Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Porte des mondes

Robert SILVERBERG

Titre original : The Gate of Worlds, 1967
Première parution : États-Unis, New York : Holt, Rinehart and Winston, 1967
Traduction de Annie SAUMONT
Illustration de MOEBIUS

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. L'Âge des étoiles n° 1
Dépôt légal : 2ème trimestre 1977
Première édition
Roman, 208 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   in La Porte des Mondes, l'intégrale, MNÉMOS, 2015
   MNÉMOS, 2018, 2020
   POCKET, 1982, 1988, 1999

Quatrième de couverture
     Dan, jeune Anglais, s'embarque en cette année 1963 pour chercher fortune dans les Hespérides, ce double continent que nous appelons l'Amérique. C'est qu'il est né dans un monde où l'histoire à suivi un autre cours  : conquise par les Turcs, l'Europe n'a colonisé ni l'Amérique ni l'Afrique. Et Dan va découvrir au fil d'aventures tragiques et comiques l'empire aztèque du XXe siècle.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition POCKET, Classiques ()

Roman théoriquement destiné à la jeunesse, La porte des mondes est surtout une très belle uchronie, dans la forme la plus classique du genre. Une trentaine d'années avant La rédemption de Christophe Colomb d'Orson Scott Card, Silverberg y imagine ce que serait l'Amérique si sa découverte avait été différée d'un siècle, à cause d'une peste ayant ravagé l'Europe. L'uchronie est ici considérée comme un univers parallèle, et l'auteur en profite pour faire inventer aux personnages du roman une Histoire alternative qui n'est autre que la nôtre.
     Aussi bien dans sa forme (roman d'apprentissage et récit de voyage, à comparer au futur Seigneur des Ténèbres du même auteur) que dans le décor (retard technologique avec apparition des premières automobiles à vapeur...), ce roman baigne dans une atmosphère de XIXe siècle, qui l'apparente à un précurseur des romans steampunk.
     Il s'agit d'un classique magnifique et incontournable, à (re)découvrir à l'occasion de cette très intéressante réédition dans laquelle le texte est augmenté d'une préface bien documentée sur l'uchronie, et surtout de notes abondantes et variées, qui permettent de situer ce roman non seulement au sein de la SF mais aussi au sein de la littérature toute entière. En étudiant la composition de l'oeuvre, en la comparant aux romans d'apprentissage classiques, en offrant à la fois un panorama sommaire de la SF et de l'oeuvre de Silverberg, en rapprochant les descriptions du livre à celles des conquistadors ou le personnage de Dan à celui de Candide à l'aide de longs extraits, Pocket nous offre ainsi une vision nouvelle de cette oeuvre.
     L'ensemble constitue sans doute une excellente initiation à la SF, mais sera également profitable aux amateurs avertis. Un seul regret : la couverture n'a aucun rapport avec le contenu.

Pascal PATOZ (lui écrire)
nooSFere


Edition POCKET, Classiques (1999)

     On pourrait à bon droit s'étonner de trouver La Porte des mondes, un roman de Robert Silverberg longtemps considéré comme mineur, dans la collection « Classiques  » des éditions Pocket destinée aux enseignants — plus familière d'ordinaire des grands auteurs français du xixe siècle — , mais on retiendra avant tout que la SF peut à bon droit être jugée digne, par une grande maison d'édition, de figurer au programme des lycées...
     Et La Porte des mondes, roman initiatique qui plaira aux adolescents comme aux grands enfants que nous restons parfois, le temps d'un livre, est une uchronie intéressante. L'événement fondateur — le point de rupture si l'on veut faire simple — est loin d'être anecdotique puisqu'il s'agit d'une variante de la peste noire, qui a ici tellement dépeuplé l'Europe que l'Empire aztèque domine les Amériques tandis que l'Empire turc règne sur le vieux continent. Dan, le jeune anglais que Silverberg prend pour héros et fil conducteur, imagine un instant un monde où l'épidémie a été jugulée et où l'Occident a triomphé, accumulant conquêtes et génocides... Un cauchemar, notre réalité...
     La Porte des mondes ne brosse cependant pas le tableau d'un globe idéal, où règne l'harmonie  : la lutte pour le pouvoir fait aussi rage et le jeune héros doit choisir entre la puissance et l'amour.
     Reste qu'au fil des pages, Silverberg — qui n'est encore qu'un faiseur parmi d'autres — s'apprête à devenir la grande star que nous connaissons. La Porte des mondes annonce déjà la maturité de l'écrivain. La forme est certes encore traditionnelle mais les thèmes sont déjà ambitieux. Un auteur va naître.

Stéphanie NICOT (lui écrire)
Première parution : 1/9/1999
dans Galaxies 14
Mise en ligne le : 10/10/2000

Cité dans les pages thématiques suivantes
Uchronie

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Jacques Goimard & Claude Aziza : Encyclopédie de poche de la SF (liste parue en 1986)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74746 livres, 83808 photos de couvertures, 70425 quatrièmes.
8538 critiques, 40599 intervenant·e·s, 1575 photographies, 3739 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.