Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Malédiction du rogue

Stephen R. DONALDSON

Titre original : Lord Foul's Bane, 1977
Première parution : Nelson Doubleday / SFBC, 1977
Cycle : Thomas l'Incrédule (Thomas Covenant) (chroniques de)  vol. 1 

Traduction de Isabelle TROIN
Illustration de Sandrine RABOUAN

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5962
Dépôt légal : mars 2010, Achevé d'imprimer : mars 2010
Roman, 672 pages
ISBN : 978-2-266-20535-1
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Fantasy

Couverture imprimée couleur recto/verso.


Autres éditions

Sous le titre Les Chroniques de Thomas l'incrédule   FLAMME, 1985, 1985
   J'AI LU, 1987
Sous le titre La Malédiction du rogue
   POCKET, 2008
   Le PRÉ AUX CLERCS, 2006
   in Les Chroniques de Thomas Covenant - l'intégrale du premier cycle, 2011

Quatrième de couverture
     Écrivain à succès, Thomas Covenant mène une vie de famille tranquille, jusqu'au jour où il apprend une terrifiante nouvelle : il a la lèpre. A cause du risque de contagion, il est rejeté par tous ses proches, et sa femme le quitte en emmenant leur fils. Abandonné et en état de choc, il se fait renverser par une voiture et se retrouve « projeté » dans un monde parallèle, le Fief, pays de légende où règnent surnaturel et magie blanche. Commence alors pour Thomas Covenant une aventure épique, à laquelle rien ne le préparait. Il est investi d'une mission : sauver tout un peuple du chaos et de la destruction...
 
     « Comparable à Tolkien à son meilleur niveau. »
     Washington Post
 
     « Avec ces sombres chroniques, Stephen R. Donaldson s'est imposé comme un auteur majeur de la fantasy contemporaine. »
     Jacques Baudou — Le Monde
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Lynn K. PLAGGE, Le Fief (1977) , pages 8 à 8, carte
2 - Glossaire, pages 657 à 665, lexique, trad. Isabelle TROIN
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition Le PRÉ AUX CLERCS, Fantasy (2006)

     Joie ! Joie, bonheur et félicité ! Le Pré aux Clercs réédite aujourd'hui un chef-d'oeuvre de la fantasy, un livre qu'on croyait maudit. En effet, à sa première parution en français, aux éditions J'ai Lu en 1987, la saga de Stephen R. Donaldson, les Chroniques de Thomas l'Incrédule, avait été estropiée, charcutée, mutilée, par une traduction peu respectueuse (vraisemblablement oeuvre de l'éditeur plus que de la traductrice) qui alla jusqu'à ôter des passages entiers, ainsi que la fin du deuxième tome (résumée par la suite en début du troisième volume) ! Circonstances aggravantes, ce crime de lèse-majesté concernait un classique publié en anglais en 1977, lauréat du British Fantasy Award. Ajoutez à cela que les aventures de Thomas Covenant se composent de deux trilogies, dont seule la première paraîtra finalement dans notre langue. Aussi est-ce avec un bonheur certain que l'amateur éclairé de fantasy accueillera cet événement, la saga étant presque vingt ans après présentée dans une nouvelle traduction (d'Isabelle Troin) annoncée en outre comme intégrale.
     Thomas Covenant est lépreux. Au vingtième siècle, aux Etats-Unis, ça n'est pas banal. Obligé de recourir en permanence à la SVE (Surveillance Visuelle des Extrémités) afin de vérifier la progression de la maladie, il est devenu un paria, rejeté au banc de la société. Un jour, percuté par une voiture, il sombre dans ce qu'il croît être le coma. Il se réveille dans un monde inconnu, et plus particulièrement une grotte, où il rencontre un être mystérieux, le Rogue. Celui-ci jette une malédiction sur les habitants de ce monde, le Fief. Thomas s'échappe de la grotte et est alors recueilli par des villageois, qui voient en lui l'incarnation d'un être mythique. Commence alors pour lui une longue quête...
     Le principal signe distinctif de cette saga, qui en fait d'ailleurs tout l'intérêt, c'est la noirceur du propos. En effet, Thomas Covenant se croît en permanence dans un rêve, dans lequel sa maladie semble marquer une pause. Or, il sait que s'il se réveille de ce coma, il retrouvera son existence de paria de la société et ses problèmes de santé. Aussi ne veut-il pas succomber à l'exaltation liée à ce nouvel univers dans lequel il est considéré comme un demi-dieu. Cet état d'esprit le conduit à se comporter de manière tout à fait irrespectueuse des habitants du Fief, et culmine dans une scène de viol insoutenable, qui peut rebuter certains lecteurs habitués aux actes héroïques et à des personnages manichéens. Ici, pas de héros, mais un homme qui choisit comme défense une agressivité et un mépris permanent. Bref, aucune identification possible. Sauf que le séjour de Covenant dans le Fief se prolonge, et qu'il lui faut désormais envisager d'y passer le restant de sa vie. Ce qui le fait réfléchir et conditionne son comportement...
     Aventures épiques, les Chroniques de Thomas l'Incrédule empruntent de nombreux aspects du Seigneur des Anneaux : monde cohérent, créatures de toutes sortes, compagnie disparate se créant autour d'un protagoniste central, anneau de pouvoir... Il serait néanmoins trompeur d'y voir une pâle resucée : le drame y est beaucoup plus prégnant que dans le cycle de Tolkien, beaucoup plus que dans l'immense majorité de la fantasy.
     Écrit avec un souffle indéniable, peuplé de personnages très travaillés, La Malédiction du Rogue est un roman qui inaugure de la plus éclatante manière un cycle qui gagne ses lettres de noblesse en français. Enfin.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 8/3/2006
nooSFere


