Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Tueur de temps

Caleb CARR

Titre original : Killing time, 2000

Traduction de Jacques MARTINACHE

POCKET (Paris, France), coll. Littérature - Best n° 11834
Dépôt légal : janvier 2004
Roman, 320 pages
ISBN : 2-266-12922-8   



    Quatrième de couverture    
     2024. Alors que le tentaculaire réseau mondial offre toujours davantage d’informations, l’ordre international est au bord de l’explosion... La présidente américaine a été assassinée et une photo du meurtrier diffusée sur Internet accuse formellement l’Afghanistan. Mais alors que les États-Unis ont lancé une violente guerre contre le régime de Kaboul, il se pourrait que la photo soit en réalité un montage...
     Pour Gideon Wolfe, professeur en psychologie criminelle, une personne aussi démente que géniale a pris le contrôle de la Toile mondiale et cherche à plonger le monde dans le chaos. Sa traque le conduira jusqu’à Malcolm Tressalian. Nouveau capitaine Nemo, celui-ci est prêt à tout pour imposer une nouvelle société : falsifier l’histoire ou, à défaut, tuer le temps...

     « Le tueur de temps est une charge politique d’une grande férocité (...). Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! »
Le Monde des livres
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition PRESSES DE LA CITÉ, (2001)


     2024. Le monde est sensiblement le même que le nôtre, si ce n'est qu'un krach boursier s'est produit en 2007, et que l'internet est devenu partie intégrante de la vie quotidienne. La présidente des Etats-Unis est morte assassinée par un ambassadeur afghan. Néanmoins, Gideon Wolfe, professeur de psychologie criminelle, se voit confier une vidéo de l'attentat montrant qu'il y a eu trucage et tromperie : le meurtrier n'est pas celui qu'on croit. Son enquête – au cours de laquelle son meilleur ami meurt – le conduit à un groupe de scientifiques et de personnalités influentes, à la tête duquel se trouve Malcolm Tressalian, au corps meurtri mais au génie affirmé. Selon lui, le monde croule sous les masses d'informations. Les gens pensent avoir ainsi accès à la connaissance, mais Tressalian est persuadé quant à lui que cette information est mise à disposition, maîtrisée et orientée par les grands consortiums industriels, qui peuvent lui faire dire ce qu'ils veulent. Pour mettre un terme à ces manipulations, le groupe a décidé de monter de toutes pièces des supercheries qui, lorsqu'elles seront découvertes, décrédibiliseront à jamais l'internet et assoiront une société plus saine. Mais encore faut-il que les falsifications (le cinquième évangile, les lettres de Churchill à l'assassin de l'archiduc François-Ferdinand) soient découvertes...
     Caleb Carr, auteur de L'aliéniste et L'ange des ténèbres, s'attaque ici à l'anticipation. Il est toujours intéressant de voir un écrivain pénétrer pour la première fois dans le champ de la science-fiction. Et on n'est pas déçu ici, car le moyen de transport du groupe est un vaisseau spatial surpuissant à hurler de rire. Face à lui, les avions ou cuirassés des forces militaires mondiales font pâle figure. Il y a belle lurette que l'on n'avait pas vu un navire fleurer aussi bon le cliché. Heureusement, la mise en scène de ce vaisseau n'est pas le but de ce roman  : il n'est qu'un instrument, même s'il décide souvent du développement de l'intrigue. Non, la thématique tourne bien autour de l'information, le résumé de cette œuvre tenant tout entier dans une phrase de la fin du premier chapitre : « L'information n'est pas la connaissance ». Et Carr se montre beaucoup plus à l'aise dans les spéculations sur l'avenir de la société que dans l'anticipation technologique. Aussi la solution prônée par Tressalian, à savoir dynamiter le système de l'intérieur en l'exploitant au mieux, paraît-elle rusée de prime abord. Mais malgré tout son génie, et la collaboration de sommités, il ne parviendra pas à anticiper les conséquences de ses actes, et méjugera les réactions des masses populaires, qui sont elles-mêmes demandeuses d'un surcroît d'information, et ont également perdu la capacité d'analyser les faits en toute rigueur. Et, au terme d'un texte à l'humour tellement cynique qu'il a depuis longtemps cessé de faire sourire, on se rend compte que le combat est déjà presque perdu.
     Un roman en forme de sonnette d'alarme, en somme.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 9/6/2001
nooSFere


