Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ballade de Pern - Intégrale I

Anne McCAFFREY


Cycle : Pern - l'Intégrale vol.

Traduction de Simone HILLING
Illustration de Vincent DUTRAIT

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 7051
Dépôt légal : juillet 2010
1236 pages, catégorie / prix : 15
ISBN : 978-2-266-20441-5   



    Quatrième de couverture    
     Des milliers de colons humains ont trouvé refuge sur Pern, une planète très riche semblable à la Terre. Ils souhaitent y créer une société égalitaire et pastorale, et décident de laisser derrière eux toute forme de technologie.
     Les hommes découvrent peu à peu qu'ils ne sont pas seuls : sur Pern vivent de grands lézards qui ressemblent aux dragons des légendes, et des dauphins très intelligents avec lesquels ils vivront en harmonie.
     Mais après des décennies de vie paisible, les Pernais devront affronter une incroyable menace venue de l'espace : les Fils. Ces filaments tombent du ciel et détruisent tout sur leur passage. Et ce, tous les 250 ans, tel un cycle infernal.
     Les hommes apprennent alors à chevaucher les dragons pour détruire les Fils.

Au sommaire :
L'aube des Dragons
Les Dauphins de Pern
L'œil du Dragon

    Sommaire    
1 - L'Aube des Dragons (Dragonsdawn), pages 7 à 489, Roman, trad. Simone HILLING
2 - Les Dauphins de Pern (The Dolphins of Pern), pages 491 à 844, Roman, trad. Simone HILLING
3 - L'Œil du dragon (Red Star Rising / Dragonseye), pages 845 à 1236, Roman, trad. Simone HILLING
 
    Critiques    
[Critique portant sur les deux premiers tomes de l'intégrale]

     Bonne nouvelle pour les nombreux fans d'Anne McCaffrey, et pour les plus jeunes auxquels il reste à découvrir une œuvre emblématique de la S-F des années 1970 : les éditions Pocket ont entrepris la réédition de l'intégrale de « La Ballade de Pern », à des conditions très avantageuses. Cinq énormes volumes, chacun offrant trois épisodes complets pour la modique somme de 12,50 euros. Le premier tome est disponible depuis juillet, le deuxième devrait l'être alors que vous lisez ces lignes.

     Une œuvre emblématique de la science-fiction, donc. N'en déplaise aux ricaneurs qui se souviennent que le même éditeur avait naguère imaginé une collection de « Science-Fantasy » pour ce cycle réputé facile, « La Quête du Weyr » et « Le Vol du dragon » avaient respectivement valu à l'auteur les prix Hugo en 1968 et Nebula l'année suivante — la reconnaissance du public et celle des professionnels, jusqu'à l'inclusion de « La Quête... » dans l'anthologie manifeste de David Hartwell et Kathryn Cramer, The Ascent of Wonder : The Evolution of Hard SF (1997).

     Cette inscription dans le champ S-F n'a cessé de s'affirmer au fil des quatre décennies de construction de cet univers (qui continue sous la plume de Todd McCaffrey, le fils d'Anne). Sur une planète isolée, Pern, la vie est rythmée par la chute d'un organisme maléfique, les « fils » qui dévorent toute vie organique. Le cycle initial relatait la lutte épique d'une caste de « chevaliers-dragons » et de leurs montures télépathes pour les carboniser en vol. L'organisation du monde, largement féodale, et ses technologies rudimentaires, auraient aussi bien pu suggérer un univers de fantasy. Sont venus s'y ajouter, d'abord, un « cycle des origines » de pure S-F, relatant la colonisation de Pern par des émigrants soucieux d'y créer une société parfaite, et la création des dragons par génie génétique en réponse à la première chute de fils ; puis une suite décrivant, vingt-cinq siècles plus tard, la réappropriation express d'une technologie spatiale avancée grâce à la redécouverte d'une intelligence artificielle abandonnée par les premiers colons, le « SIAV ».

     Pour l'amateur de science-fiction « dure », le cycle initial souffre d'incohérences sévères : une fois brillamment établis les fantastiques talents des dragons perniens — supérieurement intelligents, incroyablement puissants, capables de se téléporter et même de voyager dans le temps — on constate rapidement à quel point ils sont sous-utilisés. On se prend à imaginer des solutions sobres et efficaces aux interminables dilemmes affligeant leurs maîtres. Et pourtant... et pourtant, c'est un univers littéraire extrêmement confortable, de ceux où l'on replonge avec un plaisir toujours renouvelé, y compris dans ses déclinaisons pour la jeunesse. Une réussite majeure, à sa façon.