Edition Le PRÉ AUX CLERCS, Fantasy (2006)

     Que dire ? Quand on réédite un succès mondial de la fantasy, qui arrache même des compliments à Jacques Baudou dans Le Monde, en faire un commentaire supplémentaire n'est pas un exercice aisé. Dix millions d'exemplaires vendus, ça vous pose son œuvre, quand même. Et quand on lit que Donaldson est « comparable à Tolkien à son meilleur niveau » (Washington Post), on se dit qu'on doit bien se trouver devant un monument. On précisera tout de même qu'il s'agit là d'une nouvelle traduction : les trois premiers tomes de cette série (qui en compte neuf au total !) ayant été auparavant publiés sous le titre générique « Les Chroniques de Thomas l'Incrédule » à la fin des années 80 chez J'ai Lu, dans des traductions tronquées signées Iawa Tate. Bref, voici en somme rien moins qu'un événement éditorial majeur, la réédition d'un classique qu'on nous promet pour la première fois en France dans son intégralité et dans une traduction correcte, le tout soutenu par un « lancement » commercial en librairie des plus brutal de la part de l'éditeur (présentoirs en librairies, bouquin envoyé aux journalistes trois mois avant sa sortie, tee-shirts, affiches, pubs...). Du lourd, en somme, et pas qu'un peu.

     Bon, voici rapidement de quoi il retourne. Thomas Covenant, écrivain à succès, a la mauvaise idée de contracter la lèpre. Rejeté de tous, il vit seul avec sa maladie. Un beau jour, alors qu'il sort en ville pour payer une facture par ses propres moyens, car il tient à rester « normal », il est renversé par une voiture et rencontre le Rogue, entité maléfique qui le charge d'un message pour le Conseil des Seigneurs de Pierjoie : leur défaite est inéluctable et le retour de Turpide le Rogue à la tête du Fief approche. Le Fief, c'est précisément là où Covenant se réveille après l'accident, en haut de la tour de l'Observatoire de Kevin. Découvert par Léna, une habitante de la région, il est ramené chez elle et commence son long périple vers Pierjoie, accompagné d'abord par Atiaran, puis par le géant Salin Suilécume. Aux yeux des habitants du Fief, il apparaît bientôt comme la réincarnation du fondateur du pays, Berek Demi-Main, d'une part parce que la lèpre lui a déjà fait perdre deux doigts, mais aussi du fait que son alliance, qu'il porte toujours comme un talisman, est en or blanc, métal introuvable mais vénéré dans le Fief. Son long périple est marqué par l'influence croissante du Mal sur la contrée, qui s'impose à lui par des sensations douloureuses, parfois, lorsqu'il pose le pied à certains endroits. Même la Nature, dont on perçoit l'élan vital dans le Fief, montre des signes d'altération. Arrivé à Pierjoie, Covenant repartira avec les Seigneurs en quête du Bâton de la Loi, sous le Mont Tonnerre, qu'il faudra arracher au Seigneur Sialon, un lémure fou que le Rogue manipule...

