Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Des Îles dans la tête

Jean-Pierre ANDREVON

Imaginaire  - Illustration de Jean-Pierre ANDREVON
Léon FAURE, 4ème trimestre 1982
184 pages, catégorie / prix : 18 F, ISBN : 2-86357-010-4
Couverture

    Quatrième de couverture    
     ... Les maisons qui entourent le square (qui est en réalité ovale et porte le nom d'un peintre) sont moins nettes que le square lui-même, plus fumeuses ; un peu plus, on dirait qu'elles tremblent ; un souffle, le vent les disperserait. Personne n'y habite ; ou plutôt si : des ombres, population tout à fait en accord avec la matière fluide du lieu. Dans ce décor tranquille aurait dû se dérouler une histoire simple, avec de simples gens vaquant à de menus travaux ...


    Sommaire    
1 - Pour n'en plus finir, pages 11 à 12
2 - Leçon d'histoire, pages 13 à 16
3 - La Guerre approche, pages 17 à 22
4 - La Vie civile, pages 23 à 28
5 - Complet !, pages 29 à 32
6 - Un dessin au crayon magique, pages 33 à 36
7 - La Mort du petit chat, pages 37 à 42
8 - Crime de jeunesse, pages 43 à 46
9 - L'Espion, pages 47 à 52
10 - Le Facteur, pages 53 à 56
11 - Rêver, pages 57 à 60
12 - Après nous le peintre, pages 61 à 66
13 - Merrywater, pages 67 à 70
14 - La Bête de Noël, pages 71 à 74
15 - Vénus de la montagne, pages 75 à 76
16 - Passage sous les bombes, pages 77 à 82
17 - Le Pillage du Musée d'Alger, pages 83 à 90
18 - Fragments d'une histoire lointaine, pages 91 à 110
19 - La Pipe, pages 111 à 112
20 - L'Espionne au coeur tendre, pages 113 à 122
21 - Cut, pages 123 à 128
22 - Pluies, pages 129 à 136
23 - Grand-mère aux oiseaux, pages 137 à 140
24 - La Bête, pages 141 à 142
25 - Les Éléphants, pages 143 à 146
26 - L'Oiseau de lune, pages 147 à 152
27 - La Vénus de la ville, pages 153 à 160
28 - Un peu comme dans la vie, pages 161 à 176
29 - L'Île, pages 177 à 180
 
    Critiques    
     Ce recueil rassemble une trentaine de « textes de jeunesse » d'Andrevon, écrits avant ses débuts professionnels à la fin des années soixante.
     (Quelques-uns d'entre eux avaient figuré jadis dans Fiction, dans les séries de brefs récits intitulées Huit communiqués sur la guerre totale ordinaire : n° 245, et Neuf déchirures dans la trame de la désespérance journalière : n° 259/260). Dans ces écrits savoureux, un jeune Andrevon encore timide à manier la plume mais qui sait déjà où il veut en venir développe de courtes fables, des saynètes incongrues, des paraboles doucement et férocement poétiques, avec des éclats de violence efficacement manœuvres. Le style est limpide comme de l'eau, il est pour un débutant habilement contrôlé, il explose parfois en giclées qui font mouche. On enchaîne d'un texte à l'autre, propulsé par ce qu'il faut bien appeler une « inspiration » -même si on décèle au passage des influences, Buzzati et autres. Andrevon jeune n'avait pas de métier mais déjà du talent. Aujourd'hui il a gardé le talent et acquis le métier. Si la curiosité vous prend de vous pencher sur ses premiers pas (qui certes ne laissent pas deviner sa carrière future), ne manquez pas ce livre. Andrevon a fait mieux par la suite, mais il y avait ici une incomparable « fraîcheur ». Les écrits de jeunesse sont décidément toujours intéressants, après coup (ce qui me rappelle — j'espère que vous l'avez lu ! — son Traitement définitif d'une histoire d'amour à la manière de Boris Vian, écrit en 1963 et tardivement publié en décembre 1982 dans Fiction).
     Et au fait, si par hasard vous dénichez dans les rayons de votre libraire préféré (et qualifié) un autre recueil marginal d'Andrevon : C'est tous les jours pareil (Dernier Terrain Vague, 1977), n'hésitez pas à vous le procurer : c'est une future pièce de collection, qui reprend vingt-sept histoires écrites en 1975 pour Charlie-Hebdo (où douze seulement virent le jour). Là, de l'eau a coulé sous les ponts ; ce sont des textes beaucoup plus cyniques, violents et décapants, mais qui bizarrement semblent prolonger, à des années de distance, la veine de ceux qui sont réunis dans Des îles dans la tête. Cette « petite musique » d'Andrevon n'est pas sur le mode mineur : loin de là.


Alain DORÉMIEUX
Première parution : 1/3/1983
dans Fiction 338
Mise en ligne le : 8/5/2006


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.