Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Chute des Mondes

Alexis AUBENQUE


Cycle : La Chute des mondes vol. 1 


Illustration de Alain BRION

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5815
Dépôt légal : février 2004, Achevé d'imprimer : janvier 2004
Roman, 512 pages, catégorie / prix : 9
ISBN : 2-266-13440-X
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     À l'aube du XXVIIe siècle, l'humanité a conquis la galaxie. Deux cent cinquante mondes habités et regroupés au sein de la Fédération. Toutefois, quinze planètes ont obtenu un statut particulier, qui leur permet de vivre en totale autarcie, dans des reconstitutions d'époques empruntées à l'histoire terrienne.
     Sur Albidan, Guntray Marshall est à la recherche d'une relique extraterrestre ancestrale, preuve de l'existence d'une immense civilisation disparue, les Maltâmes ; sur Boxtown, Roseta Ming devient présidente d'un des plus grands groupes industriels de la galaxie, tandis que Frère Wilson, moine en mission sur l'astéroïde Alliance, tente de comprendre les enjeux de l'avenir de la Fédération alors que celle-ci lutte contre les Églises pour imposer la religion maltâme.
     Alors qu'une puissance obscure bouleverse l'équilibre précaire de la Fédération, le destin de tous ces personnages va faire basculer les pouvoirs en place et conduire à une découverte fascinante.
 
     La chute des mondes est le premier volet d'une saga en deux parties qui mêle intrigues politiques, religion et aventures, un space opera haut en couleur.
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition Florent MASSOT PRESENTE, Espace infini (2002)


     Selon la quatrième de couverture, Alexis Aubenque, dont La Chute des mondes est le premier roman publié, est “ un passionné de science-fiction qui n'a qu'un souhait  : faire exploser la barrière qui limite la SF à une communauté de spécialistes ”. Promesse que l'auteur entend tenir avec la collection “ Espace Infini ”  : Aubenque lui-même la dirige chez Florent Massot Présente, et on y trouvera de grands romans de space-opera et de science-fiction d'aventures. On y a déjà vu la réédition d' Inexistence de David Zindell, et l'annonce est faite de la gigantesque saga de Chung Kuo, de David Wingrove, devenue classique en Grande-Bretagne. Et puis il y a aussi ce roman français, La chute des mondes.
     L'humanité, qui a essaimé dans l'univers, s'est regroupée en une Fédération comptant deux cent cinquante planètes. Seules quinze ne l'ont pas intégrée, et vivent en autarcie. Certaines toutefois ne se satisfont pas de la pression croissante exercée par la Fédération, désireuse de les voir revenir dans son giron. Aussi les relations sont-elles passablement tendues.
     Ce roman nous permet de suivre les destins de nombreux personnages, au sein de cet univers en changement. Tous les types de protagonistes sont au rendez-vous  : il y a là le militaire vrai de vrai  ; l'aventurier intrépide et pas toujours respectueux des lois  ; la jeune fille – relativement – pure  ; le jeune duc en plein bildungsroman  ; enfin, le prêtre en proie à la confusion théologique.
     Tous tentent de s'en sortir, qui en s'acquittant des missions qui lui sont confiées, qui en s'enrichissant, qui en faisant des rencontres amoureuses. Le lecteur découvre ainsi une multitude de personnages, qu'il suivra parfois tout au long du roman, parfois le temps de quelques pages. Mais ce sont tous des héros plus grands que la vie  ; en d'autres termes, des clichés.
     D'une manière plus générale, c'est bien là le problème de ce roman  : les clichés y sont légion, et rarement bien exploités. Prenez les personnages  : si l'auteur avait su nous les rendre crédibles, l'utilisation de figures consacrées n'aurait pas été gênante. Malheureusement, à trop vouloir multiplier les protagonistes, Aubenque ne peut en développer aucun. Ou s'il tente de le faire, c'est en forçant le trait jusqu'à la caricature (involontaire)  : par exemple, Guntray Marshall, l'aventurier intrépide, tombeur de ces dames, “ n'avait jamais désiré se perdre dans les méandres du mariage et devoir ainsi rester fidèle à une seule épouse ”. Dans ces conditions, aucune identification possible pour le lecteur qui en est simplement réduit à suivre les péripéties du scénario.
     Celui-ci est intéressant dans ses débuts, car il entrecroise de nombreux fils d'intrigue – on se doute bien qu'ils convergeront – où des zones d'ombre sont ménagées pour maintenir le suspense. Néanmoins, après les habituelles scènes de présentation, on a un peu l'impression que l'intrigue s'enlise. On suit les aventures individuelles des protagonistes, mais l'auteur semble oublier les enjeux majeurs – après tout, nous sommes dans un livre baptisé La chute des mondes.
     Il faut préciser que ce roman n'est que le premier tome d'une série  : il fait donc office de volume introductif. Toutefois, au lieu d'une lente progression du schéma général de l'intrigue, procédé assez courant dans ce type d'ouvrage, les événements décisifs semblent se concentrer dans les cinquante dernières pages de ce roman qui en compte presque 500. L'équilibre narratif se trouve ainsi rompu. Enfin, on reprochera à l'auteur de n'avoir pas su se conformer plus rigoureusement à la règle du « show, don't tell », les descriptions trop précises tuant parfois ce qui fait le charme des décors grandioses qu'il évoque.
     Bref, ce roman présente un certain nombre de défauts. C'est dommage, car Alexis Aubenque a une écriture visuelle assez efficace, malheureusement parfois gâchée par un style approximatif. Mais le véritable problème de ce roman tient dans sa visée. Quand un auteur choisit d'user de clichés, deux voies lui sont ouvertes  : soit il les assume à fond, soit il les pervertit pour les parodier. Aubenque a pris la première afin, nous dit-on, de “faire exploser la barrière qui limite la SF à une communauté de spécialistes”. On aurait préféré qu'il prenne la seconde.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 6/8/2002
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68935 livres, 76285 photos de couvertures, 63979 quatrièmes.
8350 critiques, 36525 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.