plus, que je fais passer d'une tasse de verveine brûlante, je m'y remets. Et c'est à Fabrice Colin de livrer le premier « bon » texte de la sélection, une histoire de forêt mythique et de fantôme enfantin qui vaut plus par sa construction et son écriture, que par l'histoire en elle-même, assez banale. D'un seul coup l'horizon s'éclaircit. Ouf ! Suit une nouvelle humoristique pas marrante de Laurent Genefort, que l'on peut sauter (la nouvelle, pas Laurent Genefort !) pour passer au texte de Laurent Kloetzer, « Rélio ». Là, j'avoue, j'avais un a priori très positif et... Pas la moindre once de déception une fois la lecture terminée, puisque l'auteur de La Voie du cygne nous propose un récit dérangeant sur le pouvoir, pouvoir de séduction d'un jeune esclave sur son maître et le prince d'un royaume arabisant. Une réussite de plus à mettre au crédit d'un auteur dont on attend désormais beaucoup. C'est ensuite au tour du texte de Thomas Day le plus long de la sélection avec celui de Nathalie Dau. Comme pour Kloetzer, l'a priori était vraiment positif. D'autant que le cadre du texte — une Afrique fantasmée — , original, m'a d'emblée séduit. Malheureusement, un texte ne peut se réduire à son contexte, et « Jusqu'aux Montagnes de la Lune » m'a finalement déçu. Un style parfois laborieux, des incohérences... et au final une histoire de quête somme toute classique, néanmoins émaillée de quelques jolies scènes. Une impression tenace d'inachevé. Et même si, au regard de la qualité générale de l'antho, force est de constater que cette novella se situe du côté des textes dignes d'intérêt, nous sommes ici bien loin du Thomas Day des grands jours. On sautera aisément le texte de Corto Ravena, tout en scènes d'expositions, à mourir d'ennui. Et hop ! On fait péter le Glenlivet et deux stolzobuprofènes de plus (il paraît que si on en prend trop, on se met a dessiner des mandalas pour agir positivement sur ses chakras). Il faut bien ça pour lire le texte de David Calvo, qui part dans tous les sens, réserve quelques belles surprises, autant de belles images, mais on ne sait pas trop ce que Calvo, l'autre pirate rigolo, veut raconter en fin de compte. Dommage. Vous ne saurez jamais ce qu'est vraiment la Jabule... Suit une nouvelle de Nikos Leterrier qui, avec un point de départ en or — le règne d'une jeune impératrice sur une Nécropole et ses sujets — rate son coup : trop de scènes d'exposition, une écriture visiblement déformée par la pratique du jeu de rôle. Des défauts que l'on retrouve chez la plupart des auteurs de cette anthologie, Magali Ségura, Nathalie Dau et Corto Ravena en tête. On se prête à rêver de ce qu'un Michael Bishop ou un Michael Swanwick aurait fait avec une telle idée de départ. Je descends à la pharmacie en courant, j'ai plus de stolzobuprofènes. La pharmacienne me regarde d'un air attristé : faut dire que mes sudations font des flaques à côté du présentoir tampax/vania pocket. Quand je remonte, le téléphone sonne :
     « T'en es où ? (C'est Olivier Girard. Merde ! J'avale une tablette complète et noie les douze comprimés d'une bière tiède, éventée, oubliée près du téléphone quelques jours plus tôt.)
     — Presque fini.
     — T'es à la bourre, Vicious ! »
     Juste avant de raccrocher, j'entends deux bifrostgirls glousser dans le lointain. On passe en vitesse sur la nullissime nouvelle de Sébastien Milhou pour dire du bien du texte d'Eric Boissau, « Chienne de vie ». Ça tire à la ligne, c'est construit en dépit du bon sens, mais c'est très agréable à lire et bien marrant par endroits, à la croisée de Terry Pratchett et Marcel Pagnol (fallait oser !). Quant aux textes de Raphaël Granier de Cassagnac et Nathalie Dau, forts longs tous les deux, il me fut impossible de les finir, tant ils contenaient d'éléments stylistiques impardonnables. Pour ce qui est de la postface de Stéphane Marsan, elle est à l'image du reste, d'un amateurisme redoutable, convenue et ennuyeuse. En conclusion : à force d'avoir cantonné son anthologie dans une fantasy classique, médiévale fantastique s'il est encore nécessaire de préciser, Stéphane Marsan rate son coup, nous offre un ouvrage médiocre et prouve que la relève des Calvo/Kloetzer/Colin n'est pas encore apparue.
Cid « Stolzobuprofène » Vicious.

CID VICIOUS
Première parution : 1/7/2000 dans Bifrost 19
Mise en ligne le : 7/10/2003


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies