Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Chemins étranges

Thomas OWEN



Illustration de Jean-Michel NICOLLET

NOUVELLES ÉDITIONS OSWALD (NéO) (Paris, France), coll. Fantastique / SF / Aventure n° 128
Dépôt légal : janvier 1985
Recueil de nouvelles, 192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7304-0297-7
Format : 14,0 x 20,5 cm  
Genre : Fantastique

L'ISBN indiqué dans le livre (2-7304-0297-1) est erroné. Tirage : 4 000 exemplaires



    Quatrième de couverture    
     « Thomas Owen arrive en pente douce à la Peur, chez lui la sinistre autruche du Docteur Cinabre d'Hoffmann ne se tient pas tapie derrière la porte, il prend le lecteur par le bras pour une promenade innocente, dans l'intention perverse de lui fausser compagnie une fois face à l'épouvante. Embarqué dans sa sombre nacelle, on ne remonte plus le courant funèbre, on ne peut que jeter un regard désespéré vers l'amont ensoleillé, car on appartient définitivement à la nuit qu'il a créée.
     Ainsi, pour l'aventure hantée de Mirone Prokop, pour la diabolique fonte des images dans le « Manteau bleu », pour la grande hymne satanique de la « Maquette de Cire ».
     La Peur est d'essence divine, sans elle les espaces hyper-géométriques seraient vides de Dieux et d'Esprits.
     Si elle ne peut que vous tordre les entrailles, sans vous laisser dans la bouche un goût de vin de flammes, si elle vous est sans volupté, n'éveille en vous ni frisson de grande joie, ni sentiment de troublante gratitude, n 'ouvrez pas ce livre noir des merveilles.
     Mais si votre âme est ouverte à son ardeur ténébreuse, comme à la beauté sans bornes des nuits, laissez-vous porter sur les ailes que vous prête Thomas Owen, pour l'évasion monstrueuse hors des pistes battues, par les chemins étranges. »
Jean Ray (Préface)

     Thomas Owen est né à Louvain en 1910. Ses premiers ouvrages ont été des romans policiers d'un humour assez féroce qui lui valurent l'attention de la critique. Mais ce sont ses contes et ses romans d'épouvanté qui retiennent surtout l'attention d'un vaste public amateur de suspense et de littérature fantastique. Ses œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues et, en 1952, il a vu l'un de ses contes classé parmi les 56 meilleures nouvelles du monde, à l'occasion d'un concours organisé par le New York Herald Tribune. On citera parmi ses titres les plus connus : Le livre interdit, Pitié pour les ombres, La cave aux crapauds, Cérémonial nocturne et, bien entendu. Les chemins étranges qui fut l'occasion pour Jean Ray de rendre hommage à celui qui devait, dans l'ordre d'importance des lettres fantastiques belges, prendre son immédiate succession.

    Sommaire    
1 - Jean RAY, Préface, pages 7 à 11, préface
2 - Le Péril, pages 13 à 40, nouvelle
3 - Du même bord, pages 41 à 54, nouvelle
4 - Non-lieu, pages 55 à 70, nouvelle
5 - La Maquette de cire vierge, pages 71 à 86, nouvelle
6 - Tu es poussière..., pages 87 à 101, nouvelle
7 - L'Épervier, pages 103 à 116, nouvelle
8 - Le Destin des mains, pages 117 à 140, nouvelle
9 - 15.12.38, pages 141 à 154, nouvelle
10 - Le Manteau bleu, pages 155 à 169, nouvelle
11 - Une aile de papillon mort, pages 171 à 177, nouvelle
 
    Critiques    
     Considéré comme un des meilleurs auteurs de l'école belge du Fantastique, Thomas Owen voit ici réimprimer ce qui fut, si mes informations sont bonnes, son premier recueil dédié au genre, livre qui eut l'honneur d'être préfacé par Jean Ray lui-même.
     S'il ne fait aucun doute que Thomas Owen soit un écrivain de talent au niveau du style, j'avoue que le traitement des idées contenues dans les dix nouvelles des Chemins Etranges m'a laissé un peu froid, comme c'est d'ailleurs le cas pour la plupart des nouvelles de Jean Ray lui-même. A lire la préface de l'auteur de Malpertuis, on s'attend à trouver quelque chose de fort (« ... l'évasion monstrueuse hors des pistes battues... »), des récits qui s'infiltrent dans l'esprit en y laissant une traînée d'épouvante. Mais non ! Il s'en dégage une sorte de charme vieillot qui n'a pas la même puissance d'évocation que nombre de récits bien antérieurs dans l'histoire du Fantastique (ceux de l'Ère Victorienne, par exemple) et qui semblent plus faits pour terroriser de vieilles filles emmitouflées devant leur cheminée que les lecteurs modernes habitués à des potions plus fortes...
     Mais ce jugement n'engage que moi et je suis certain que tous ceux qui auront apprécié La Cave aux Crapauds et Cérémonial Nocturne, pour ne citer que deux titres repris chez Marabout, se régaleront à nouveau à la lecture de ces histoires, d'horreur qui se déploient comme des bouquets un peu fanés.


Richard D. NOLANE
Première parution : 1/5/1985 dans Fiction 362
Mise en ligne le : 13/10/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70506 livres, 80528 photos de couvertures, 65663 quatrièmes.
8455 critiques, 37668 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.