Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Loi des mages - tome 1

Henry Lion OLDIE

Titre original : Mag v Zakone, 1999

Cycle : La Loi des mages vol.

Traduction de Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
Illustration de Christophe DUBOIS

MNÉMOS , coll. Dédales n° (23)
Dépôt légal : octobre 2011
352 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-35408-121-8   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
« Et la nuit — t'en souviens-tu, Princesse ? —
un cauchemar vint te voir. Un vieux cauchemar familier.« 

Ils sont deux, une Dame de Carreau et un Valet de Pique. Deux mages, qui ont connu le bagne et la déportation pour avoir pratiqué leur art dans une Russie qui rappelle celle du XIXe siècle, et qui l'interdit. Libérés pour bonne conduite, ils sont assignés à résidence dans un village perdu. Mais lorsque les circonstances les obligent à fuir en compagnie de deux improbables apprentis, ils découvrent que les parties dangereuses qui peuvent les conduire à la mort se jouent sur deux tables bien différentes. Il y a d'abord cet officier du corps « Barbares », chargé de traquer les leurs et qui semble avoir ses propres raisons pour croiser régulièrement leur chemin. Et il y a les Mages eux-mêmes, dont la loi peut s'avérer aussi rigide et aussi mortelle à ceux qui cherchent à sortir de l'ornière...

Roman Fantastique, La Loi des Mages est un bijou d'hommage aux littératures russes, de Gogol à Boulgakov.
Il emprunte à ses aînés la richesse narrative, le style qui sait se faire dentelle ou franc comme un paysan, mais aussi le fond politique toujours sous-tendu à qui garde l'œil ouvert.

HENRY LION OLDIE
Les auteurs, puisqu'ils sont deux à se cacher sous ce pseudonyme (Oleg Ladyjenski et Dimitri Gromov) sont ukrainiens, et, alors que la France les découvre à peine (deux excellentes nouvelles sont parues dans l'anthologie Dimension Russie chez Rivière Blanche), ils sont déjà fort reconnus dans la sphère de la littérature russe. Ils ont reçu le prix du meilleur écrivain de L'European Science Fiction Society lors de l'Eurocon 2006 et en mai dernier le prix Aelita, le plus ancien prix de SF russe, pour l'ensemble de leur oeuvre.
 
    Critiques    
     Dire que l'on connaît mal en France la littérature d'Imaginaire russophone contemporaine relève de l'euphémisme. Le cas d'Henry Lion Oldie, pseudonyme commun de deux auteurs ukrainiens, Oleg Ladyjenski et Dimitri Gromov, est à cet égard symptomatique. De ces titulaires du prix Aelita, le plus ancien prix de SF russe, décerné pour l'ensemble de leur œuvre, nous ne connaissions en France — au Canada, un de leurs romans a été traduit — , en tout et pour tout, que deux nouvelles figurant dans l'anthologie à la diffusion confidentielle Dimension Russie (éd. Rivière blanche), dirigée par Viktoriya et Patrice Lajoye. Et c'est à nouveau grâce à ces traducteurs que l'on peut aujourd'hui se réjouir de la parution chez Mnémos de ce premier tome de La Loi des mages (roman unique scindé en deux volumes). Non pas une œuvre de science-fiction, pour le coup, mais un roman de fantasy résolument atypique, et qui change heureusement des tolkienneries sans saveur qui polluent le genre.

     Nous sommes dans une Russie tsariste, fin xixe, légèrement autre. Une Russie où l'on s'enthousiasme pour le célèbre opéra Le Cimmérien triomphant, où l'aria de Conan proclame la haine de toute forme de magie. Car il y a, dans cette Russie-là, mais également a priori dans le reste du monde, des mages, qui ont leur Loi, et leur complexe hiérarchie basée sur les jeux de cartes. Mais cette « race de mage » est mal vue, et, autant le dire, persécutée en Russie, où il existe un corps spécial chargé de leur traque, que l'on appelle fort logiquement les « Barbares ».

     Dans le livre premier de ce roman, nous suivrons essentiellement deux mages, le Valet de Pique Drouts l'amateur de chevaux, et la Dame de Carreau Rachka la Princesse, qui viennent tout juste d'être libérés du bagne. Mais cette libération est bien illusoire : ils sont en fait déportés au fin fond de la Russie la plus inhospitalière, dans le froid village de Kous-Krendel. Ils restent bien entendu sous la surveillance des autorités, et Monsieur le lieutenant-colonel, le Prince Djandieri, du corps spécial de rafle « Barbare », s'intéresse tout particulièrement à leur cas. Il faut dire qu'en cas de récidive, c'est la mort qui est promise à nos deux héros... Aussi font-ils de leur mieux pour s'intégrer dans la communauté villageoise, portée à les rejeter, et doivent-ils s'abstenir de toute « action éthérée ».

     Autant le dire de suite : ce livre premier est un pur bijou. L'ambiance, glaciale, est remarquablement travaillée, et rendue avec une finesse rare. Mais le style n'est pas en reste : au premier abord, on est sans doute un peu déconcerté, voire agacé, du parti pris en la matière (deuxième personne, passé simple). Pourtant, on s'y fait. Et l'on découvre ainsi une plume très subtile, abstraite et poétique, de toute beauté, qu'ont fort bien su rendre les traducteurs (quand bien même, sans doute, leur texte n'est pas irréprochable, notamment pour ce qui est des répétitions : par exemple, on ne compte pas les « subito »...). Les auteurs nous livrent un tableau extraordinaire, et pour ainsi dire bluffant, d'une Russie millénaire où la nature est impitoyable et où les hommes, moujiks perpétuellement ivres, mènent à peu de choses près une vie de bêtes sauvages : un enfer de neige et de bois, beau, étrangement, que le lecteur découvre et explore avec une fascination sans cesse renouvelée. La quasi-absence d'histoire dans ce premier livre, aussi, n'est en rien un problème : le fait est que cela marche, et que l'on dévore ces pages très stylées, riches de scènes marquantes, de personnages pittoresques et d'une sorte de « naturalisme » froid.

     La suite, le livre second, qui abandonne ce parti pris stylistique et narratif pour des raisons que l'on se gardera bien d'exposer ici, sous peine de déflorer l'intrigue (même si la quatrième de couverture ne s'en prive pas...) — disons simplement que Drouts et Rachka, comme on pouvait s'y attendre, vont « replonger » et ne pas rester éternellement à Kous-Krendel — , est sans doute un cran en dessous ; on n'y retrouve pas le brio de ce qui précède, non, mais cela reste néanmoins de la fantasy de grande qualité, originale et toujours très stylée, simplement d'une autre manière.

     Aussi le bilan de ce premier tome est-il très largement positif : La Loi des mages fait mouche, séduit par son caractère atypique, son ambiance époustouflante, sa plume très travaillée et d'une poésie toute personnelle. De toute évidence, nous ne sommes pas là en présence d'un roman de fantasy comme les autres, et c'est tant mieux. Il y a de quoi rendre le fan du genre un peu perplexe — qui se fierait à la seule « histoire » résumée par la quatrième de couverture risquerait de s'exposer à une sévère déconvenue... C'est qu'il y a bien plus dans ce roman remarquable, affichant haut et fort sa singularité dans un paysage littéraire plus moribond encore que les environs de Kous-Krendel, et ne négligeant jamais la forme au profit du seul fond. Autant dire que l'on attend le second tome avec impatience.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/1/2012 dans Bifrost 65
Mise en ligne le : 6/3/2013


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64577 livres, 62630 photos de couvertures, 59262 quatrièmes.
8085 critiques, 35411 intervenant·e·s, 1411 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.