Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Sang des astres

Charles HENNEBERG & Nathalie HENNEBERG

Première parution : Paris, France : Hachette, Le Rayon Fantastique, 1963

Illustration de Jean-Claude FOREST

HACHETTE / GALLIMARD (Paris, France), coll. Le Rayon fantastique n° 116
Dépôt légal : 3ème trimestre 1963
Première édition
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 11,6 x 18,0 cm
Genre : Science-Fiction

Éditeur : Hachette.



Quatrième de couverture
Selon le professeur russe Agrest, il existerait, rien que dans notres Galaxie, cent cinquante mille planètes au moins, dont les conditions seraient analogues à celles de la Terre. Mais, naturellement, leur développement pourrait être différent.
Qu'arriverait-il si des astronautes terriens de l'an 2 700, tombaient en plein Moyen-Age sur une telle planète ?
Si tous les secrets de la Cabbale étaient rééls ?
Si une comète était, simplement, une Salamandre ?
Et si, comme l'Ondine ou la Sirène des contes, cette fille du feu, ce « Sang des Astres » s'éprenait... d'un Cosmonaute errant ?
Seule, l'inépuisable richesse, la poésie imaginative de Nathalie Ch.-Henneberg peut oser tisser la toile — le piège d'un aussi merveilleux « opéra » de l'Espace et du Temps.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES / ÉDITIONS DU MASQUE, Le Masque Fantastique (1977)


     Réédition d'un des chefs-d'œuvre de la génération précédente (RAYON FANTASTIQUE 1963), où la grande poétesse de la science-fiction française, en pleine possession de ses moyens, développe ses thèmes caractéristiques — splendeurs et misères de l'amour, rencontre du passé et de l'avenir dans l'éternité des mythes (le juif errant, les élémentaux) — dans le décor d'une Terre parallèle qui, en 2700, revit à sa manière l'épopée des Croisades. .Au centre, une salamandre, beauté ardente au sens le plus fort, empruntée à Michel Psellus et à la Cabbale, qui consume son amant faible Gilbert Deste, et pour son amant fort Conrad Montferrat (lui-même seulement à demi humain) renonça à sa nature surnaturelle pour n'être plus qu'« une petite rousse comme ça qui fait très bien les crêpes flambées ». Rupture de ton qui est systématiquement cultivée : le gynécée du roi de Jérouchalaïm est une volière de chipies, mais au banquet la gastronomie se fait épique ; Gilbert Deste réduit son avenir auprès de la douce Anne de Lusignan à « ce petit enfer où excellent, quand elles veulent nous rendre heureux, les femmes fidèles », mais Esclarmonde sublime « les engelures, le mensonge et la cuisine à l'huile », qui l'attendent comme épouse mortelle, par ces quelques mots : « J'y pense, ce sera délicieux ». Le grandiose est une position périlleuse, que les coups d'œil vers le bas rendent plus vertigineuse encore : mais N.C.H. a su faire de cette colossale difficulté l'instrument de son triomphe comme jamais personne depuis Victor Hugo.

George W. BARLOW
Première parution : 1/1/1977
dans Fiction 276
Mise en ligne le : 6/12/2012

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74378 livres, 82945 photos de couvertures, 70017 quatrièmes.
8531 critiques, 40337 intervenant·e·s, 1569 photographies, 3737 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.