Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ville au fond de l'œil

Francis BERTHELOT



Illustration de Jean-Denys PHILIPE

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 429
Dépôt légal : octobre 1986
256 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 2-207-30429-9
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Un jour, quelque chose se casse, on ne sait où : une crevasse ouverte en travers du chemin, au sein de la mémmoire ou dans le regard qu'on porte sur le monde.. Ainsi, le marionnettiste Alexis voit mourir ses pantins à la suite d'un message, sitôt reçu, sitôt oublié. Un seul refuge pour lui désormais : Krizkern, la Ville au Fond de l'Oeil, ville étrange, évolutive, en partie organique, et dont les habitants côtoient les figures nées de leur délire. Entre deux crépuscules le vrai et le faux s'affrontent sans règle. Comment distingue-ton un être réel d'un propagateur du Cloaque ? Le couteur du tueur est-il meurtrier ou salutaire ? Ballerine fêlée, peintre muré en son puits, Enfants Chrysalides, quel théâtre né des failles de chacun peut restaurer l'unité perdue ?
     Une séduction insolite se dégage de ce roman harmonieux et subtil, à la fois allégorie lumineuse et histoire presque familière, tout se jouant dans ce « presque ».

     L'auteur
     Né en 1946 à Paris, polytechnicien, docteur ès sciences, il a déjà publié un space opera, La Lune Noire d'Orion (Calmann-Lévy), une heroïc fantasy, Khanaor (Temps Futurs, rééd. Fleuve Noir), et s'oriente maintenant vers la psycho-fiction.

    Prix obtenus    
Rosny aîné, roman, 1987

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Association Infini : Infini (3 - liste francophone) (liste parue en 1998)

 
    Critiques    
     Les symboles s'incarnent brutalement, des notions parfaitement abstraites prennent tout à coup une forme concrète et inquiétante, qui menace l'intégrité des êtres humains... Dans La ville au fond de l'œil, le marionnettiste Alexis voit périr une à une ses créatures, on dirait en vieux français qu'elles s'alanguissent... Alexis décide donc de partir pour Krizkern, comme sa sœur avant lui. Cette ville semble être le dernier refuge de ceux qui se refusent eux-mêmes, tous les schizophrènes. La configuration de Krizkern est incertaine, comme sa position géographique ; la ville au fond de l'œil est instable, fondamentalement, et menace de basculer à tout instant dans le Chaos. C'est paradoxalement dans ce bouillonnement parfaitement désorientant que Francis trouvera la voie de sa guérison, et de celle de la ville.
     On a parfois reproché à Francis Berthelot une écriture précieuse, presque trop maniérée. Affaire de goût, je suppose. Ce style sert en tout cas ici de parfaite manière le thème du roman, en sachant rendre avec justesse l'effet de schizophrénie : chassé-croisé entre Je et Alexis dans la narration, mélange par moments du récitatif présent et futur, comme des décalages temporels qui seraient induits par un cerveau — celui d'Alexis — qui a égaré ses repères — Alexis a d'ailleurs beaucoup de réticence à abandonner sa montre au centre d'immigration.
     Cette œuvre de Francis Berthelot, à mon sens sa plus achevée à ce jour, rencontre nombre de préoccupations d'Ombromanies et des nouvelles récentes de Jean-Pierre Hubert, de même que certains thèmes d'Emmanuel Jouanne et Antoine Volodine. Il serait abusif de croire ou de prétendre que la SF Française a trouvé là une Nouvelle Voie, mais il s'agit néanmoins d'une approche assez originale au sein de la SF, une approche demandant beaucoup du lecteur lui-même, mais qui l'en récompense par un plaisir qui n'est fait ni de facilité (roman d'aventure) ni de pure masturbation intellectuelle (comme pouvait l'être le résultat du « Néo-formalisme  »). Et à l'arrivée c'est un des plus beaux romans français de SF qui nous est donné par Présence du Futur : ne pas bouder son plaisir, même (surtout) s'il est quelque peu dérangeant.


André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/6/1987 dans Fiction 387
Mise en ligne le : 29/1/2003


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 63934 livres, 61280 photos de couvertures, 58560 quatrièmes.
8042 critiques, 35041 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.