Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Trésor dans la boîte

Orson Scott CARD

Titre original : Treasure Box, 1996
Fantastique  - Traduction de Arnaud MOUSNIER-LOMPRÉ
Illustration de GESS
L'ATALANTE, coll. Bibliothèque de l'évasion n° (97), dépôt légal : juin 1998
368 pages, catégorie / prix : 5, ISBN : 2-84172-073-X

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Sa sœur aînée Lizzy est morte quand il avait dix ans. De ce jour, Quentin Fears a vécu comme décalé du monde des vivants. A guère plus de trente ans, le voici retiré, fortune faite, à l'issue d'un parcours solitaire.
     Jusqu'à la rencontre de Madeleine, en qui il reconnaît la femme de ses rêves.
     Mystérieuse Madeleine pourtant, qui répugne à lui faire connaître son étrange et peu recommandable famille, établie dans une vieille demeure sur les berges de l'Hudson.
     C'est qu'un antique secret déchire cette famille, dont elle détient le clé. Et seul Quentin pourra faire obstacle à un pouvoir obscur et malfaisant qui menace le monde. Il lui faudra pour cela réapprendre à vivre et trouver le courage de faire face au « trésor  » dans la boîte.
     Sur les thèmes qui lui sont chers, découvrez en Card un auteur de fantastique inspiré.


 
    Critiques    
     Tout réussit à Quentin Fears, richissime expert en informatique, mécène prodigue. Pourtant, il se sent vide, inconsistant, depuis la mort de sa sœur Lizzy — il avait alors dix ans. Sa blessure intérieure tend à se cicatriser avec la rencontre de Madeleine. Mais, la chère et tendre a de lourds secrets, ne dissimule pas toujours des excès psychiques dignes de l'autre lady Mad(e)line, celle de Poe ! Et la fêlure apparaît au grand jour lorsque Quentin remonte la vallée de l'Hudson jusqu'au Château-Cryer pour être présenté à la famille de sa compagne. Non seulement il se trouve en présence de personnages sortis d'un sordide musée de cire, mais encore il assiste à la révélation de la véritable nature de sa femme. Son refus d'ouvrir une boîte qu'elle lui tend provoque sa colère et la prise de conscience que leur mariage n'était qu'une étape pour l'amener à faire le geste requis. Adieu alors les illusions ; place à la réalité vacillante, celle où Madeleine ne laisse pas d'empreintes dans la neige, n'est qu'une vue de l'esprit, annonciatrice de bien pire... tapi dans la fameuse boîte.
     On connaissait la capacité d'Orson Scott Gard à imaginer des sagas ou des chroniques sans cesse relancées, telles que Terre des origines et Alvin le Faiseur. On découvre désormais son savoir-faire fantastique, avec un reste d'heroic fantasy tout de même, présence du dragon et sorts maléfiques obligent ! Si la seconde moitié du roman ne lésine pas sur les manifestations surnaturelles — spectres, maison hantée où « les morts marchent », succube créé par une sorcière, télékinésie, boîte de Pandore — , la première partie du récit fait la part belle à l'introspection, à l'intime et douloureuse déréalisation du quotidien sous le coup d'une absence incommensurable. Pas étonnant dès lors que des ambiances, des réparties à la Jane Austen ou à la Tennessee Williams jalonnent des pages plutôt vouées à l'inquiétante étrangeté, dérangeante parce qu'intériorisée, qu'à l'horreur tonitruante. La traversée des événements terrifiants aboutit du reste à la découverte d'un trésor invisible, spirituel surtout, aux antipodes de la créature qui s'est prise pour un djinn... sans réel génie.
     Après Agyar (1997) de Steven Brust, un roman de vampire qui ne dit pas son nom, Le trésor dans la boite illustre à nouveau la place particulière qu'occupe L'Atalante dans le paysage éditorial actuel. Ces deux récits permettent d'envisager des formes de fantastique moins maquerelles dans une production moderne répétitive, obnubilée par la loi du marché. Et quel plaisir on prend à lire de tels textes dans un format aussi original, avec ce papier épais qui procure des sensations tactiles et rétiniennes sans pareil. Pas de doute : le trésor est dans l'art (la fiction) et la manière (la façon) du livre conçu par l'éditeur nantais.

Guy ASTIC
Première parution : 1/10/1998
dans Ténèbres 4
Mise en ligne le : 2/11/2003


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.