Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Sécessions bis

Pierre PELOT


Cycle : Ballade de Tony Burden  vol.


Illustration de Richard CLIFTON-DEY

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1565
Dépôt légal : août 1987
192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-03654-4   



    Quatrième de couverture    
     La décision fut prise à Washington. Les forces armées nationales prirent position le long du Front, de la ligne qui suivait un tracé plus ou moins sûr entre les territoires jugés d'ores et déjà contaminés et ceux qu'«  »ils« espéraient ne pas l'être encore... On avait décidé pour eux ce qu'ils appelaient »sécession« . Le terme juste était plutôt »blocus« , ou »quarantaine« .
 
    Critiques    
     « On ne résume pas en quelques lignes, en quelques mots, ces événements qui se succédèrent depuis le mois d'août 1996... » : ainsi débute Sécession Bis, roman que l'on peut justement résumer en quelques lignes, en quelques mots.
     Non, la guerre de Sécession ne recommence pas. Ça n'est pas ça. C'est autre chose, disons une mise en quarantaine du Sud où sévit un mystérieux virus. Un virus venu du Nord, probablement... Dans ces cas-là, renaissent les haines et s'installe le désordre. Tony Burden qui est en partie responsable de tout ça se balade dans ce chaos avec nonchalance, mais ne vous fiez pas à son calme ; il est en réalité habité par le souci de se venger de Morgansen, ce salaud qui menait des expériences sur Tony et ses semblables quand il était encore au Home des Vétérans d'Ozark. Suite au prochain Fleuve Noir...
     Il n'y a pas grand chose dans ce roman, peu de substance, peu d'idées. Enfin, il n'y a pas grand chose, c'est vite dit. En fait, il y a le style de Pelot et ça fait toute la différence. On a l'impression que Pelot écrit comme il respire. Ça vient tout seul, malgré lui, c'est vital, c'est douloureux. S'il s'arrêtait d'écrire tout à coup, de noircir des romans, des romans noirs, parfois gris foncé, il mourrait. Comme s'il s'arrêtait de respirer. Comme si son cœur cessait de battre la chamade pour se reposer définitivement. C'est difficile à expliquer. J'ai senti ça. J'ai pas de preuves.
     Le style de Pelot n'est pas facile, il a l'air simple comme ça, vu de loin, mais il est plein de virages, de parenthèses, de distorsions. L'histoire se révèle directe, rectiligne. Mais le style, lui, c'est tout le contraire. Le contraste est saisissant, Ce contraste, c'est Pelot.
     En disant ça, j'ai tout dit.

Éric SANVOISIN
Première parution : 1/11/1987 dans Fiction 391
Mise en ligne le : 7/4/2003


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65787 livres, 65290 photos de couvertures, 60556 quatrièmes.
8089 critiques, 36070 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.