Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Maîtres du labyrinthe

Avram DAVIDSON

Titre original : Masters of the Maze, 1965

Traduction de Philippe SABATHÉ

PRESSES DE LA CITÉ (Paris, France), coll. Futurama 1ère série n° (5)
Dépôt légal : 4ème trimestre 1975
256 pages  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Elias Ashmole pensait sincèrement avoir été le premier à Le découvrir : lui, l'avocat d'Oxford, le courtier, l'astrologue, le soldat, l'alchimiste, l'historien, le mystique, le pragmatique, aussi versé dans la science moderne que dans les vieux grimoires ; lui, le premier des gentilshommes francs-maçons, le fondateur du « Musée public d'objets rares d'Angleterre ». Elias Ashmole : Floreat 1617-1692.
     Et pourtant, le Labyrinthe est de tous les temps. Il a été, il est et il sera. Le noyau originel explosa un jour en une infinité de particules, et le Labyrinthe fur fermé. « Que la lumière soit ! » et la lumière resplendit sur le Labyrinthe. Tout à la fois contemporain et coexistant, ni de la même substance ni de la même essence, ni matière ni antimatière, le Labyrinthe fait partie intégrante de la Terre. Mais il transcende le réel, il traverse l'espace, il transperce le temps. Les années ne comptent pas pour Lui et les mondes se forment autour de Sa présence...
     Le chemin le plus court, l'itinéraire le plus direct n'y sont pas forcément les meilleurs. Une de Ses entrées mène tout droit au Trésor de la Maison de Crésus, et il n'y a que cent pas de la Porte au Trésor ; mais cinquante d'entre eux traversent inexorablement la maison de Daniel Dickensheet, dans l'Impasse de la Pomme, en l'an de la Grande Peste, sur le seuil de laquelle on a peint une croix et ces mots : Seigneur, Aie Pitié de Nous...
     Les siècles remplacent les siècles ; les générations succèdent aux générations. Nord et Sud et haut et bas, les premières et les dernières pluies et le grand soleil rouge de la fin des Temps, qui tourne lentement sur lui-même, tous ont vu, voient et verront encore à leur poste les Maîtres du Labyrinthe.
     Ils explorent. Ils tirent des plans. Et, par-dessus tout, ils surveillent. Ils observent. Ils montent la garde.
 
    Critiques    
 
     Un livre qui présente un peu les mêmes qualités et les mêmes défauts que Lune fourbe qui l'a précédé dans la série : un thème riche en promesses et un début prenant, une conclusion languissante et peu satisfaisante. Les gens férus de lettres anciennes apprécieront la transposition à l'échelle cosmique du mythe de Dédale et du Minotaure mais hurleront en voyant l'Ane d'or d'Apulée devenu le Cul d'or d'Apulcius ! (tout ça parce qu'« arse » est devenu « ass » aux Etats-Unis !) ; les anglicistes goûteront la remontée aux sources du Dictionnaire du diable d'Ambrose Bierce, mais contesteront la note de la page 159 (celui qui accompagne Macbeth auprès des sorcières et est assassiné sur son ordre, c'est Banquo et non Macduff, qui au contraire règle à la fin son compte au tyran). « Assez bien, aurait pu faire mieux », dit le professeur.
 

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/5/1976 dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67266 livres, 68674 photos de couvertures, 62185 quatrièmes.
8091 critiques, 35827 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.