Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Fondation en péril

Gregory BENFORD

Titre original : Foundation's fear, 1997

Cycle : Fondation (le second cycle de)  vol.

Traduction de Dominique HAAS
Illustration de Liliane MANGAVELLE

PRESSES DE LA CITÉ (Paris, France)
Dépôt légal : mars 1998
590 pages, catégorie / prix : 130 FF
ISBN : 2-258-04813-3   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   POCKET, 2002
   in Le Second cycle de Fondation, 2010

    Quatrième de couverture    
     Un voyage au long cours vers la genèse de Fondation, le chef-d'œuvre d'Isaac Asimov.

     Hari.Seldon n'avait qu'un souhait : rester mathématicien, s'absorber dans la froide précision des nombres. Mais le destin — et le .pouvoir arbitraire d'un empereur cruel — va le propulser malgré lui, au poste de Premier ministre de l'Empire.

     Au début-de l'aventure, Hari est sur le point de quitter son .poste de chercheur .et de relever, le-défi presque impossible de gouverner .vingt-cinq millions de mondes habités depuis la planète Trantor. Avec l'aide .de la .belle Dors,. le robot humanoïde qui est sa compagne, et de son protégé, Yugo, Seldon s'efforce de mettre au point la psychohistoire, cette science qui prédira l'avenir, sans jamais imaginer qu'elle lui-vaudra d'affronter la menace la plus terrifiante de l'histoire du futur.

     De la grande et belle.science-fiction, fidèle à l'esprit du célèbre-Asimov. et même au-delà. L'aventure continue, servie par un auteur qui retrouve le souffle propre à L'épopée de la Fondation.
 
    Critiques    
[Chronique de l'édition anglaise parue en juin 1997]

     L'idée d'une nouvelle trilogie des Fondations est née dans l'esprit de Janet Asimov, veuve de Isaac Asimov, et Ralph Vicinanza, son légataire testamentaire. Greg Benford, contacté pour écrire le premier tome, a participé au choix des auteurs des deux prochains volumes : Foundation and Chaos de Greg Bear et Third Foundation de David Brin.

     Si l'idée d'une nouvelle trilogie sur le thème des Fondations sent un peu le réchauffé, le choix des auteurs ne peut que vaincre les résistances des moins convaincus. Benford, Bear et Brin partagent plus que la même initiale : ils appartiennent tous trois au courant de la « hard » Science-Fiction qui met en valeur l'aspect scientifique de la S-F, et on leur doit à eux trois certains des plus remarquables fleurons du genre. Benford, Professeur de physique à l'Université de Californie, chercheur en astrophysique et conseiller auprès du Département à l'Énergie et de la NASA, donne le ton : la nouvelle trilogie sera scientifiquement solide ou ne sera pas.

     Foundation's Fear traite du passage de Hari Seldon, père de la Psychohistoire, sur le devant de la scène politique galactique. Seldon, qui travaille encore à sa théorie de prédiction générale, se voit proposer le poste de Premier Ministre par l'Empereur, au grand dam des autres candidats qui le prennent pour cible mouvante.
     Seldon partage la vedette de Foundation's Fear avec deux intelligences artificielles construites sur le modèle de Jeanne d'Arc et Voltaire et qui, amenées illégalement sur Trantor pour les besoins d'un débat où elles doivent représenter respectivement la Foi et la Raison, n'en font qu'à leur tête et s'enfuient dans le cyber-espace pour filer le parfait amour.
     Le thème des robots, introduit dans l'univers des Fondations par un Asimov désireux de joindre ses deux grandes sagas, est naturellement présent dans Foundation's Fear. Les robots, menés par R. Daneel Olivaw, veillent dans la clandestinité la plus absolue à la survie de l'Empire et au bien-être de l'humanité, cependant qu'une forme inférieure de vie mécanique, les Tictocs, main-d'oeuvre intergalactique, sèment la pagaille dans l'économie impériale en refusant de travailler.

     Benford nous offre, avec Foundation's Fear, une excellente interprétation de l'univers des Fondations. Les fidèles s'y plongerons avec délice et noteront les touches personnelles de Benford qui s'attache à éclaircir quelques points restés flous, tels l'absence d'extraterrestres dans la galaxie, les modalités du voyage interstellaire ou les méthodes de communications impériales. Quant à ceux qui n'ont pas lu le reste des Fondations (il serait cependant dommage de s'en priver), qu'ils se rassurent : Foundation's Fear se suffit à lui même. Benford alterne action et narration avec un remarquable brio, le tout mené sur un rythme envoûtant.

Sophie GOZLAN
Première parution : 1/10/1997 dans Bifrost 6
Mise en ligne le : 6/11/2003


     L'idée, à première vue, semblait séduisante : demander à trois des grands auteurs actuels de Science-Fiction, tendance Hard SF, de poursuivre la célébrissime série Fondation d'Isaac Asimov après la mort de celui-ci, en 1992. Mais Benford a loupé le coche. Autopsie d'un échec :

     Fondation en péril se déroule avant le début de la série originelle. Hari Seldon est encore jeune, il n'a pas encore découvert les principes fondamentaux de la psycho-histoire — même s'il travaille activement sur le sujet — , il vit une belle histoire d'amour en compagnie d'un robot féminin aux charmes indiscutables, et l'Empereur veut faire de lui le Premier ministre d'un Empire en voie d'écroulement. Il s'ensuit diverses tentatives d'assassinat, une fuite un peu mollassonne à travers la Galaxie et diverses expériences qui ont pour but d'enrichir les connaissances de l'humanité de Seldon, dont une longue immersion dans le corps d'un primate Panu vivant au milieu de ses congénères. Jusque-là, pas de quoi s'ennuyer, même si le ressort principal de la série d'origine, à savoir les explications du comportement humain via la psycho-histoire, est totalement absent. Malheureusement, l'intrigue est entachée de beaucoup trop de détails lourds, pompeux, voire carrément ridicules. D'abord, l'univers du bon docteur Asimov était un univers simplifié de la fin des années 50, alors que Benford cherche à introduire une cosmogonie nettement plus futuriste et complexe — inspirée de celle de sa propre série publiée chez Laffont. Cela nous vaut de trop nombreuses pages de justification pâteuses et sans rythme. Ensuite, le livre est conçu comme un gigantesque fourre-tout, avec des robots hérités de l'autre série d'Asimov, une loi Zéro de la robotique un brin discutable, des « mèmes », entités quasi omniscientes et plus anciennes que l'humanité qui surgissent comme des cheveux sur la soupe. La fin s'écroule sous son propre poids, sans parvenir à une conclusion satisfaisante — le livre n'étant que le premier tome d'une trilogie, ce n'est pas vraiment étonnant.

     Enfin, il y a le détail qui tue... Parmi les personnages principaux, on découvre Jeanne d'Arc et Voltaire, reconstitués sous forme d'intelligences artificielles dans les ordinateurs de l'Empire. Et ce qui devait arriver se produit : Voltaire dépucelle Jeanne d'Arc au cours d'un vaste débat public qui oppose la Foi à la Raison. À cet endroit, Fondation en péril sombre involontairement dans le ridicule et ne parvient plus à redécoller. Dommage...

Jean-Claude DUNYACH (lui écrire)
Première parution : 1/6/1998 dans Galaxies 9
Mise en ligne le : 29/4/2009


 

Dans la nooSFere : 62385 livres, 58316 photos de couvertures, 56861 quatrièmes.
7958 critiques, 34213 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.