Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Lance et le taureau

Michael MOORCOCK

Titre original : The Bull and the Spear, 1973
Première parution : Londres, Royaume-Uni : Allison & Busby, 1973

Cycle : Corum  vol. 4 

Traduction de Patrick COUTON
Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5462
Dépôt légal : décembre 1992
Roman, 192 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : 2-266-04767-1   
Genre : Fantasy


Autres éditions
   L'ATALANTE, 1990
   in Tout Corum, 1992
   in Tout Corum, 1993
   in Tout Corum, 1998
   POCKET, 1997, 2004

    Quatrième de couverture    
     Corum sait-il encore qu'il a vaincu les Seigneurs du Chaos ? Un siècle a passé depuis cet exploit ; la belle Rhalina est morte et le Prince à la Robe Ecarlate, condamné à l'immortalité, reste prostré dans son morne château.
     Une nuit, en songe, il entend un appel : un indicible danger menace le peuple même de Rhalina. Il franchit les portes du temps et rejoint les survivants qui lui apprennent l'accablante nouvelle : les Fhoi Myore sont de retour. Ces monstres issus d'une autre dimension font régner sur toutes choses le froid et la brume ; leurs chiens démoniaques massacrent tout sur leur passage. Jadis, on avait pu repousser les envahisseurs grâce à six adjuvants magiques (trois bêtes et trois objets). Mais où les retrouver ? Et comment affronter les périls d'une telle quête ? Mannach, le roi-druide, n'en fait pas mystère : c'est à Corum de relever le défi.

     Corum est une figure du champion éternel, comme Elric, Hawkmoon et Erekosë. Sur le plan où il se situe, l'homme vient d'apparaître et les Grands Dieux d'Antan commencent à trembler de peur. Les anciennes races retournent à l'état bestial. Cest parmi elles cependant que se lève le héros décidé à lutter contre le chaos naissant.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : Corum

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition L'ATALANTE, Bibliothèque de l'évasion (1989)


     Michael Moorcock est sans conteste l'écrivain britannique de SF/Fantastique le plus éclectique, celui-ci s'adonnant avec un même plaisir et une réussite identique aux joies de l'Heroïc-Fantasy (ses cycles d'Elric, de Corum, du Runestaff, d'Erekosë...), de la Fiction Spéculative (peut-être les inédits de Jerry Cornélius seront-ils traduits un jour ? !), et d'une SF plus traditionnelle bien que d'excellente facture (Le Navire des Glaces, Voici l'Homme...) Sans compter ses fructueux essais dans les domaines du Roman Historique, de l'érotisme, et du Polar ! Et ce n'est pas tout, puisqu'il a également flirté avec la punkitude, travaillé comme scénariste aux USA (l'amateur pourra se reporter à ses Letters From Hollywood, initialement adressées à Jim Ballard, et dont quelques extraits ont jadis été publiés dans Métal Hurlant), ou comme parolier pour Hawkwind, Blue Oyster Cult et Deep Fix, le groupe qu'il anima dans les années soixante-dix ! ! !
     Bon, arrêtons-nous là. Inutile d'aller plus avant dans la présentation de celui que je tiens pour un des plus grands écrivains populaires de ces trente dernières années et que vous connaissez peut-être, après tout, aussi bien que moi. Si je m'enflamme, c'est simplement que, prenant de l'avance sur ses confrères parisiens lesquels se contentent généralement de rééditer les titres épuisés, un petit éditeur de province, L'Atalante pour ne pas le nommer, met sur le marché la seconde trilogie de Corum, intégralement inédite chez nous, que nous attendions depuis sa parution outre-Manche, soit depuis quinze ans ! Et ce après avoir remis dans le circuit la première, introuvable depuis des années. Vient de paraître La lance et le Taureau, puis ce sera ensuite au tour de Le Chêne et le Bélier et de Le Glaive et l'Étalon de faire leur apparition en librairies. En attendant d'autres merveilles mais je ne vous en dis pas plus pour le moment...
     Au début des années soixante-dix, après l'échec de New Worlds (échec commercial, s'entend !) et le semi-échec du cycle consacré à Jerry Cornélius, Moorcock cherchait à se renflouer. Aussi décida-t-il de relancer ses séries à succès. Corum, Hawkmoon et même Elric (quoique plus tardivement) reprirent donc du service. Dans le cas de ce dernier, ce ne fut pas bien brillant, le « roman » qui en résulta, Le Navigateur sur les Mers du Destin, n'étant que la mise bout à bout de trois novellas. Mais en ce qui concernait les premiers, il en allait tout autrement. Et même si leur auteur ne parvient plus au génie qui animait certains textes antérieurs, qui animera plus tard des romans tels que Le Chien de Guerre ou Gloriana, il existe six petits romans fort intéressants. Chez Moorcock, on le sait, même les textes mineurs présentent un certain intérêt, très peu de choses sont à jeter.
     Tout commence alors que Corum Jhaelen Irsei, le Prince à la Robe Ecarlate, remis de ses émotions et de ses combats l'ayant opposé aux Maîtres de l'Epée, commence à s'assoupir au fond de son château, solitaire, songeant sans cesse à sa défunte épouse. Heureusement pour nous, des voix se mettent à l'assaillir, des gens lui apparaissent en rêve, qui lui demandent son aide dans un combat qui les oppose aux Fhoi Myore, ces monstres venus du froid les asservir et s'apprêtant à recouvrir leur royaume de neige et de glace. Après quelque hésitation, il décide de les rejoindre, franchit les portes de l'Histoire, et part aussitôt en quête de la lance Bryionak et du Taureau Noir de Crinanass, seuls capables de repousser les géants et leurs chiens...
     Vous vous en doutez, on ne s'ennuie pas une seconde ! Que demander de mieux ?
     Il ne nous reste plus à espérer qu'après ces six romans « porteurs » les éditeurs du géant barbu du Yorkshire et de Ladbroke Grove s'attacheront à traduire ses inédits ne faisant pas partie de séries. Ceux de qualité, bien sûr. A raison d'un titre ou deux chaque année, et même s'il s'arrêtait d'écrire, ce qu'il ne semble fort heureusement pas envisager, il y en aurait jusqu'en l'an 2000 !

Richard COMBALLOT
Première parution : 1/5/1989
dans Fiction 408
Mise en ligne le : 18/10/2003


 Critique de la série par Bruno PARA


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68143 livres, 71834 photos de couvertures, 63105 quatrièmes.
8186 critiques, 36341 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.