Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'Insolite aventure de Marina Sloty

Raoul DE WARREN

Fantastique  - Illustration de Rémi HAMOIR
LES BELLES LETTRES, coll. Le Cabinet noir n° 40, dépôt légal : janvier 2000
256 pages, catégorie / prix : 7,47 €, ISBN : 2-251-77143-3
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Transportée dans un monde dont elle connaît à l'avance les événements qui vont se produire, Marina Sloty, de retour à son époque, parviendra à prouver de façon irréfutable à ceux qui la nient l'existence d'un monde à plus de trois dimensions. Ils n'en seront pas convaincus et Marina sera acculée à fuir dans le passé pour tenter de rendre possible la réalisation d'un impossible amour. Roman d'anticipation, roman fantastique, roman d'amour, le livre se termine dans une apothéose de feu. Mais qui survivra ? Marina, Marie-Catherine ou Marina-Catherina ?


    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Articles liés :     
 
    Critiques    
     Etiquetée "fantastique", cette insolite aventure est en fait un roman de science-fiction, une variante de voyage dans le temps, dont l'explication est parfaitement rationnelle, même si l'auteur ne s'appesantit pas sur les détails : c'est à la suite d'expériences atomiques sur le Causse du Larzac que Marina se trouve projetée de 1959 à 1870.

     L'ambiance initiale est pourtant fantastique, car l'arrivée de Marina se déroule de façon progressive... Elle ne voit au début que des objets se déplaçant seuls, puis des squelettes qui déambulent, enfin des vieillards, avant que ceux-ci ne deviennent enfin les personnages réels qu'ils sont en 1870. Elle est elle-même d'abord invisible, puis elle vieillit progressivement aux yeux des autres, avant de retrouver son apparence habituelle. Mais elle demeure toutefois immatérielle, ce qui ne va pas sans quelques difficultés pratiques...

     Le hasard fait que Marina se trouve immédiatement confrontée à ses propres ancêtres. Dans ce retour vers le futur inattendu, elle s'interpose entre le couple que devraient former sa grand-mère et son grand-père, beau jeune homme dont elle tombe immédiatement amoureuse. Mais ce n'est pas le paradoxe temporel qui intéresse Raoul De Warren, lequel s'attache au contraire à rendre possible l'amour entre Marina, le fantôme de l'avenir, et Dominique, son grand-père.

     Marina est un personnage admirable : une femme forte, volontaire et aux idées claires. Contrairement à d'autres « fantômes » qui échoueront dans des asiles d'aliénés, elle s'adapte rapidement. Passant tour à tour pour une excentrique, une malade, une folle ou une sorcière, elle manoeuvre très habilement, rattrape ses anachronismes de langage, et finalement séduit Dominique. Elle n'a ensuite aucun mal à convaincre ce dernier de sa véritable identité, notamment par l' étalage de connaissances médicales un peu trop avancées pour une époque où la faculté de médecine de Montpellier est encore inaccessible aux femmes.

     Il lui reste à se matérialiser pour pouvoir se donner à celui qu'elle aime... Elle ira chercher une éventuelle solution auprès des savants de 1959, en ayant soin de préparer dans le passé suffisamment d'arguments pour convaincre les plus incrédules, prouvant une nouvelle fois son intelligence et ses facultés d'adaptation à une situation pour le moins inhabituelle.

     De Warren a écrit ici un roman très astucieux, dont l'ambiance intimiste est très différente de celle rencontrée dans la plupart des ouvrages fondés sur le voyage temporel. Quant au paradoxe temporel, il se résout de lui-même en une boucle logique sans faille.
     Centrée sur une histoire d'amour impossible, cette aventure, qui occupe une place à mi-chemin entre Le voyageur imprudent de Barjavel et Le jeune homme, la mort et le temps de Matheson, est à découvrir.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 15/3/2000
nooSFere


     1959. Bloquée dans un autocar par une tempête de neige, Marina Sloty part chercher du secours dans la neige et se retrouve sans le savoir en 1870 à cause d’une expérience atomique qui a lieu non loin de là. D’abord complètement désemparée, elle comprend cependant assez vite ce qui lui est arrivé et réalise que son corps reste immatériel à cette époque où elle n’est pas censée être née. L’auberge dans laquelle elle trouve refuge et réussit à se faire accepter malgré ses bizarreries se trouve être tenue par les parents de sa grand-mère, ce qui lui vaut de rencontrer son grand-père, Dominique Sloty, dont elle tombe immédiatement amoureuse.
     La situation devient alors on ne peut plus compliquée, mais Marina fait face aux épreuves avec un bon sens et un courage sans faille, et s’efforce de retrouver son époque afin de rendre possible son amour pour Dominique.

     Ce roman qui mêle la science-fiction mâtinée d’une touche de fantastique à une intrigue sentimentale, est une vraie réussite. Le voyage dans le temps ne sert ici que de prétexte à l’histoire d’amour, dont les paradoxes temporels voudraient qu’elle soit impossible. Pourtant, si l’explication du voyage en lui-même reste assez nébuleuse (on saura juste qu’il est dû à une expérience nucléaire menée dans la région), l’auteur a créé une histoire très astucieuse dont la fin résout tous les paradoxes de manière surprenante. Un excellent roman, qui vaut vraiment le détour par son côté un peu hors norme.

Frédéric BEURG (lui écrire)
Première parution : 15/3/2000
nooSFere


     Page 126  : « Et Marina se mit à prier aussi pour Marie-Catherine, cette rivale détestée, Marie-Catherine qu'elle méprisait parce qu'elle avait bafoué l'honnête amour de Dominique et avait trompé celui-ci avec son propre frère, mais Marie-Catherine qui au fond n'était encore qu'une enfant et grâce à la duplicité de qui, en définitive, Dominique était désormais libre d'en épouser une autre.  » On est en plein roman rose. Guy des Gares. Ou Delly. Or c'est de la SF. Un accident nucléaire a propulsé l'héroïne en 1870. Elle veut revenir. Elle tombe amoureuse. De son grand-père. Au voyage dans le passé s'ajoute un paradoxe temporel. Et le fantastique promis en couverture est là (fantômes, possessions, Cagliostro, etc.), mais rationalisé. Certes le ton doit moins au 1980 du copyright qu'au 1959 du début du récit, voire à 1925, les vingt ans de l'auteur. C'est suranné. Kitsch. Mais cela a son charme. Avec des surprises, tant l'auteur est loin de nos normes. Bref, on peut y trouver une partie de ce que nous donnait (volontairement, lui) Michel Pagel dans L'Équilibre des paradoxes (cf. Galaxies n° 13). À lire pour le dépaysement, pour le goût des photos couleur sépia, et même, avouons-le, l'œil dans le rétro, pour l'intrigue elle-même, qui « fonctionne  » tout à fait.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/3/2000
dans Galaxies 16
Mise en ligne le : 1/8/2001


 
Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.