     Les dragons de McCaffrey sont la plus noble conquête de l'homme, la quintessence de ses partenaires animaux : la fougue d'un cheval de race ; la superbe d'un chat, féroce et caressant ; l'indéfectible loyauté d'un chien, qui ne saurait remettre en cause l'autorité de son maître... Quel enfant ne rêverait d'un tel compagnon ? L'existence du dragon et les quelques contraintes de son entretien suffisent à justifier le statut éminent du chevalier — et à garantir sa valeur morale : pareil animal ne saurait choisir qu'un bon maître. McCaffrey répète ad libitum la scène essentielle de « l'empreinte », où un jeune humain incertain est ainsi révélé à lui-même. L'identification à ses personnages est encore facilitée par la concentration de la plupart des histoires sur une unique génération, aux acteurs rapidement familiers. Prévisibles, les scènes de bravoure sont revécues, d'un roman à l'autre, sous différents points de vue, puis chantées par les générations suivantes. Un peu facile, peut-être, mais efficace. Addictif, même, à la longue.

     Se pourrait-il que le désordre apparent de la nouvelle édition soit calculé pour contrarier chez les nouveaux lecteurs cette tendance trop naturelle à se couler dans l'univers de Pern, sa guimauve et son idéologie un brin réactionnaire ?
     Les textes ne se succèdent en effet ni dans l'ordre d'écriture, sapant ainsi les procédés autoréférentiels de McCaffrey, ni dans la chronologie de la diégèse : « Première reconnaissance : P.E.R.N. » est absente des deux premiers tomes, qui intègrent chacun en revanche un volume de la dernière période, celle du SIAV.

     Le tome I commence ainsi par L'Aube des Dragons, qui décrit l'arrivée des colons et la création des dragons — ou plutôt de proto-dragons, bien moins impressionnants que leurs lointains descendants. Il nous expédie ensuite sans transition à la fin du cycle, avec un roman jeunesse, Les Dauphins de Pern, dans lequel les dragons ne jouent qu'un rôle mineur ; puis revient à une génération intermédiaire, où les structures politiques typiquement perniennes commencent à poindre mais qui dispose encore de nombreux héritages technologiques des premiers colons.

     Dans le cycle initial, une économie de la connaissance de type médiéval, où les « secrets de l'atelier » étaient transmis de bouche de maître à oreille d'élève en échange de longues années d'apprentissage et de service, semblait imposée par les circonstances. A posteriori, L'Œil du Dragon pouvait apparaître comme une tentative un peu laborieuse de justifier la genèse de structures somme toutes sympathiques, comme celle des « harpistes ». Soulagé de cette charge contextuelle, ce troisième roman du tome I prend ici toute sa dimension. Il se révèle au contraire une ode au renoncement, une entreprise de distanciation systématique de pans entiers du savoir humain, à commencer par l'Histoire, et surtout une charge profondément réactionnaire contre la méthode scientifique. On se souvient alors que l'arme idéale contre les fils, un ver adapté par un biologiste dans L'Aube des Dragons, avait été méprisée et négligée au profit d'un génie génétique péniblement copié, lui, d'une race extraterrestre supérieure. « La Ballade de Pern » ne relèverait-elle pas en fait de ce que d'aucuns qualifient « d'anti science-fiction », selon laquelle « la science » est quelque chose de dangereux pour l'humanité, et en tout cas de suspect ? Voire, si j'ose la référence épistémologique, d'une sorte de « scolastique-fiction » où un savoir ne saurait être légitime que s'il est répété d'un Maître ?

     Le tome II est plus politique. [...] 1

     Si l'on peut regretter son caractère minimaliste — ni cartes, ni chronologie, ni même de sommaire dans le tome I — cette réédition intégrale bienvenue constitue une excellente occasion de relire d'un œil neuf un incontestable classique qui garde sa place dans toute bonne bibliothèque, et d'y trouver ample matière à réflexion sur les rapports de la science-fiction à la fantasy et à la science.

     Pour découvrir cet univers, et a fortiori pour y amener de jeunes lecteurs, on gagnera peut-être toutefois à attendre la publication des tomes suivants pour aborder Pern par des textes moins dérangeants, comme Le Vol du dragon ou Le Maître Harpiste de Pern ; ou encore, pour les plus jeunes, Le Chant du dragon.

Notes :

1. Se reporter à la fiche du tome II pour lire la partie de cette critique qui lui est consacrée. [note de nooSFere]


Éric PICHOLLE
Première parution : 1/1/2011 dans Bifrost 61
Mise en ligne le : 30/1/2013


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64662 livres, 62858 photos de couvertures, 59351 quatrièmes.
8085 critiques, 35446 intervenant·e·s, 1416 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.