 

Edition PRESSES DE LA CITÉ, (2001)


     Caleb Carr, qui a eu un gros succès outre-Atlantique avec son polar historique, L'Aliéniste, nous livre cette fois-ci un récit, mi-aventure mi-conte moral, situé dans un proche avenir. Cette incursion dans les eaux territoriales de notre genre littéraire préféré semble motivée avant tout par les griefs accumulés par l'auteur contre notre société post-moderne et son pilier principal : Internet. Dans le premier chapitre, l'un de ses personnages nous assène que « l'information n'est pas la connaissance », point de départ d'une diatribe tout au long de ce roman qui prétend démontrer que la révolution numérique en cours est la racine même de la confusion d'esprits et du règne des mensonges sur la Terre. C'est déjà très discutable, mais le vrai problème, c'est que Carr essaie de soutenir cette thèse par le biais d'une histoire à dormir debout.
     Gideon Wolfe, professeur de psychologie criminelle à New York en 2024, mène l'enquête sur le meurtre d'un expert en effets spéciaux lié au trucage d'un film tourné pendant l'assassinat récent de la présidente des États-Unis. En remontant la piste il se voit enrôlé dans une conspiration montée par Malcolm Tressalian, génie dont la capacité mentale fut augmentée par manipulation génétique mais au prix d'une infirmité physique quasi-totale ; tout cela à la demande d'un père milliardaire et mégalomane, par ailleurs à l'origine de la nouvelle génération de satellites qui sont le support matériel des réseaux planétaires de communication. Aidé par sa sœur, Larissa, également surdouée grâce aux expériences prénatales, mais mieux lotie côté corps, en fait une belle ninja formée dans tous les arts martiaux, ainsi que par une bande de compagnons ralliés à sa cause, Tressalian voyage à travers le monde entier à bord d'un vaisseau géant, capable de vols supersoniques comme de plongées sous-marines, tout en narguant les systèmes de défense déployés par les grandes puissances. Comme frère et sœur ont déjà une dent contre leur paternel et toutes ses œuvres, ils prennent l'Internet pour cible principale, en y lançant des canulars énormes sur les plans politique, historique ou scientifique, dont le but serait de réveiller les consciences contre les méfaits de l'informatisation. Mais Wolfe, d'abord converti aux projets de Tressalian, commence à entretenir des doutes sur la santé mentale de ce dernier.
     Cette histoire possède certains attraits comme divertissement léger, avec des personnages qui semblent nés d'un croisement de Chapeau melon et Bottes de cuir avec X-Men, mais elle croule sous le poids des prétentions philosophiques que l'auteur érige là-dessus. Il se peut qu'Internet soit effectivement le Grand Mystificateur de notre temps, mais Carr se montre incapable d'expliquer le comment et le pourquoi de notre état d'abrutissement actuel. Il s'agit d'un livre bêtement technophobe et primaire, qui de plus offre en conclusion une bourde logique qui fera bondir tout lecteur averti en matière de voyages temporels. C'est triste à constater, mais nous sommes encore une fois devant le cas d'un écrivain réputé de la litt. gén. qui se plante péniblement dans ce genre d'exercice, soit qu'il s'épuise à réinventer la roue, soit qu'il confonde SF avec n'importe quoi. À éviter.

Tom CLEGG (lui écrire)
Première parution : 1/9/2001
dans Galaxies 22
Mise en ligne le : 15/10/2002




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69356 livres, 77657 photos de couvertures, 64446 quatrièmes.
8384 critiques, 36789 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.