Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Forêt d'émeraude

Robert HOLDSTOCK

Titre original : The Emerald Forest, 1985
Première parution : Penguin Books, septembre 1985

Traduction de (non mentionné)
Illustration de WILLIS

MNÉMOS , coll. Icares n° (44)
Dépôt légal : octobre 2003
288 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 2-915159-12-2   

Novélisation du film La forêt d'émeraude de John Boorman.



    Quatrième de couverture    
     Tommy, sept ans, est le fils d'un ingénieur américain. Un jour, il disparaît à la lisière de la forêt amazonienne, non loin du chantier où travaille son père. Pendant dix ans, Bill Markham tente de retrouver son fils, tout en poursuivant la construction du barrage qui menace de bouleverser l'équilibre de la forêt. En vain. Alors que tout semble perdu, Markham part en expédition et s'enfonce dans l'enfer verdoyant de l'Amazonie, à la recherche de la mystérieuse tribu des Invisibles. Au bout de sa quête l'attend une terrible confrontation avec les forces magiques et immémoriales de la jungle primitive.
 
     D'après le film de John Boorman.
 
     Robert Holdstock est né en Grande-Bretagne en 1948. Il a publié de nombreux romans de fantasy, d'inspiration celtique et nordique. Parmi ses œuvres traduites en France, on peut citer Celtika et La Forêt des Mythagos, cycle best-seller mêlant fantasy et fantastique contemporain, récompensé en 1985 par le World Fantasy Award.

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Forêt d'émeraude , 1985, John Boorman
 
    Critiques    
     Contrairement à une idée largement répandue, la novélisation n'est en rien une pratique commerciale récente ; il y a une quarantaine d'années, Ellery Queen commettait l'excellent et introuvable Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur, utilisant comme trame le film britannique éponyme. Depuis, nombre d'auteurs appréciés pour leurs œuvres personnelles (et sans doute à la recherche d'argent facile) ont joué le jeu : Terry Bisson (Galaxy quest, Le Cinquième élément), Orson Scott Card (Abyss), Christopher Priest (Short circuit, eXistenZ), Pierre Pelot (Le Pacte des loups), William Kotzwinkle (E.T. l'extraterrestre), Elizabeth Hand et j'en passe. Avec des résultats très variables, oscillant entre le scandaleux (Tomb Raider) et le formidable (Le Pacte des loups).

     Pour ceux qui n'auraient jamais vu le film, La Forêt d'émeraude raconte le destin amazonien de la famille Markham. Bill Markham, âgé de quarante ans, veut retrouver son fils, Tommy, kidnappé à l'âge de sept ans par la tribu des Invisibles. Après dix ans passés dans la jungle, Tommy est devenu Tomme (prononcez tômmé), le fils du chef des Invisibles, celui qui lui succédera. Il est amoureux de Kachiri et l'enfant qui vit dans son corps est sur le point d'être mis à mort au cours d'une cérémonie incluant une prise massive de drogue hallucinogène. Evidemment, Bill Markham finira par retrouver Tommy/Tomme, et chacun d'eux verra sa vie changer du tout au tout.

     Ce qui n'aurait pu être qu'une apologie post-hippie (le film date de 1984) du retour à l'« état de nature » se transforme assez rapidement en une magnifique réflexion sur l'identité, l'appartenance à un territoire, la survivance (impossible) de sociétés préindustrielles. Au fil des pages, Holdstock, et cela ne surprendra personne, s'intéresse principalement à la forêt pluviale, à ses mœurs et à ses mythes. Bien sûr, que ce soit dans le film ou dans le livre, Pallenberg (scénariste), Boorman (réalisateur), et Holdstock (novélisateur) prennent fait et cause pour les Invisibles, pour Tomme et la belle Kachiri à la peau cuivrée... mais attention, même si les Blancs sont (pour la plupart) ignobles, même si un certain idéal à la Rousseau scintille dans le lointain, les Féroces rôdent et, comme chez Lévi-Strauss, les tropiques sont — bien souvent — tristes, moites, dangereux... et parfois cannibales. Les choses ne sont pas aussi tranchées (ou naïves) que l'on voudrait bien le croire (la nature est dangereuse, la société primitive est par essence injuste car penchant vers l'harmonie et non vers l'équité) et chacun (Markham, son fils, les Féroces, les Blancs) possède de réelles motivations, tangibles, jamais gratuites.

     Reste que le message réel du livre (qui n'est pas celui voulu par l'auteur) est terrible, car on sait très bien comment tout cela finira : comme tant d'autres, les Invisibles disparaîtront...

     Voilà une œuvre littéraire (hé oui...) servie par une véritable volonté, celle de l'enrichissement. Car Holdstock, que l'on sent d'un naturel généreux quasiment à toutes les pages, ne s'est pas contenté de faire le « livre du film », il a mis de la chair sur l'os et de la peau sur cette chair humaine, cette pulpe végétale enfoncée profondément dans le pourrissement qui la nourrit. Il a développé les personnages (au prix de quelques changements), modifié certaines scènes, certains postulats, tout en préservant la magie qui était omniprésente dans le film de Boorman. On regrettera néanmoins le coup d'accélérateur qu'il donne à la fin du récit, où il expédie en quelques pages à peine le voyage de Tomme jusqu'à Belore et les scènes dans le bordel — très fortes dans le film. On regrettera aussi la couverture (hideuse, surtout au niveau du personnage central), les erreurs de traduction qui ont survécu à cette réédition (chainsaw traduit « scie à chaîne » ou « scie à chaînettes » — Leatherface en rit encore). Reste que malgré ces petits désagréments, La Forêt d'émeraude est un grand moment de lecture-plaisir, là où l'on n'attendait qu'un simple produit.
Cid « j'aimerais bien en aller en Amazonie, mais mon patron i'veut pas » Vicious

CID VICIOUS
Première parution : 1/1/2004 dans Bifrost 33
Mise en ligne le : 1/3/2005


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65787 livres, 65290 photos de couvertures, 60556 quatrièmes.
8089 critiques, 36070 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.