Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Nous allons tous très bien, merci

Daryl GREGORY

Titre original : We Are All Completely Fine, 2014
Première parution : in chabook éponyme, Tachyon, 2014

Traduction de Laurent PHILIBERT-CAILLAT

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 7235
Dépôt légal : septembre 2017
Réédition
Nouvelle, 192 pages, catégorie / prix : 6.30 €
ISBN : 978-2-266-27759-4
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Ils sont cinq, traumatisés, victimes de maniaques, poursuivis par leurs peurs, leurs démons, prisonniers d’un choc post-traumatique, et rassemblés par le Dr Jan Sayer pour une thérapie de groupe. Médecin psychiatre, elle est là pour les aider, les amener à se libérer des événements qui ont irrémédiablement marqué leur vie du sceau de l’horreur.
     Mais quelque chose de plus profond les lie tous. Une menace que certains d’entre eux sentent, d’autres voient, dont ils portent la marque dans leur chair, leurs os...
     Ces êtres brisés vont devoir trouver la force de s’ouvrir les uns aux autres et de s’allier pour stopper le cauchemar qui s’apprête à prendre forme et envahir le monde.

     « Véritable page-turner ne reculant devant aucune barrière du genre, Nous allons tous très bien, merci dissèque l’horreur et ses personnages au scalpel. Concis et prenant, le roman de Daryl Gregory n’en oublie pas d’être intelligent et sacrément surprenant par moments. Une sucrerie à l’arrière-goût cendreux qui laisse des marques. » Nicolas Winter – Just a word

    Prix obtenus    
World Fantasy, Novella / Court roman, 2015
Shirley Jackson, Novella / Court roman, 2014
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BÉLIAL', (2015)


     Nous allons tous très bien, merci est le roman de l’Après : comme le dit l’auteur dans le très intéressant entretien qui clôt l’ouvrage, le projet consiste à aller voir ce qui se passe après qu’on ait refermé un Stephen King, après le générique de fin d’un film d’horreur des années 70. Quand les protagonistes survivants essayent de reprendre une vie normale.
     Cinq victimes traumatisées, qui semblent rescapées d’un roman d’épouvante ou d’un slasher-movie, sont donc réunies dans un groupe de parole par une psychothérapeute. Séance après séance, la confiance s’installe, les langues se délient... Et puis l’horreur revient progressivement, parce que, comme le savent les amateurs du genre, le Mal ne peut jamais être totalement vaincu.
     L’originalité de Nous allons tous très bien, merci réside dans le fait de traiter les héros habituels des histoires fantastiques comme des personnages normaux, des victimes de stress post-traumatique qui ont besoin d’aide. Par cet effet de réel, Daryl Gregory apporte un surcroît de crédibilité au genre, il permet au lecteur de s’identifier aux divers personnages puisqu’on lui montre que ceux-ci réagissent comme tout un chacun avec les mêmes faiblesses.

 

     On pourrait craindre un roman un peu statique et très verbeux. Au contraire, une tension très forte s’installe dès les premières pages et ne retombe jamais. Elle tient au contraste entre la description du rituel des séances de psychothérapie dans un décor minimaliste et l’histoire que raconte chaque personnage, narration difficile, à demi-mots, entrecoupée de silences et de mensonges. Dans les non-dits, les euphémismes, l’horreur des expériences vécues par les protagonistes transparaît avec d’autant plus de force qu’il y a peu de détails repoussants, d’effets gore ou d’outrances. Daryl Gregory sait que ce que l’auteur décrit n’est jamais aussi terrifiant que ce que le lecteur imagine se cacher dans les recoins sombres du récit.

 

     Le style est sobre, tempéré d’un humour un peu cynique, de quelques références à la culture geek et d’une véritable chaleur humaine. La construction est rigoureuse, le rythme efficace et on sent chez l’auteur une grande maîtrise du cliffhanger et de l’art de jouer avec les attentes du lecteur et les codes du genre pour ne dévoiler que le strict nécessaire des éléments fantastiques.

 

     Ce court roman, aussi intelligent que captivant, se lit d’une traite sans jamais perdre de son intérêt. À la fois un très bon moment de lecture et une réflexion pertinente sur le fantastique et l’horreur.

 

 

 

Jean-François SEIGNOL
Première parution : 10/11/2015
nooSFere


 

Edition BÉLIAL', (2015)


            Voilà un astucieux récit sur le thème de la monstruosité qui échappe aux canons du genre. Car il n’est pas ici question des monstres et de leurs exactions, mais de leurs victimes, réunies par le Dr Jan Sayer pour un groupe de parole. On ne connaît donc qu’indirectement les affres par lesquelles elles sont passées, par fragments révélés au fil des séances, personne ne se dévoilant entièrement la première fois. Harrison a échappé, adolescent, à de telles horreurs qu’il est devenu un héros de bandes dessinées ; le plus âgé d’entre eux, Stan, un homme-tronc, fut la victime d’une famille ayant dévoré vifs ses amis ; le tortionnaire de Barbara a ouvert ses chairs pour graver sur ses os des illustrations délivrant un secret ; Greta, belle et distante, a été scarifiée par les membres d’une secte aujourd’hui démantelée ; Martin ne quitte jamais ses lunettes noires qui lui révèlent la monstrueuse réalité des choses…

            Ainsi, la thérapie est en même temps le lieu de l’énonciation et celui de la dissimulation, la partie qu’elle est censée révéler sous-tend l’intérêt du récit au même titre que les exactions commises. Progressivement, il s’avère que ces récits disparates s’agencent comme les pièces d’un puzzle appartenant à un seul et même cauchemar. En effet, des agressions semblent indiquer que tout n’est pas fini. Une interview de l’auteur en fin d’ouvrage explique l’origine de ce scénario original : il est impossible que les survivants d’atrocités, à la fin d’un film d’horreur, s’en sortent sans séquelles psychologiques. C’est pour Gregory le moment où le récit commence, et il s’en donne à cœur joie…

            Le roman est bref, dense, macabre tout en évitant de sombrer dans les poncifs narratifs du genre horrifique – auquel il est rendu hommage comme le prouvent les discrètes références. La tension ne se relâche à aucun moment de la lecture, jouant alternativement sur les révélations du passé et les motivations de chacun, sans oublier celles qui ont poussé le Dr Sayer à réunir de tels survivants.

            La construction est également admirable, qui suit à chaque chapitre le point de vue d’un personnage, puis recommence en en incluant deux à la fois, jusqu’à les mettre tous en scène à la fois vers la fin. Se glisse également ici et là un « nous » parcimonieux, jusqu’à ce que le pronom de la première personne du pluriel se répète de façon à inclure chaque protagoniste au sein d’un groupe qui a fini par s’agglomérer.

            Daryl Gregory est un scénariste de comics, et cela se voit par son sens très visuel du récit dans des séquences brèves et parlantes. On avait déjà pu repérer cet art de la construction, à l’état naissant, dans L’Éducation de Stony Mayhall, qui tentait aussi de casser les codes du récit populaire en annonçant par exemple au lecteur que ce qu’il s’attend à lire ne se produira pas.

            Le roman, finaliste de nombreux prix, était en cours d’adaptation par Wes Craven en série télévisée. Il faut espérer que le récent décès du réalisateur n’aura pas fait avorter le projet. Quoiqu’il en soit, ce petit bijou d’horreur conforte Daryl Gregory dans la catégorie des auteurs à suivre.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/10/2015
Bifrost 80
Mise en ligne le : 19/7/2020




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 71721 livres, 82655 photos de couvertures, 66984 quatrièmes.
8477 critiques, 38509 intervenant·e·s, 1492 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.