Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Congrès de futurologie

Stanislas LEM

Titre original : Kongres futurologiczny ze wspomnien ljona tichego, 1971

Cycle : Ijon Tichy vol.

Traduction de Anna LABEDZKA & Dominique SILA

CALMANN-LÉVY (Paris, France), coll. Dimensions SF n° (19)
Dépôt légal : 1er trimestre 1976
224 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7021-0097-X
Format : 14 x 21 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Saviez-vous que le nombre de futurologues croît à la même vitesse que l'humanité toute entière  ?
     Le huitième congrès mondial de futurologie a tenu ses assises au Hilton de Costaricana. J'y assistais. Dès le matin, un commando terroriste enleva le consul général américain. De mon côté, au bar de l'hôtel, je fis la connaissance d'un colosse barbu armé d'un fusil antipape qu'il comptait utiliser sur la personne d'Adrien XI. Il y avait de l'électricité dans l'air. Notre première séance n'était pas achevée que les combats de rue éclatèrent. Le pays était en proie à une nouvelle révolution. Le gouvernement fit aussitôt glisser dans l'eau du robinet de fortes doses de supercarésine et de félicitol. L'émeute tourna rapidement à l'orgie, et au milieu de la confusion générale, il fallut bientôt chercher refuge dans les égouts, où les rats intoxiqués se promenaient en couples, la queue dans la queue.
     Et ce n'était encore que la première journée  ! Lorsque je repris mes esprits, en 2039, la psychimie avait fait accomplir à la civilisation d'énormes progrès. Je n'étais pas au bout de mes surprises.
     La société sécrète les drogues qui assurent sa survie  ; l'ordre social lui-même en est la plus redoutable. A l'inverse des futurologues, Lem a choisi d'éclairer notre présent à l'aide des mots de l'avenir, néologismes bouffons ou terrifiants.
     L'apocalypse saugrenue qui nous est décrite ici évoque aussi bien les pièges logiques de Robert Sheckley que les univers emboîtés de Philip K. Dick.

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Le Congrès , 2013, Ari Folman (Moitié prise de vue réelles, moitié animation...)
 
    Critiques    
 
     A l'occasion d'un congrès de doctes futurologues dans une République imaginaire d'Amérique Latine, un emboîtage d'univers subjectifs qui est aussi la mise en boîte d'une certaine SF à la sauce américaine : passé ce qui parait être une satire très réussie de romans semi-utopiques tels que L'enfant de la science d'Heinlein ou L'âge du plaisir de Pohl, Lem détruit strate par strate les « illusions » qu'il a construites, laissant ses personnages comme ses lecteurs nus jusqu'à l'os. Plus qu'une anti-utopie dont les mécanismes frappent constamment juste (pharmacopée omniprésente maintenant les citoyens dans l'assujettissement le plus total — jusque et y compris en modifiant leur perception de l'environnement), le récit fonctionne comme un anti-roman, une anti-SF, une négation de la création conjecturale rationnelle romanesque chère à Versins. Ces préoccupations fort sérieuses n'ont pas empêché Lem de jouer en maitre avec le vocabulaire de son XXIe siècle (mais ses traducteurs ont été à la hauteur). Citons seulement quelques-unes des innombrables variations sur le terme robot : nécrobot, hydrobot, robustre, homignon, altrinot, cyberlope, autobath, turbinot, etc.) et cette perle : braquemart — qui désigne « un hold-up dans une banque de sperme ». Dans le ton de Mémoires trouvés dans une baignoire, mais infiniment plus réussi.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/10/1976 dans Fiction 273
Mise en ligne le : 11/11/2013

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition J'AI LU, Science-Fiction (1959 - 1984, 1ère série) (1985)


     Aux yeux de tout amateur éclairé, un ouvrage de SF qui manie les univers emboîtés et la falsification des apparences se place très « naturellement » (cette illusion du « naturel » au cœur du culturel !) dans la filiation de Philip K. Dick.
     Ijon Tichy était venu à Costaricana, tout simplement, pour assister à un congrès de futurologie. Mal lui en prit : des terroristes choisissent ce moment pour transformer la ville en champ de bataille, et le gouvernement pour répliquer brutalement. Des psychotropes diffusés massivement par l'eau potable font du Hilton et des environs, puis sans doute de la cité ou du pays tout entier, des théâtres d'illusions rudement réalistes. De monde rêvé en monde cauchemardé, Tichy finit par débarquer en 2039 — ou du moins le croit-il — dans un New York utopique à souhait, où règne l'universel bonheur et la paix définitive. Grâce à la psychimie. Mais cette utopie ne résiste pas à l'esprit critique de Tichy, qui découvre bien vite combien les apparences, encore et toujours, ne sont que miroirs trompeurs. Le « réel » New York de 2039 n'a rien à envier à l'Amérique de Dick ni aux para-mondes de Mensonges & Cie. Un restaurant luxueux n'est qu'un sous-sol sordide où les convives s'entassent pour avaler une nourriture infecte. Tichy tente d'échapper à cet avenir et d'entraîner l'un des responsables de cet enfer dans la mort : sautant d'un gratte ciel, il se retrouve... dans les égouts sous le Hilton de Costaricana en proie à l'agitation révolutionnaire. Oui, plus dickien, c'est duraille.
     Mais Le congrès de futurologie, que J'ai Lu réédite, est signé Stanislaw Lem. Et la tradition littéraire du polonais est bien différente : sa satire tient davantage du conte philosophique, et sa mise en scène d'un futur fou est aussi lecture des romans (Dick entre autres) qui tentent de rendre compte de cette tendance folle et autodestructrice de l'espèce humaine. Ce roman sur les perceptions ne cesse de détruire habilement la construction romanesque de son propre récit : Lem remet en cause ce qu'il écrit quelques pages auparavant. On a rarement atteint ce point de finesse et de réussite, laissant pantois tout à la fois les personnages et le lecteur. Épistémologique, Lem, comme l'avança Bozzetto ? Ijon Tichy nous montre que les certitudes sont malsaines, et qu'il ne faut cesser de s'interroger : le long passage dans l'univers de 2039 se résout en une demi-page, et le romancier plante là ceux qui lui ont fait confiance jusqu'alors, vous et moi ! Il ne faut même pas croire la littérature !

Dominique WARFA (lui écrire)
Première parution : 1/3/1985
dans Fiction 360
Mise en ligne le : 2/10/2003




 

Dans la nooSFere : 62621 livres, 58864 photos de couvertures, 57111 quatrièmes.
7958 critiques, 34372 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.