Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Tigane

Guy Gavriel KAY

Titre original : Tigana, 1990

Traduction de Corinne FAURE-GEORS
Illustration de Paolo UCCELLO

J'AI LU (Paris, France), coll. Littérature générale n° 6463
Dépôt légal : janvier 2003
924 pages, catégorie / prix : R
ISBN : 2-290-32518-X   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     « Le nom de Tigane, effacé ! La haine de Brondin pesait tout entière dans cette malédiction destinée à venger la mort de Stevan, son fils. Par ce sort il effaçait le nom de la cité royale. Il l'ôtait de la mémoire de tous les vivants, nés ailleurs que dans la province. »
     Depuis ce jour fatal où son fils bien-aimé fut tué, Brandin d'Ygrath ne vit plus que pour sa vengeance. Il ne lui suffit pas que Tigane soit rayée de la carte, il faut aussi que tous les natifs de la cité meurent à leur tour.
     Qui peut contrer le tyran ? Alessan, le prince héritier, engagé dans la résistance sous le masque d'un ménestrel ? Dianora ? Originaire de Tigane, elle s'est juré de le tuer, mais elle a un désir profond de cet homme. Alberico, le sorcier, avec qui Brandin partage le pouvoir ? A la seule évocation de Tigane, des forces obscures s'affrontent...

     Ce grand roman d'aventures, somptueuse métaphore sur l'impérialisme et l'occupation, évoque la douloureuse expérience de l'exil en son propre pays et de la perte de son identité culturelle.

    Prix obtenus    
Aurora (anciennement Casper), roman anglais, 1991

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition L'ATALANTE, Bibliothèque de l'évasion (1999)


     Tu laisseras tout ce que tu aimes, ce qui t'es le plus cher : c'est là le trait que l'arc de l'exil décoche en premier.
Dante, la divine comédie.     

     Deux rois sorciers ont conquis les neuf provinces de la Palme. Il y a quinze ans, leurs armées ont débarqué, l'une à l'ouest, l'autre à l'est, et ont affronté les neuf provinces divisées par leurs rivalités intestines. Une à une, la Corte, la Basse Corte, le Certando, l'Asoli, le Ferraut, l'Astibar, la Tregea et même l'orgueilleuse Chiara sur son île se sont inclinées. La dernière province, le Senzio, n'est plus qu'un enjeu entre les deux sorciers. Et le peuple de la Palme courbe l'échine et paye l'impôt à ses occupants, oubliant peu à peu sa fierté dans le khav et le vin bleu...
     Devin di Asoli est un jeune musicien accompagnant une troupe itinérante. Par curiosité et par chance, il va se retrouver mêlé à un groupe secret d'hommes et de femmes opposés aux deux tyrans et décidés à rendre sa liberté à la Palme. Une longue quête commencera alors pour redonner à la Palme l'honneur et l'éclat qui étaient le sien.

     Guy Gavriel Kay aime les vastes histoires épiques impliquant des personnages tendus par leurs dilemmes et leurs contradictions. Le voyage accompli par Devin, Catriana, Adreano et leurs compagnons vous fera découvrir de nombreux lieux de la péninsule de la Palme, très inspirée par l'Italie de la Renaissance. C'est la construction et l'originalité de son monde, ainsi que la richesse de ses personnages qui font le charme de ce roman. Loin des stéréotypes du genre, les personnages de Kay sont humains, attachants ou agaçants mais jamais neutres ; et si ses héros sont marquants, leurs ennemis le sont encore plus ; j'ose penser que vous n'oublierez pas facilement la figure royale et torturée de Brandin d'Ygrath.

     On peut reprocher à ce roman ses quelques longueurs car l'intrigue de ses 700 pages aurait sans doute tenu sur 500. On pourrait aussi lui reprocher, mais à tort selon moi, d'avoir pris clairement appui sur une époque et un cadre historique donné pour construire son univers. Pourquoi à tort ? Parce que tout univers imaginaire est basé sur des références communes à l'auteur et au lecteur, que ce soit un univers de Fantasy ou de science-fiction. Les références que Kay a eu la bonne idée de choisir (l'Italie pleine d'intrigues et de divisions de la Renaissance, patrie de Machiavel comme de Michel Ange) lui permet de créer un cadre original sans avoir à traîner d'interminables descriptions pour réinventer l'architecture, la société ou la culture de son monde.

     Enfin, last but not least, Tigane est un roman mature. Kay prouve que ce n'est pas parce qu'il place son histoire dans un monde imaginaire qu'il ne peut traiter de sujets comme l'identité, l'exil ou la destruction d'une culture. Et loin d'être des oripeaux destinés à ranger le livre dans un genre donné, les éléments fantastiques (magie, créatures fabuleuses) sont autant là pour faire rêver que pour servir l'histoire. Tigane fait partie de ces romans qui vous emmènent dans un monde et vous donnent envie d'y rester quand vous les finissez... Guy Gavriel Kay a assimilé là une des meilleures leçons de Tolkien.

Laurent KLOETZER
Première parution : 1/12/1999
Yellow Submarine 129




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64552 livres, 62583 photos de couvertures, 59233 quatrièmes.
8085 critiques, 35400 intervenant·e·s, 1411 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.