Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Reine des damnés

Anne RICE

Titre original : The Queen of the Damned, 1988
Première parution : New York, USA : Alfred A. Knopf, octobre 1988
Cycle : Vampires (chroniques des)  vol. 3 

Traduction de Évelyne BRIFFAULT & Anne DE VOGUE
Illustration de Marc DEMOULIN

POCKET (Paris, France), coll. Terreur n° 9057
Dépôt légal : octobre 1991
Roman, 576 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 2-266-04459-1
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Un jour, un vampire fit un cauchemar...

     Quand Lestat, vampire impie, libertin et suicidaire, s'improvise chanteur de rock pour hurler à la face de l'humanité sa condition de mort vivant, les mortels lui font un triomphe, sans imaginer une seconde qu'il ne leur dit que la vérité.
     Mais, avec sa « musique à réveiller les morts », Lestat ne s'est pas seulement fait des ennemis parmi ses frères qui le considèrent comme un traître et sont décidés à la détruire, il a aussi arraché à son sommeil millénaire Akasha, la Mère de tous les vampires, la Reine des Damnés. Akasha qui ne rêve que de régner à nouveau sur les mortels.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Thriller Fantastique (2023)

Troisième épisode des Chroniques des vampires, La Reine des damnés ressemble à un mélange des deux premiers : Anne Rice en récupère les personnages principaux, en ajoute quelques-uns, les conduit au concert de Lestat qui concluait l’ouvrage précédent, comble les lacunes de Lestat le vampire pour nous expliquer l’historique complet des vampires depuis les premiers d’entre eux créés dans l’antique capitale mésopotamienne Uruk et pose par-dessus tout cela une super méchante, Akasha, la première vampire elle-même, qui revient au monde pour exterminer la moitié de l’humanité.

Malheureusement, cela fait beaucoup et le roman se révèle inégal, perdu par moment dans des dialogues longuets et sans intérêt, donnant l’impression que même l’autrice s'ennuie un peu dans son récit. Bien sûr, certaines parties tiennent toujours en haleine, telle l’histoire des jumelles, mais elles auraient méritées d’être raccourcies pour gagner en intensité. Et tout cela pour un final décevant et prévisible, sans oublier un léger sentiment de malaise face à cette reine des damnés dont la caractéristique principale est la misandrie. S’il n’est pas inintéressant, La Reine des damnés commence à tirer à la ligne et montre des faiblesses qui n’augurent rien de bon pour le reste du cycle. Restons-en là.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 10/1/2023
nooSFere

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
La Reine des damnés , 2002, Michael Rymer

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79160 livres, 91955 photos de couvertures, 75152 quatrièmes.
9025 critiques, 43032 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3777 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.