Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Destruction du temple

Barry N. MALZBERG

Titre original : The destruction of the temple, 1974

Traduction de Michel DEUTSCH
Illustration de Philippe CAZA

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (1959 - 1984, 1ère série) n° 637
Dépôt légal : 1er trimestre 1976
160 pages, catégorie / prix : 1
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Barry N. Malzberg est né à New York en septembre 1939. Il est l'auteur de très nombreux romans soit sous son nom, soit sous le pseudonyme de K.M. O'Donnel. Il écrit aussi bien des romans policiers, d'aventures et d'anticipation.

     « Oswald tire sur Kennedy. Jusque-là, c'est bon, cette fois, mais ensuite tout recommence à aller de travers. C'est bien simple, il n'y a rien à faire avec ces gens-là. Cet imbécile de Kennedy a jugé bon de se mettre debout dans la limousine, ce coup-là, et il tombe pesamment, sans aucune élégance... Oswald, inconscient du désastre et ne pensant, comme tous les autres, qu'à sa propre prestation, balance allégrement son fusil du haut du dixième étage et disparaît de la fenêtre tandis que je me sauve ventre à terre.  »

     Reconstitution  ? Film  ? Jeu  ? Et s'il s'agissait d'une autre réalité plus terrible encore, une réalité dans laquelle, à chaque instant, Lee Harvey Oswald tire sur le président Kennedy  ?


 
    Critiques    
 
     Loin de la veine sarcastique de Crève l'écran (Sagittaire) et D'un monde en morceaux (Nébula), ce troisième roman traduit de Malzberg nous confronte à sa face sombre : autour de séquences récurrentes de l'assassinat de Kennedy à Dallas s'organise un cauchemar éclaté où réalité et fantasmes (mais il n'y a peut-être pas de réalité), passé au présent et présent au futur (mais il n'y a peut-être pas de futur) se mêlent et s'interpénètrent sans cesse, par la voix et le regard d'un récitant à la fois unique et multiple. Cette voix et ce regard se veulent aussi ceux de l'Amérique en quête d'un impossible exorcisme à sa violence et se mordant la queue dans une perpétuelle boucle de flammes (à l'assassinat de Kennedy répond ceux de Malcom X et de Martin Luther King, aux « nettoyages » des ghettos en 64/65 répond le nettoyage total des villes dans les années 90...) Malzberg n'oublie pas le côté spectacle des meurtres et des horreurs (le pivot du récit est la reconstitution de l'attentat de Dallas) et, stylistiquement, son roman lie le morcellement de la new-thing à l'anglaise à la structure en retours obsessionnels du nouveau roman à la française (Butor, Simon). Tout ça est fort intéressant mais, au simple niveau du « plaisir du texte », c'est, sinon ennuyeux, du moins assez rébarbatif.
 

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/5/1976 dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65465 livres, 64398 photos de couvertures, 60201 quatrièmes.
8088 critiques, 35892 intervenant·e·s, 1434 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.