     L'essentiel du récit s'articule autour de la réflexion de Covenant tant sur son état de lépreux, donc d'« impur », que sur la prétendue réalité du Fief — de ce dernier sujet d'interrogation dépend l'auto-analyse du héros sur l'état de sa santé mentale. Cette richesse de réflexion, qui nourrit un personnage ambigu, est sans conteste le principal point fort, sinon de la série, tout du moins de ce premier tome.

     Mais voilà : on a beau se trouver en présence d'un cycle mythique pour tout amateur de fantasy, moi, je n'ai pas aimé du tout... Je vais donc me permettre quelques remarques. Premièrement : je ne sais pas si cela vient de la traduction (dont tout le monde s'accorde à dire pourtant qu'elle est bien meilleure que celle de Tate), mais le texte est lourd, laborieux, souvent tortueux, et au final assez pénible à lire. Secundo : le système de l'évanouissement temporaire comme explication à l'introduction dans un univers parallèle manque d'élégance car il impose tout de suite ledit univers comme onirique, donc fragilise sa crédibilité. Et Donaldson ne fait pas non plus grand-chose pour le rendre convaincant. On a droit à beaucoup de décors, et à des personnages qui font vraiment « conte de fée » (les sylvestres, par exemple, qui vivent dans un arbre géant...), mais le pays ne reste qu'un décor. Certes, il est question de son passé, toujours mythique, mais on a l'impression que l'auteur se fiche que l'on croie ou non à sa réalité, alors que c'est de cette interrogation même que naît une bonne part de l'épaisseur du héros. Bref, voir ce texte comparé à Tolkien, et le Fief à la Terre du Milieu... faudrait tout de même pas pousser Gandalf dans les orties.

     En outre, Thomas Covenant est un anti-héros absolu, dont le comportement est plus que souvent incompréhensible. Ses tortures psychologiques, qui font la richesse du roman, donnent lieu à des attitudes frisant le ridicule. Au lieu d'être « profond » et riche d'évolutions, il est borné. C'est souvent exaspérant, car cela donne lieu à des répétitions permanentes des mêmes angoisses, et ce au détriment de la progression du récit. Ceci est intimement lié à la présence obsédante de la lèpre, qui n'a finalement pas un rôle clé dans l'évolution du texte — si ce n'est qu'elle conditionne l'attitude primaire du héros. Il semble que l'auteur se serve de son roman et de son personnage comme une catharsis à ses propres obsessions et angoisses. Pourquoi pas, mais en l'état ça ne suffit pas.

     Certains points sont par ailleurs négligés : la stratégie du Rogue est si tortueuse que l'on n'y comprend rien, on ne sait pas comment Sialon se sert du Bâton de la Loi, ni le rôle que joue l'or blanc dans son fonctionnement, ni ce qu'est la fameuse « magie sauvage »... Bref, tout l'aspect fantasy est assez ignoré. La scène finale, enfin, confine au ridicule. Depuis 500 pages, on attend le combat, qui promet d'être titanesque, pour finalement se résumer à un simple vol de Bâton. Beaucoup de bruit pour rien, dirions-nous. Je passe sur le fait que le petit groupe de soixante personnes passe son temps à défaire des armées de milliers de démons, et que la dernière scène, l'arrivée de dragons de feu, est carrément incompréhensible...

     Au final, ce premier tome apparaît plus intéressant pour un adepte de la psychologie (car celle de tous les personnages est éminemment complexe, et parfois très intéressante, dans leur regard sur la vie) que pour un amateur de fantasy. A vous donc de décider s'il « faut » avoir lu « Les Chroniques de Thomas Covenant », pour ma part, après lecture de ce premier opus, je réserve mon jugement.

Sylvie BURIGANA
Première parution : 1/5/2006
dans Bifrost 42
Mise en ligne le : 5/8/2007

Prix obtenus
British Fantasy, August Derleth Award, 1979


Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)  pour la série : Thomas l'Incrédule (Thomas Covenant) (chroniques de)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73631 livres, 80857 photos de couvertures, 69130 quatrièmes.
8521 critiques, 39659 intervenant·e·s, 1517 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.